Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11519
Batterie Asus A42-U53

Le clavier, quant à lui, ne restera pas dans les mémoires, mais il fait correctement son travail étant donné le format du produit. Les touches sont collées entre elles, la course est très courte et la frappe n'est pas particulièrement agréable. Les fautes seront nombreuses dans un premier temps, mais l'on finit par s'y faire. L'absence de rétroéclairage n'est quant à elle pas étonnante sur ce type d'appareil, mais tout de même regrettable. Le touchpad est d'une taille réduite, mais propose une glisse agréable et précise. Notons également la présence d'une puce NFC, juste à côté du pavé tactile. Un mot rapide sur le stylet, ou plutôt l'absence de stylet. Contrairement à la Surface Pro 4, la Galaxy TabPro S n'en propose pas de série (au profit d'un clavier, certes). Il devrait toutefois être possible de s'en procurer un en supplément d'ici la fin du mois de mars 2016, pour un prix tournant autour de 60 €.

Intéressons-nous à la connectique de cette Galaxy TabPro S. Sur ce point, nous sommes clairement plus proches d'une tablette que d'un PC portable, puisqu'il faut se contenter d'un seul et unique port USB Type-C, qui sert également à la recharge de l'appareil. Notons que Samsung se la joue ici Apple, et ne propose pas d'adaptateur USB Type-C vers USB 3 avec la machine. Avec un processeur Intel Core M3 dépourvu de ventilateur à son bord, la Galaxy TabPro S est un produit qui chauffe peu et qui ne fait strictement aucun bruit. Après avoir fait tourner le benchmark Unigine Heaven pendant une heure, nous avons relevé un point chaud de 39,9°C à l'avant et 42,3°C à l'arrière.

La Galaxy TabPro S profite d'une dalle Super Amoled de 12 pouces au format 3:2 et affiche une définition de 2160 x 1440 px. Un format similaire à celui de la Surface Pro 4, mais une définition tout de même un peu moins élevée. Il n'empêche que cette dernière est très largement suffisante. Bien entendu, nous étions impatients de juger de l'apport d'une dalle Amoled sur un 2-en-1. Nous n'avons pas été déçus : l'excellent taux de luminosité de 450 cd/m² et le taux de contraste quasi infini apportent une très bonne lisibilité. Il n'est alors même pas nécessaire de mettre la luminosité au maximum sous Windows 10, un taux calé entre 50 et 75 % étant la plupart du temps amplement suffisant.

On relève également un retard tactile de 14 ms. Un excellent chiffre, largement au-dessus de la moyenne constatée de 78 ms sur les tablettes. On se situe ici au niveau d'un iPad mini 4. En revanche, nous ne donnons pas 5 étoiles à cet écran, à cause d'une colorimétrie pas tout à fait à la hauteur du reste. Si la courbe gamma est d'une stabilité à toute épreuve, le delta E moyen s'établit à 4,4 et la température des couleurs à 7500 K. En résultent un affichage qui manque un peu de fidélité et une tendance à tirer vers le bleu. Il est donc conseillé de faire un tour dans les options de calibration de Windows 10 pour améliorer cet aspect.

La Galaxy TabPro S profite d'un processeur Intel Core m3-6Y30. Il s'agit d'un CPU double-cœur cadencé à 900 MHz. 4 Go de mémoire vive l'accompagnent. Bref, un combo connu et bien adapté à un PC de ce type. On profite ainsi d'un Windows 10 fluide et d'applications légères qui tournent très correctement. Le démarrage de la machine est rapide (12 secondes), et l'arrêt quasi instantané (3 secondes).Inutile, cependant, d'espérer faire du montage vidéo ou de la retouche photo : ce type de configuration ne s'y prête tout simplement pas. Là encore, nous sommes avant tout face à une tablette — puissante, certes — équipée d'un clavier et il faut donc adapter ses usages. La Galaxy TabPro S est ainsi idéale pour taper du texte, surfer sur le web, ou regarder des vidéos, mais pas beaucoup plus.

