Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11095
Batterie Asus Google Nexus 7 Tablet

En 2015, les ventes de Chromebook ont totalisé 6,5 millions d'unités, et devraient donc avoisiner les 7,7 millions cette année. Près d'1,65 million de Chromebook ont été livrés au premier trimestre 2016, en attendant les chiffres du deuxième trimestre qui ne sont pas encore tombés. Ce segment de PC portables constitue toutefois une infime part du marché PC global qui devrait atteindre les 290 millions d'unités en 2016. En dehors des Chromebook, seuls les terminaux Windows 2 en 1 ainsi que les PC taillés pour les jeux vidéo sont aussi en croissance.Les Chromebook vont continuer à bien se vendre en Amérique du Nord, où 90% des unités ont été livrées en 2015. Le deuxième plus grand marché a été l'Europe de l'Ouest. En revanche, les Chromebook ne se sont pas bien vendus en Amérique du Sud, Asie et Afrique, a indiqué M. Kitagawa. La connectivité constitue un gros problème pour les marchés émergents, et c'est pourquoi ces types de portables affichent de faibles scores toujours selon l'analyste du Gartner.

D'autre part les Chromebook ne peuvent pas facilement être trouvés en dehors de l'Amérique du Nord. La disponibilité en Chine est famélique, un pays qui est portant le deuxième marché mondial des PC, a fait savoir M. Kitagawa. Cependant, dans quelques pays comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande, il apparaît que les utilisateurs commencent à comprendre comment les Chromebook peuvent être utilisés du mieux possible. Il y a donc toujours un espoir pour ces terminaux finissent par se vendre aussi ailleurs qu'en Amérique du Nord.Les Chromebook ont investi le marché des ordinateurs à bas coût, portables et légers, le tout en étant conçus pour un usage web. Faisant tourner Chrome OS et dotés d'une capacité de stockage limitée, la plupart des applications requièrent une connexion Internet pour fonctionner.

L'Education est le plus grand marché pour les Chromebook, achetés par des étudiants et installés dans des salles de classe. Les capacités de connectivité sans fil sont disponibles dans la plupart des institutions scolaires aux Etats-Unis et au Canada, et les PC ne sont pas chers et faciles à maintenir, a précisé Mikako Kitagawa. Il existe une très grande opportunité pour voir les Chromebook se diffuser dans d'autres marchés professionnels et grand public bien qu'ils ne soient pas encore pour l'heure positionnés pour remplacer les PC Windows. D'ailleurs, les entreprises lui préfèrent de beaucoup la capacité de Windows à faire tourner hors ligne les applications, a expliqué M. Kitagawa. Pour autant, elles essaient de trouver des usages pour les Chromebook et pourraient être utilisés comme PC portable secondaire ou client léger pour des applications cloud internes. Pour ce qui est du marché grand public, les designs chatoyants et le positionnement low-cost constituent un levier d'attractivité des Chromebook, mais dans le marché professionnel peu de personnes les achètent pour remplacer les PC Windows. La clientèle grand public - particulièrement aux Etats-Unis - testent les Chromebook et l'usage en ligne mais se tournent vers Windows pour ce qui est des applications hors ligne. « Il y a eu beaucoup de retours de Chromebook au début mais c'est terminé à présent. Les gens ont compris », a fait savoir M. Kitagawa.

Google ajoute des fonctionnalités intéressantes comme la possibilité de faire tourner des apps Android sur les Chromebook, mais il est encore trop tôt pour voir si cela va avoir des conséquences sur les actes d'achats. Selon Lenovo, d'autres fournisseurs sont également concernés par l'exploit ThinkPwn UEFI qui permet d'injecter du code malveillant dans le microcode des cartes mères de PC portables et fixes. Une vulnérabilité critique, découverte récemment dans le bios des PC portables ThinkPad de Lenovo, a été retrouvée dans les produits d'autres fournisseurs, notamment dans le microcode d'un laptop HP et dans plusieurs cartes mères de Gigabyte Technology. Un exploit tirant profit de la vulnérabilité a été publié la semaine dernière. Il peut être utilisé pour exécuter du code malveillant dans le mode de gestion de système (System Management Mode - SMM) de la CPU.

