Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 12149
Batterie Asus G73SW-TZ221V

Le périphérique cylindrique Surface Dial se pose sur l'écran. L'utilisateur l'oriente de façon circulaire et reçoit un feedback haptique pour évaluer le moment où il obtient le résultat attendu.A New York, Microsoft a également présenté le Surface Book i7 qui reprend les caractéristiques du Surface Book d'origine en termes d'encombrement. Ce modèle de 13 pouces équipé d'une puce Core i7 présente surtout une autonomie améliorée de 30% allant, selon Panos Panay, jusqu'à 16 heures. Les performances graphiques sont doublées par rapport au Surface Book d'origine et l'ordinateur dispose d'un deuxième ventilateur. Les pré-commandes ont également débuté pour ce portable qui sera disponible en novembre pour un prix démarrant à 2 399 dollars HT.

A l'issue de la présentation new-yorkaise ce 26 octobre, le CEO de Microsoft est intervenu à son tour. « Je pense que les 10 prochaines années seront définies par les technologies qui donnent les moyens de créer », a affirmé Satya Nadella. « Dans chacun des choix que nous faisons, nous cherchons le bon équilibre entre la consommation et l’expression créative », a-t-il assuré. « Ce que vous voyez aujourd’hui, c’est la naissance d’un nouveau medium, un futur où l’on pourra se déplacer de la 2D à la 3D, des objets 3D aux hologrammes et des hologrammes à la réalité mélangée, en partageant sans rupture des expériences entre les mondes numérique et réel », a souligné le CEO. En guise de conclusion, pour marquer l’appel de Microsoft aux créatifs de tous horizons, il s'est aventuré sur les terres du poète allemand Rainer Maria Rilke en citant audacieusement un extrait de ses « Lettres à un jeune poète » : « The future enters into us, in order to transform itself in us, long before it happens ».

Les dépenses totales en solutions de mobilité vont progresser de 2,2% par an dans le monde entre 2016 et 2020. Une croissance notamment soutenue par le segment des logiciels dont la hausse devrait atteindre 15% au cours de la même période. Sous certains aspects, la mobilité est un marché déjà arrivé à maturité. D'après IDC, en effet, les ventes mondiales de matériels, de services et de logiciels qui le composent ne progresseront en moyenne que de 2,2% par an dans les cinq années à venir. Leur montant devrait ainsi passer d'1,5 milliard de milliards de dollars en 2016 à 1,7 en 2020. Les revenus attendus proviendront majoritairement des achats de matériels (smartphones, PC portables et tablettes) et de services (ex : des services de connectivité) réalisés par les particuliers et les entreprises.

Toutefois, c'est du segment des logiciels que devrait provenir la plus forte progression. Les investissements dans les plateformes de développement, les applications nomades d'entreprises et les logiciels de sécurisation des environnements mobiles connaîtront une croissance particulièrement prononcée. « D'ici 2020, les facturations tirées des logiciels liés à la mobilité auront enregistré une progression de 15% par an. En dépit de la croyance qui veut que le marché de la mobilité soit devenu mature, cela montre qu'il reste encore beaucoup d'opportunités pour faire progresser les dépenses des entreprises », estime Carrie MacGillivray, vice-président en charge de la mobilité et de l'IoT chez IDC.

Pour l'heure, ce sont encore les achats du grand public qui représentent la plus grande part de la valeur (plus de 50%) du marché mondial de la mobilité. Mais les choses pourraient changer à mesure que certaines industries intensifient leurs dépenses. Parmi elles, la banque tient la corde. En 2020, elles devraient avoir consacré plus de 100 Md$ à la mobilité. Elle est suivie par les industries de transformation, les fournisseurs de services aux professionnels et les acteurs de la vente au détail. Néanmoins, c'est le secteur de la santé qui devrait voir ses investissements le plus augmenter avec une hausse de 5,1% par an en moyenne jusqu'en 2020. Il sera suivi de celui des télécoms, des services aux professionnels et des fournisseurs de fluides (eau, gaz, électricité...).

L'étude d'IDC montre que ce sont principalement chez les grandes entreprises (plus de 500 salariés) que les dépenses dans la mobilité vont croître le plus. Leur but : améliorer la productivité de leurs collaborateurs et fournir de nouvelles capacités à leurs salariés et à leurs partenaires. Malgré tout, les sociétés de 1 à 9 personnes continueront d'être à l'origine de la majorité du chiffre d'affaires du marché de la mobilité.D'après les derniers chiffres publiés par le cabinet Gartner, le marché mondial des PC devrait se ressaisir en 2017 et 2018 après avoir touché le fond cette année avec 265 millions d'unités écoulées contre 288 l'année dernière.

Ce n'est un secret pour personne, le marché PC va mal. Au niveau mondial, il devrait même toucher le fond cette année avec seulement 265 millions d'unités écoulées - comprenant les postes de travail fixes, les portables ainsi que les ultramobiles haut de gamme - d'après les derniers chiffres du cabinet Gartner, contre 288 en 2015. Sans parvenir à retrouver ce niveau, les ventes devraient toutefois retrouver le chemin d'une (timide) croissance avec 266 millions d'unités qui devraient s'écouler en 2017 puis 274 millions en 2018. « Le deuxième trimestre 2016 a été le premier depuis le deuxième trimestre 2015 à être moins impacté par la dépréciation de devises. Des régions comme l'Europe de l'Ouest, où l'euro s'est déprécié significativement en 2015 et les prix des PC ont augmenté, ont connu une faible variation de croissance (0,9%) au deuxième trimestre 2016 après 4 trimestres de déclin », a fait savoir le Gartner.