Processeur Core M3 oblige, la partie graphique de la Galaxy TabPro S est gérée par un iGPU Intel HD Graphics 515. Il n'est donc certainement pas fait pour le jeu et n'a jamais prétendu le contraire. Vous pouvez éventuellement lancer des titres en 2D ou des jeux en 3D très anciens, mais pas beaucoup plus.Par son format, sa légèreté et sa finesse, la Galaxy TabPro S est clairement à ranger dans la catégorie des grandes tablettes accompagnées d'un clavier. En résulte un produit hautement mobile, que l'on transporte très facilement et qui se range dans n'importe quel sac de taille moyenne, d'autant plus que son étui protège bien l'ensemble.

Le bilan concernant l'autonomie est un peu plus mitigé. La machine profite d'une batterie 5200 mAh, pour une autonomie annoncée de 10 heures. La réalité est un peu moins rose, puisque notre test de lecture vidéo sous Netflix (sous Chrome, casque branché, luminosité à 200 cd/m²) a tourné pendant 4h48. Un constat décevant, surtout en comparaison des autres tablettes du marché sous Android ou iOS, mais qui mérite cependant d'être nuancé : dans le cadre d'un usage plus polyvalent, mêlant bureautique et web, et en jouant sur la luminosité et l'économie d'énergie, on monte facilement à 9 heures de durée vie. Notons enfin qu'un cycle de recharge complet prend environ 2h30.

La sortie casque de la Galaxy TabPro S est de très bonne qualité : la distorsion est très faible (0,009 %), la puissance sonore est élevée (130 mVrms) et l'ensemble du spectre sonore est très bien restitué.
Annoncée lors du CES 2016, la Galaxy TabPro S est une nouvelle tentative de Samsung sur le marché du 2-en-1. Pour ce faire, le constructeur coréen recycle habilement le design de ses tablettes Galaxy Tab S, y intègre Windows 10 et propose en série un étui doté d'un clavier. Pour moins de 1000 €, on se retrouve donc avec une concurrente directe de la Surface Pro 4 de Microsoft, sur le papier tout du moins.

On pourrait tout à fait résumer le design de la Galaxy TabPro S par un mélange de Galaxy Tab S et de Galaxy Note Pro 12,2. Samsung reprend en effet le châssis ultra-fin (6,2 mm sans le clavier), la coque en magnésium, les contours en métal, les coins arrondis et une confortable diagonale de 12 pouces. La tablette seule pèse 696 grammes, et son étui ajoute 388 grammes sur la balance, pour un total de 1084 grammes. On reste donc dans la catégorie ultraportable. Comme souvent dans cette gamme de produits chez Samsung, la finition est excellente et l'ensemble respire la solidité. Ce fameux étui, justement, est globalement convaincant. Le revêtement imitation cuir désormais bien connu chez Samsung est agréable au toucher, mais semble toujours un peu fragile. Il recouvre intégralement la tablette, mais nous avons constaté un léger décalage au niveau de l'objectif de la caméra arrière sur notre modèle de test.

Une fois l'étui ouvert, un aimant permet de connecter la tablette au clavier en un clin d'œil. Le système est astucieux, fonctionne extrêmement bien et permet de basculer en mode laptop très rapidement. L'écran peut s'incliner dans deux positions différentes : soit quasi verticale, soit presque horizontale. Pas d'autre position, ce qui est un peu dommage et finit par nuire au confort d'utilisation. L'usage sur les genoux est envisageable, le support restant assez stable une fois posé. Nous sommes loin du confort d'un vrai laptop, mais tout de même au-dessus de la solution proposée par la Surface Pro 4. Le clavier, quant à lui, ne restera pas dans les mémoires, mais il fait correctement son travail étant donné le format du produit. Les touches sont collées entre elles, la course est très courte et la frappe n'est pas particulièrement agréable. Les fautes seront nombreuses dans un premier temps, mais l'on finit par s'y faire. L'absence de rétroéclairage n'est quant à elle pas étonnante sur ce type d'appareil, mais tout de même regrettable. Le touchpad est d'une taille réduite, mais propose une glisse agréable et précise. Notons également la présence d'une puce NFC, juste à côté du pavé tactile.

