Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 10907
Batterie Asus A32-K53

Beaucoup d’innovation du côté de chez Huawei, qui présentait plusieurs montres et bracelets au salon du mobile, mais aussi des écouteurs Bluetooth autonomes, qui embarquent suffisamment de mémoire pour stocker quelques dizaines d’albums et intègrent plusieurs capteurs qui en font un véritable tracker d’activités. Idéal pour les sportifs, qui sont las de devoir emmener leur smartphone à chaque run, le Talkband N1 se veut une solution tout-en-un unique en son genre.Conçu en collaboration avec Valve, le casque HTC Re Vive se veut une alternative haut de gamme aux dizaines de casques de réalité virtuelle qui fleurissent sur le marché. Outre l’accès à un catalogue de films assez vaste, le casque devrait également permettre de jouer à de nombreux titres du catalogue de Steam – l’une des plates-formes de gaming les plus populaires sur PC. Une orientation plutôt surprenante pour HTC, qui souhaiterait entrer en compétition directe avec le casque Morpheus de Sony.

S’il perd son port microSD et sa résistance à l’eau, le Galaxy S6 de Samsung fait un véritable bond en avant au niveau du design, avec une coque métallique fine et élégante et un écran Quad HD d’une résolution proprement impressionnante. Offrant une meilleure autonomie que son ainé, et un système de recharge ultra-rapide, le Galaxy S6 innove également au niveau des modes de chargement en adoptant le chargement par induction (sans fil). Plus intéressant pour les photographes amateurs, il embarque un capteur de meilleure qualité capable de prendre des photos d’excellente qualité même dans des environnements peu éclairés. Lancement prévu en Belgique pour le 17 avril prochain, à partir de 699€.Circulaire, la nouvelle montre Android de Huawei a fait sensation lors du Mobile Word Congress grâce à son design élégant et sa qualité de fabrication. Dotée d’un boitier en acier inoxydable, la montre est livrée avec plusieurs types de bracelets, en cuir ou en métal. Au niveau du système d’exploitation en revanche, il faudra composer Android Wear, un OS stable mais qui repose presque intégralement sur le service Google Now.

A défaut d’être un monstre de puissance, le 450WL de Kazam se veut un smartphone très compétitif, au design élégant. Tournant sous Windows 8.1, le terminal est compatible 4G et embarque un processeur Snapdragon 410 qui rend l’expérience ultra-fluide. Son écran de 5″ (1280×720) et son APN de 8 mégapixels en font un très bon smartphone de milieu de gamme, qui ne devrait avoir aucune difficulté à séduire le grand public.La fin des frais d’itinérance, ou “roaming”, ne devrait pas se concrétiser en Europe avant plusieurs années, les Etats membres ayant proposé mercredi de fixer à 2018 la prochaine étape en vue de leur disparition.Le Conseil, qui représente les Etats, a adopté son mandat de négociation avec le Parlement européen concernant le “paquet télécom” proposé par la précédente Commission européenne.Le Parlement avait voté en avril 2014 ce texte qui prévoyait notamment que plus aucun surcoût ne soit imposé, à la date du 15 décembre 2015, aux usagers qui utilisent leur téléphone portable dans un autre pays de l’UE que le leur.

Mais le texte devait ensuite être approuvé par les Etats, et les ministres européens des télécommunications ont longtemps affiché leur propres divergences sur le sujet.Le mandat de négociation avec le Parlement finalement adopté mercredi prévoit la mise en place d’un nouveau mécanisme de prix. Celui-ci rendra meilleur marché pour les usagers l’utilisation de leur téléphone portable lorsqu’ils voyagent dans l’UE.Dans une certaine limite qui reste à fixer, les consommateurs pourront en effet passer et recevoir des appels, envoyer des SMS et transférer des données sans coût supplémentaire. Mais au-delà de ce seuil, les opérateurs pourront toujours appliquer desfrais.Les Etats se sont mis d’accord pour demander à la Commission “d’évaluer, d’ici mi-2018, quelles mesures supplémentaires pourraient être nécessaires pour éliminer à terme les frais d’itinérance”.

Le président du groupe des Libéraux (ADLE) au Parlement européen, le Belge Guy Verhofstadt, s’est immédiatement insurgé dans un communiqué contre cette position, la jugeant “extrêmement décevante”.“Dire que ce texte manque d’ambition est un euphémisme”, ajoute-t-il, prévenant que son groupe politique ne l’acceptera pas, car “les seuls gagnants sont les opérateurs de télécoms nationaux”. “Les Etats membres devraient rougir de honte”, a-t-il conclu.Microsoft présente sur son stand un nouveau clavier pour smartphones, compatible avec les terminaux iOS, Android et Windows, qui présente la particularité d’être fin, léger et facilement transportable. Le clavier se plie en réalité en deux pour n’occuper que quelques centimètres carrés d’espace dans un sac à main ou un sac à dos. Ultra-portable, il communique en Bluetooth 4.0 avec le smartphone de l’utilisateur et permet de switcher facilement entre plusieurs appareils. Original, à défaut d’être révolutionnaire, l’Universal Foldable Keyboard devrait être commercialisé dans le courant du mois de juillet, à un tarif avoisinant les 100 euros.