Il est cependant nécessaire de distinguer les deux segments composant le marché PC car ils vont évoluer de manière radicalement différente. Alors que celui des PC traditionnels (bureau et portables) ne cesse de chuter (de 244 millions d'unités écoulées en 2015 à 199 millions attendues en 2018), celui des ultramobiles « Premium » (comprenant les tablettes hybrides avec clavier sous Windows 10 ainsi que le MacBook Air) ne cessera de progresser. Ce dernier devrait ainsi voir son nombre d'unités livrées passer de 44 millions en 2015 à 75 millions en 2018. « On s'attend à ce que les ultramobiles premium commenceront à bénéficier de l'intégration et de la performance de la dernière plateforme CPU d'Intel et de Windows 10 », a indiqué dans un communiqué Ranjit Atwal, directeur de recherche au Gartner.Evolution des ventes mondiales de terminaux PC et smartphones par catégories entre 2015 et 2018. (crédit : Gartner)

Alors que le marché des ultramobiles premium - selon la définition du Gartner - semble promis à un bel avenir, celui des ultramobiles dépourvus par défaut de clavier (incluant l'iPad, l'iPad mini, Samsung Galaxy Tab S2, Amazon Fire HD, Lenovo Yoga Tab3 et Acer Iconia One) ne devrait pas en être de même. Ce dernier devrait ainsi reculer de 196 millions d'unités en 2015 à 173 millions en 2018. Concernant les ventes de mobiles, après un trou d'air en 2016, ces dernières devraient repartir à la hausse passant d'un volume de 2,329 milliards à 20 millions de plus en 2017 plus encore 31 millions en 2018 pour totaliser 2,380 milliards à cette date. « En 2016, le marché Android va continuer à être tiré par les vendeurs chinois avec des terminaux premium abordables. En dépit de la disponibilité de l'iPhone 7, Gartner prévoit une performance en volume mauvaise pour Apple en 2016, pour une progression globale du marché des smartphones de seulement 4,5% contre un déclin de 1,1% des smartphones premium en 2016 », a fait savoir le cabinet d'études américain.

Le fabricant de smartphones chinois Xiaomi vient s'aventurer sur le marché encombré des ultrabooks. Il mise notamment sur sa tarification agressive qui démarre à seulement environ 500 euros HT pour y parvenir. Déjà bien implanté sur le marché des smartphones, le fabricant chinois Xiaomi s'attaque maintenant à celui des ultrabooks. La société vient ainsi de présenter son Mi Notebook Air, un PC portable sous Windows 10 doté d'un écran de 12,5 pouces dont le tarif selon configuration varie entre 500 et 700 euros HT. Un prix serré donc mais qui concerne pour l'heure uniquement le marché chinois.

Que propose donc le Mi Notebook Air pour ce prix ? Et bien sans surprise des caractéristiques techniques pas foudroyantes mais qui conviendront très bien pour un usage bureautique et web. Pour un poids total ne dépassant pas 1,1kg, ce portable embarque ainsi un processeur Intel Core m3 (architecture Sky Lake) avec chipset graphique intégré, 4 Go de RAM et un tout petit disque dur de 128 Go mais SSD. La diagonale d'écran est de 12,5 pouces. A noter qu'un modèle de 13,3 pouces (près d'1,3 kg) est proposé doté d'une configuration technique plus musclée : processeur Intel Core i5, carte graphique Nvidia Geforce 940MX, 8 Go de RAM DDR4, 256 Go de stockage PCIe SSD. Côté autonomie, elle pourra aller jusqu'à 9,5 heures contre 11,5 pour le modèle entrée de gamme.

Les ventes de convertibles, d'ultrabook et d'autres terminaux à clavier détachables devraient toutes connaître une croissance à deux chiffres cette année. Cela ne devrait pas suffire à faire progresser les livraisons globales de tablettes et de PC grand public mais devrait en revanche largement contribuer à la hausse attendue des achats des entreprises. Lors de la dernière édition de l'IFA, nombre de grands acteurs de la micro ont présenté leurs derniers modèles de tablettes à clavier détachables, de PC portables convertibles et/ou ultrabook. Leur implication confirme l'engouement des clients pour ces nouveaux facteurs de forme. Selon IDC, ils représenteront 40% des volumes de PC et de tablettes livrés en Europe de l'Ouest en 2020. Le cabinet d'études fait cette projection notamment à la lumière des résultats qu'il anticipe déjà pour cette année, soit +14,2% pour les ultrabook, +20,7% pour les convertibles et plus de 80% pour les détachables. Toutefois, cela ne devrait pas être suffisant pour permettre à l'ensemble du marché de progresser. Les ventes cumulées de tablettes et de PC sont attendues en baisse de 6% en 2016 et de -3,7% sur le seul second semestre.http://www.fr-batterie-portable.com/fujitsu.html

Le bât blesse sur le marché grand public pour lequel IDC table sur une baisse de 10,2% cette année, en dépit d'une croissance à deux chiffres des livraisons des portables ultrabook (+20% au second semestre) et des convertibles (+34,9% au second semestre). En revanche, les ventes de nouveaux facteurs de forme associés au renouvellement des parcs de PC portables classiques vont permettre au marché de la micro professionnelle de progresser en 2016. Il devrait connaître une hausse de 1,6% tirée par un bon second semestre (+3,7%). « Les nouvelle générations de produits reçoivent un accueil positif des entreprises car elles répondent à leurs préoccupations en matière de sécurité et de puissance de traitement », estime Daniel Goncalves, analyste chez IDC. Elles offrent également une bonne réponse aux besoins de mobilité des entreprises, particulièrement à ceux des acteurs du SMB.