Un mot rapide sur le stylet, ou plutôt l'absence de stylet. Contrairement à la Surface Pro 4, la Galaxy TabPro S n'en propose pas de série (au profit d'un clavier, certes). Il devrait toutefois être possible de s'en procurer un en supplément d'ici la fin du mois de mars 2016, pour un prix tournant autour de 60 €.Intéressons-nous à la connectique de cette Galaxy TabPro S. Sur ce point, nous sommes clairement plus proches d'une tablette que d'un PC portable, puisqu'il faut se contenter d'un seul et unique port USB Type-C, qui sert également à la recharge de l'appareil. Notons que Samsung se la joue ici Apple, et ne propose pas d'adaptateur USB Type-C vers USB 3 avec la machine.

Avec un processeur Intel Core M3 dépourvu de ventilateur à son bord, la Galaxy TabPro S est un produit qui chauffe peu et qui ne fait strictement aucun bruit. Après avoir fait tourner le benchmark Unigine Heaven pendant une heure, nous avons relevé un point chaud de 39,9°C à l'avant et 42,3°C à l'arrière.La Galaxy TabPro S profite d'une dalle Super Amoled de 12 pouces au format 3:2 et affiche une définition de 2160 x 1440 px. Un format similaire à celui de la Surface Pro 4, mais une définition tout de même un peu moins élevée. Il n'empêche que cette dernière est très largement suffisante. Bien entendu, nous étions impatients de juger de l'apport d'une dalle Amoled sur un 2-en-1. Nous n'avons pas été déçus : l'excellent taux de luminosité de 450 cd/m² et le taux de contraste quasi infini apportent une très bonne lisibilité. Il n'est alors même pas nécessaire de mettre la luminosité au maximum sous Windows 10, un taux calé entre 50 et 75 % étant la plupart du temps amplement suffisant.

On relève également un retard tactile de 14 ms. Un excellent chiffre, largement au-dessus de la moyenne constatée de 78 ms sur les tablettes. On se situe ici au niveau d'un iPad mini 4. En revanche, nous ne donnons pas 5 étoiles à cet écran, à cause d'une colorimétrie pas tout à fait à la hauteur du reste. Si la courbe gamma est d'une stabilité à toute épreuve, le delta E moyen s'établit à 4,4 et la température des couleurs à 7500 K. En résultent un affichage qui manque un peu de fidélité et une tendance à tirer vers le bleu. Il est donc conseillé de faire un tour dans les options de calibration de Windows 10 pour améliorer cet aspect.

La Galaxy TabPro S profite d'un processeur Intel Core m3-6Y30. Il s'agit d'un CPU double-cœur cadencé à 900 MHz. 4 Go de mémoire vive l'accompagnent. Bref, un combo connu et bien adapté à un PC de ce type. On profite ainsi d'un Windows 10 fluide et d'applications légères qui tournent très correctement. Le démarrage de la machine est rapide (12 secondes), et l'arrêt quasi instantané (3 secondes).Inutile, cependant, d'espérer faire du montage vidéo ou de la retouche photo : ce type de configuration ne s'y prête tout simplement pas. Là encore, nous sommes avant tout face à une tablette — puissante, certes — équipée d'un clavier et il faut donc adapter ses usages. La Galaxy TabPro S est ainsi idéale pour taper du texte, surfer sur le web, ou regarder des vidéos, mais pas beaucoup plus.Processeur Core M3 oblige, la partie graphique de la Galaxy TabPro S est gérée par un iGPU Intel HD Graphics 515. Il n'est donc certainement pas fait pour le jeu et n'a jamais prétendu le contraire. Vous pouvez éventuellement lancer des titres en 2D ou des jeux en 3D très anciens, mais pas beaucoup plus.