Rachetée à Sony par le groupe nippon Japan Industrial Partners, la marque VAIO pourrait faire ses débuts sur le marché du mobile avec un premier smartphone, qui devrait être présenté le 12 mars prochain.Le groupe japonais, qui vient de lancer son premier PC portable post-acquisition, préparerait actuellement son premier smartphone.D’après la rumeur, celui-ci serait présenté à l’occasion d’un événement presse, le 12 mars prochain.Si la logique voulait que la marque opte pour Windows, histoire de faire le pont entre les mobiles et les PC, il semblerait que les smartphones VAIO tournent sous Android 5.0 Lollipop. Plusieurs benchmarks indiquent en effet l’arrivée de terminaux low-cost et milieu de gamme appartenant à la marque VAIO.Reste à présent à voir si ce nouvel acteur fera de l’ombre à son ancien propriétaire, qui commercialise ses smartphones Xperia.Critiqué par les médias spécialisés pour son prix trop élevé, le Pixel de Google n’avait pas connu un franc succès lors de sa commercialisation. Mais si le géant du Web reconnaît aujourd’hui que son ordinateur visait un marché de niche, il n’abandonne pas moins l’idée de développer sa propre gamme d’ordinateurs portables.

Renee Niemi, directeur de Google for Work, a confirmé lundi l’arrivée d’un second modèle de Pixel en 2015.L’ordinateur en question devrait une fois encore viser le haut de gamme avec des performances de haute volée qui l’adressent quasi exclusivement aux développeurs et graphistes.“Nous le commercialiserons” a confirmé Renee Niemi à Android Central, avant d’ajouter “Mais je dois calmer vos attentes : il s’agit d’une plate-forme de développement. Nous n’allons pas en fabriquer beaucoup.”En d’autres termes, inutile d’espérer de le trouver dans les grandes surfaces voire même les magasins spécialisés. Le Pixel de seconde génération circulera comme son grand frère dans un environnement très limité…Vous vous souvenez peut-être du Pixel, cet ordinateur portable sous Chrome OS, lancé par Google il y a de cela quelques années déjà, et qui présentait la particularité d’afficher des performances de haute volée. Visiblement, l’échec du Pixel n’empêchera pas Google de retenter sa chance en commercialisant dès 2015 un nouvel ordinateur, “hybride” cette fois.

Reprenant dans les grandes lignes le concept de la Surface de Microsoft, la machine serait composée d’un écran tactile et d’un clavier détachable. Une fois le clavier détaché, elle quitterait automatiquement Chrome OS pour passer sous Android, un système d’exploitation beaucoup plus adapté à un usage purement tactile et qui permettrait surtout à son propriétaire de tirer parti de l’énorme parc applicatif du Google Play.Vous vous souvenez peut-être du Pixel, cet ordinateur portable sous Chrome OS, lancé par Google il y a de cela quelques années déjà, et qui présentait la particularité d’afficher des performances de haute volée. Visiblement, l’échec du Pixel n’empêchera pas Google de retenter sa chance en commercialisant dès 2015 un nouvel ordinateur, “hybride” cette fois.Reprenant dans les grandes lignes le concept de la Surface de Microsoft, la machine serait composée d’un écran tactile et d’un clavier détachable. Une fois le clavier détaché, elle quitterait automatiquement Chrome OS pour passer sous Android, un système d’exploitation beaucoup plus adapté à un usage purement tactile et qui permettrait surtout à son propriétaire de tirer parti de l’énorme parc applicatif du Google Play.

Les parents américains n’ont peut-être pas les moyens de l’Agence nationale de sécurité (NSA) mais quand il s’agit de surveiller leurs enfants, il leur est assez facile de les pister grâce au téléphone portable.Désormais, il existe une offre florissante de gadgets de surveillance pour les parents stressés qui veulent garder un oeil sur leurs enfants, qu’ils fassent un excès de vitesse dans la voiture de maman ou qu’ils envoient des SMS à l’heure où ils devraient dormir.On trouve des clés magnétiques, des montres ou encore des bracelets avec des capacités de géolocalisation. Des bracelets de chevilles pour suivre les humeurs de bébé. Ou même des lits connectés capables de moucharder si l’ado n’a pas éteint à temps sa lumière le soir.Bonne nouvelle pour les parents, la plupart de ces dispositifs –en particulier ceux permettant de surveiller les enfants plus âgés– sont partie intégrante des téléphones portables auxquels les adolescents sont accros.

“Les parents veulent garder la maîtrise de la situation; c’est un moyen pour eux de se sentir bien“, explique le professeur en criminologie Sameer Hinduja, codirecteur du Centre de recherche américain sur la cyber-intimidation.A sa petite fille de 6 ans, Frank Lee, responsable marketing chez LG, a offert un bracelet en plastique rose pour pouvoir la géolocaliser à tout moment.Ce petit bijou agrémenté d’étoiles roses permet notamment d’émettre des appels vers des numéros préprogrammés ou de vérifier si l’enfant se trouve bien là où il doit être.“Au début, elle nous appelait sans cesse“, se souvient-il. “Je lui ai dit de me prévenir quand elle ne voudrait plus le porter, mais elle ne veut même plus l’enlever pour que je le recharge”.Pour les parents plus inquiets ou qui ont du mal à communiquer avec leurs adolescents, il existe des moyens plus discrets: des applications installées à l’insu des utilisateurs sur les tablettes et les téléphones permettent par exemple d’accéder aux photos prises, aux messages tapés, à l’historique des recherches sur internet et bien plus encore, selon Sameer Hinduja.

  1. http://dovendosi.diarynote.jp/
  2. http://dovendosi.jugem.jp/
  3. http://www.blogstuff.co.uk/dovendosi/