Ce niveau d'accès peut permettre d’installer un rootkit furtif à l'intérieur de l’Unified Extensible Firmware Interface (UEFI) de l'ordinateur - l’équivalent du BIOS - ou de désactiver les fonctions de sécurité de Windows comme le Secure Boot, le Virtual Secure Mode et le Credential Guard, protégées par le verrouillage du firmware. L’exploit surnommé ThinkPwn a été livré la semaine dernière par le chercheur en sécurité Dmytro Oleksiuk alors que celui-ci ne l’avait pas transmis préalablement à Lenovo. Mais depuis, le chercheur a identifié le même code vulnérable dans un ancien firmware open source utilisé avec certaines cartes mères Intel. Dans un avis de sécurité, Lenovo a déclaré que le code vulnérable provenait d’un package UEFI fourni au fabricant par un de ses fournisseurs de BIOS indépendants (IBVS). Ces fournisseurs modifient l'implémentation de référence UEFI, puis vendent leur pack aux fabricants de PC.

Parce que cette vulnérabilité se trouve dans le pack UEFI d'un fournisseur de BIOS indépendant, il est probable que d'autres fabricants ont utilisé le même microcode dans leurs produits. C’est ce qu’a confirmé un chercheur nommé Alex James le week-end dernier. Celui-ci a déclaré sur Twitter qu’il avait retrouvé le code vulnérable dans le firmware d'un ordinateur portable HP Pavilion dv7-4087cl fourni par un sous-traitant taïwanais, Insyde Software. Plus tard, Alex James a ajouté que le code vulnérable existait aussi dans le firmware de plusieurs cartes mères vendues par le fabricant taïwanais de matériel informatique Gigabyte Technology. Les modèles vulnérables de Gigabyte portent les références Z77X-UD5H, Z68-UD3H, Z87MX-D3H et Z97-D3H. Intel, HP et Gigabyte n'ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Dmytro Oleksiuk pense que la vulnérabilité se trouve à l’origine dans le code de référence des chipsets séries-8 d’Intel, corrigé mi-2014. Mais, étant donné qu'il n'y a eu aucun avis public à ce sujet, les IBVS et les fabricants de PC n’ont pas été informés de la disponibilité du correctif et ont continué à utiliser une ancienne version du code de référence pour leur UEFI. Malheureusement, les produits de Lenovo, HP et Gigabyte Technology ne sont probablement que la partie visible de l'iceberg et il faudra beaucoup de temps avant que tous les fournisseurs vérifient leur firmware et livrent des correctifs. Mais, comme souvent, même quand les patchs seront disponibles, il est probable que peu d’utilisateurs appliqueront les mises à jour du BIOS/UEFI, de sorte que de nombreux systèmes seront toujours vulnérables dans les années à venir.Censée remplacer la DRAM comme les composants NAND flash, la mémoire non volatile 3D Xpoint développée par Intel et Micron est toujours à la recherche du bon positionnement sur le marché du stockage et des serveurs.

Révolutionnaire, la technologie 3D Xpoint d'Intel et Micron entend bien secouer les positions établies sur le marché de la mémoire en apportant des composants de grande capacité et à la vitesse fulgurante. Mais un an après son annonce, les deux fabricants de puces en sont encore à chercher le meilleur moyen d’assurer le succès de leur nouvelle classe de mémoire et de stockage qui se veut plus rapide, plus dense et plus durable que la DRAM classique et la NAND flash. Si Intel affirme que la 3D Xpoint est 10 fois plus dense que la mémoire, la société a montré qu'elle était jusqu'à 10 fois plus rapide que les SSD classiques. Les premiers SSD 3D Xpoint commercialisés sous la marque Optane seront disponibles en fin d’année. Les barrettes mémoire DIMM 3D Xpoint non-volatiles arriveront quant à elles l’année prochaine seulement, a indiqué le CEO d’Intel Brian Krzanich lors de présentation des résultats trimestriels cette semaine.

