Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 10774
Batterie Apple MacBook Pro 17inch

- Main interchangeable, présenté par l’ICAM, Lille. Le projet vise à créer un système s’adaptant aux activités physiques des personnes amputées d’une main qui ne peuvent plus effectuer les tâches quotidiennes de leur travail. Il prévoit de fabriquer, à l’aide d’une imprimante 3D, des modules adaptés en fonction de la tâche effectuée qui seront enclipsés sur une partie fixe.- Murdock, présenté par l’école ECE, Paris (catégorie Jeune pousse). L’objectif du projet est de sécuriser la traversée des rues pour les personnes malvoyantes. Une liaison émetteur-récepteur avertira immédiatement de la présence d’un feu piéton via un boîtier vibreur.- Myoveo, présenté par l’ECE, Paris (catégorie Jeune pousse). Il est question ici de créer une prothèse myoélectrique pour appareiller les personnes amputées de bras d’origine congénitale ou traumatique. L’objectif est de rendre accessible cette prothèse qui garantira une préhension active des objets pour les gestes de la vie courante et de mettre le projet en open source.

- Sign Speaker Translator, présenté par l’ISEP, Paris (catégorie Jeune pousse). L’équipe prévoit de réaliser un système de communication bidirectionnelle pour les sourds-muets. Il porte sur un traducteur de la langue des signes doublé d’un traducteur de la langue orale en texte affiché sur une app ou envoyé par téléphone.- Transcriptor, présenté par Supinfo, Valenciennes. Le but est de réaliser une solution de transcription de texte en braille pour diversifier le choix de livres pour les non-voyants. L’invention s’appuiera sur une liseuse numérique classique reliée à un plateau constitué de tiges amovibles pour afficher la page en braille.En complément, participe hors concours le projet Poly S.E.N.S. (Poly stimulation émotionnelle et sensorielle), présenté par l’ENSEA, Cergy. Ce dernier s’appuie sur une collaboration avec la Maison d’accueil spécialisé de Cergy consiste ici à imaginer une interface que des personnes en situation de polyhandicap pourraient utiliser pour agir et réagir davantage avec leur environnement à travers leurs sens (ouïe, vue, toucher) en mêlant ergonomie et musique. L’interface proposera des instruments adaptés, avec production de son, lumière ou vibration.

Pour la première fois, l’une des équipes est constituée d’étudiants étrangers non francophones auxquels Sogeti laissera la possibilité de rédiger les rapports en anglais pour garantir que le langage ne constituera pas un frein. L’an dernier, le rugbyman Sébastien Chabal avait parrainé la compétition. Il y aura également un parrainage cette année. Le choix de la personnalité est en cours. Pendant les cinq mois de compétition du Défi H 2017, les étudiants seront suivis de près par les coaches Sogeti. Deux séances de Tweet Live seront par ailleurs organisées, la première au début du mois de février et la deuxième juste après la remise des dossiers, début mai. Bonne chance à toutes les équipes engagées dans l’aventure. En 2010, le CEO de Hewlett-Packard, Leo Apotheker, avait été mis à l’écart : celui-ci avait proposé un plan radical pour séparer la division PC de la maison-mère. 5 ans plus tard, l’idée est apparue plus évidente et en 2015, l’entreprise a été divisée en deux entités : HP, qui a pris en charge l’activité PC et imprimantes, et Hewlett Packard Enterprise ou HPE, qui a pris en charge l’activité infrastructures et cloud. Aujourd’hui, un an après la scission, chaque entité cherche encore à se libérer du passé et s’emploie à ne compter que sur elle-même pour avancer. HP comme HPE a eu besoin de reconstruire son identité, traversant toutes deux des épisodes douloureux. Chaque entreprise a dû changer ses objectifs et, pour mener à bien leur restructuration, elles ont dû procéder à des réductions de personnel importantes. Le mois dernier, chacune a annoncé ses vagues de licenciement.

Mais ce n’est pas tout : HP comme HPE doivent désormais se battre contre des concurrents qui ont adopté des stratégies tout à fait opposées. Lenovo a renforcé son offre PC, mobile et serveur, et Dell a fusionné avec EMC pour créer un géant du datacenter et du PC. Pour Patrick Moorhead, analyste principal chez Moor Insights and Strategy, « du fait de leur taille réduite, HP et HPE sont aujourd’hui mieux armés qu’auparavant. Ils ont montré qu’ensemble ils ne pouvaient pas innover assez rapidement et qu'il n'y avait pas assez de synergie entre eux », a-t-il encore déclaré.« La scission a été un choix radical, et il reste encore beaucoup de questions sans réponses des deux côtés », a déclaré pour sa part Charles King, analyste principal chez Pund-IT. « Chaque entité a eu du mal à se recentrer sur son cœur d’activité, mais elles avancent chacune dans la bonne direction », a ajouté l’analyste. « Certaines erreurs ont été commises en amont. Par exemple, les produits de bureau virtuel ont été attribués à HP, ce qui n’était pas une bonne idée », a estimé Charles King. Selon lui, « C’est HPE qui aurait dû hériter de cette activité, parce que les postes de travail virtuels s'appuient fortement sur les serveurs back-end ». Par ailleurs, la nouvelle entité HP a élargi son offre de PC et d'imprimantes, mais elle a supprimé de son portefeuille les tablettes d’entrée de gamme et a réduit son offre de PC bon marché pour s’assurer des revenus. Mais cette offre ne correspondait plus à la réalité du marché du PC, en chute libre.