Des SSD 3D XPoint ont déjà été livrés en test aux premiers clients, principalement des fournisseurs de services cloud, pour les inciter à adopter cette technologie. Mais Intel tente encore de comprendre comment exploiter et vendre cette technologie qui peut remplacer la mémoire, la flash ou les deux composants à la fois selon les cas de figure.La plus grande capacité et des temps d’accès plus rapides que les SSD pourraient être attrayants pour les joueurs, et apporter le niveau de performances qu’ils attendent, souligne Brian Krzanich. « Vous pouvez précharger en cache le prochain niveau de votre jeu et le charger ensuite presque instantanément » a-t-il dit. Les premiers SSD Optane cibleront donc les PC haut de gamme comme les plates-formes de jeu et les ordinateurs de bureau. Ils seront également disponibles pour les ordinateurs portables et les baies de stockage, indique le CEO.

Intel proposera des SSD de 1 To avec une épaisseur de 1,5 millimètre pour les ordinateurs portables et les tablettes, et jusqu'à 15 To avec les modèles 2,5 pouces. Ils seront compatibles avec les interfaces NVMe et PCI-Express sur les PC et les Mac compatibles. Le fondeur doit encore convaincre les fournisseurs de serveurs et de baies de stockage qui ont massivement investi sur la NAND flash et qui passent aujourd’hui au NVMe en mode fabric. « Nous avons commencé à expédier des unités d'échantillonnage aux clients afin de les laisser essayer et comprendre ce qu’ils pourront faire avec. Il s’agit des grands fournisseurs de services cloud computing », a déclaré Brian Krzanich.

Facebook collabore par exemple avec Intel sur 3D Xpoint dans le cadre de son Open Compute Project. Ces entreprises sont susceptibles de travailler à l’intégration des Optane avec Lightning, la plate-forme de stockage open source JBOF ((just a bunch of flash). La technologie 3D Xpoint pourrait être exploitée avec les SGBD et les grandes applications, qui génèrent et traitent beaucoup de données en général. Plus la capacité mémoire est importante, plus les données sont traitées rapidement. L’arrivée de la 3D Xpoint pourrait éventuellement conduire à des changements dans la conception des serveurs avec des châssis spécialisés et découplés gorgés de DIMM pour offrir une très grande capacité mémoire aux applications in-memory telles que SAP HANA.

Si Intel est incapable aujourd’hui d’estimer la taille du marché pour la 3D Xpoint, les barrettes DIMM reposant sur cette technologie pourraient rapidement remplacer la mémoire volatile qui ne peut pas conserver les données. « Quand je pense d’où viendront les grands volumes, ce sera le form factor DIMM », a déclaré Brian Krzanich.Des bruits de couloirs prêtent à Microsoft l'ambition de lancer un ordinateur tout-en-un afin de venir concurrencer l'Apple iMac mais également d'autres constructeurs de PC comme Lenovo, Dell ou encore HP également positionnés sur ce créneau. Un bon moyen pour la firme de Redmond de renforcer sa gamme Surface après les modèles Pro, Book et Hub. Depuis qu'il a sérieusement remis un pied à l'étrier dans les terminaux en octobre 2012 avec ses Surface, Microsoft n'a cessé d'élargir sa gamme de terminaux sous cette appellation. Après les modèles Pro puis Book et récemment Hub, la firme de Redmond aurait dans ses cartons un autre projet. Et pas des moindres puisqu'il s'agirait ni plus ni moins que d'un ordinateur portable tout-en-un, à la manière de ce que font d'autres constructeurs sur le marché au premier rang desquels Apple avec son iMac ou encore Dell, HP et Lenovo. L'arrivée d'un PC Surface tout ne constitue cependant pas en soit pas une véritable surprise, Microsoft ayant déjà l'année dernière déposé un brevet concernant une machine assez semblable. http://www.fr-batterie-portable.com/sony.html