Heureusement, HP a pu rectifier sa stratégie. D’après IDC, au troisième trimestre, HP est arrivé juste derrière Lenovo, détenteur du titre de premier fabricant mondial de PC. Ainsi, les livraisons de HP ont atteint 14,4 millions d’unités, soit à peine moins que les 14,5 millions d'unités de Lenovo. Pour gagner cette place sur le podium des meilleurs vendeurs de PC, HP a également rompu avec ses designs tristes, ajoutant de la couleur et du style à ses ordinateurs. C’est le cas par exemple de l'ordinateur portable ultra-mince Spectre X2, du mini-bureau modulaire Elite Slice et du Pavilion Wave, un ordinateur de bureau très design, puissant et discret. HP cible également les applications de réalité virtuelle à venir et livrera ses premières imprimantes 3D plus tard cette année. Mais l’impact de ces offres innovantes n’est pas encore visible dans les bénéfices ou dans les recettes.

Si la voie choisie par HP semble assez claire, il est par contre un peu tôt pour savoir comment HPE va évoluer. Pour commencer, la nouvelle entité s’est principalement concentrée sur le matériel et les logiciels pour datacenters, mais elle cible désormais l'infrastructure et les solutions cloud. HPE a vendu sa division logicielle – et très récemment sa distribution OpenStack - à Micro Focus et cédé ses actifs de services, deux piliers sur lesquels l’entreprise s’est appuyée pendant de nombreuses années. « HPE, et précédemment Hewlett-Packard, n'ont jamais développé d’outils middleware pour se faire une place sur le marché du logiciel, domaine où excellent d'autres entreprises comme IBM, SAP et Oracle », a expliqué Charles King. Celui-ci estime que « sans grosses solutions logicielles, les offres intégrées de HPE ne pourront pas concurrencer les offres de Dell, qui propose des logiciels et un hardware associé ». Au dernier OpenStack Summit de Barcelone, une rumeur indiquait que Huawei Enterprise s’intéressait à HPE pour percer aux Etats-Unis en misant sur la commodités.

L'approche de HPE ressemble beaucoup à celle d'IBM. Big blue s’est séparé de ses activités les moins rentables - le PC, les serveurs x86 - pour les vendre à Lenovo. « Mais, même si IBM a pris ces décisions au bon moment, ses bénéfices plongent, notamment dans le logiciel », a encore déclaré Charles King. « Si HPE se concentre très largement sur le hardware, il y a lieu de s’interroger », a-t-il demandé. La semaine dernière, lors de la communication des résultats trimestriels, la CEO de HPE, Meg Whitman, a montré que les produits réseaux et de stockage se portaient bien. Mais l’entreprise a coupé ses liens avec EMC. Or, EMC domine le stockage d'entreprise et elle est désormais passée dans le giron de Dell. « Ça va être difficile d’inciter les clients d'EMC à opter pour l'offre de stockage de HP », a déclaré Charles King. HPE a également réduit son offre de serveurs, mais Meg Whitman a déclaré qu’elle avait convaincu des clients de Lenovo et de Dell.

Selon l’analyste de Pund-IT, « HPE pourrait développer son activité logicielle en concluant des partenariats ». Ses actifs 3Com, 3Par et Aruba vont continuer à croître. Mais pour l’instant, Charles King estime que HPE n’a pas de stratégie claire à long terme au-delà des services et de l'infrastructure cloud. HP n'a pas non plus présenté de stratégie très active autour de l'Internet des Objets, un domaine identifié par IBM et Dell comme un grand marché. Cependant, HPE a sous le coude plusieurs technologies passionnantes. C’est le cas de l’architecture modulaire Synergy et de The Machine, un concept de serveur de nouvelle génération avec une nouvelle architecture axée sur l'informatique en mémoire, qui promet des débits plus rapides. L’entreprise a annoncé cette semaine que « des technologies découlant de The Machine seront disponibles sur les serveurs l'année prochaine ». Finalement, pour Patrick Moorhead, « la scission de Hewlett-Packard en deux entités, HPE et HP, était une bonne chose ».

En combinant un processeur Intel Xeon E3 et un circuit graphique Nvidia Quadro dans un mini boitier, HP lance une station de travail musclée qui peut tenir dans la main. Avec sa Z2 Mini, une station de travail compacte au design élégant et très bien motorisée, HP compte bien attirer les amateurs de Mac Mini aujourd’hui délaissés par Apple. La politique commerciale de la firme à la pomme, qui ne fait plus vraiment évoluer ses postes de travail Mac Pro et Mini depuis 2013, est devenu particulièrement incompréhensible pour nombre des clients professionnels. Reposant sur une puce Intel Xeon E3-1200 v5 (avec quatre coeurs) épaulée par un circuit graphique Nvidia Quadro M620, le Z2 Mini supporte jusqu’à 32 Go de RAM et 1,5 To de stockage (disque dur ou flash). Il sera disponible à partir de décembre prochain au prix de 850€ HT pour la version de base qui dispose de trois ports DisplayPort, deux ports USB 3.0 et un port Ethernet. Des ports USB Type C sont disponibles sur certains modèles en option. La Z2 est en outre suffisamment petit (6 x 21 cm) pour être montée derrière un moniteur.http://www.fr-batterie-portable.com/toshiba.html