Sites Grátis no Comunidades.net Wordpress, Prestashop, Joomla e Drupal Grátis


Total de visitas: 10643
Batterie Asus k61

Intégrer des PC pour gamers dans des offres d'ordinateurs d'entrée de gamme s'est déjà révélé une mauvaise stratégie pour certains constructeurs. Pourtant, Dell a choisi de tenter sa chance sur cette voie. Ses PC pour le jeu les plus abordables rejoignent en effet ses offres grand public de la gamme Inspiron. En parallèle, le texan veut monter en gamme ses PC de jeux premium Alienware avec le support de la 4K et de la réalité virtuelle.Aux CES de Las Vegas, Dell a ainsi présenté les nouveaux modèles de la série de laptops Inspiron 7000 conçus pour le jeu. Disponibles à partir de 799 $HT, les Inspiron 7000 ne sont pas aussi bien dotés que les dernières versions des Alienware 13,15 et 17, également annoncés lors du CES et disponibles dès ce mois de janvier.Les Inspiron 7000 (14 ou 15,6'') disposent néanmoins de caractéristiques de bonne facture au niveau du graphisme et des capacités de calcul. Ceci grâce à la puce Kaby Lake Core i7H d'Intel et au circuit GeForce GTX 960M de Nvidia qu'ils embarquent. Les modèles sont les plus puissants de la série Inspiron qui n'avait jamais, jusqu'ici, intégré de machines dédiées au jeu vidéo.

Toutefois, cela ne suffit pas à rivaliser avec les nouveaux portables Alienware, tant en termes de vitesse de calcul qu'en capacité de traitement graphique. A titre d'exemple, les Alienware sont compatibles avec la réalité virtuelle et disposent de processeurs et de circuits graphiques plus puissants. En outre, ils sont équipés du port graphique Alienware Adapter qui permet de les connecter à des cartes graphiques externes. On peut également citer la fonction d'eye tracking de l'Alienware 17 qui procure une meilleure expérience utilisateurs aux joueurs.Au regard de ces éléments, il est légitime de se demander pourquoi Dell sépare ses gammes de PC pour joueurs en deux. En fait, le constructeur cherche à mettre la gamme Alienware encore plus en valeur afin qu'elle soit associée avec des concepts à la mode tels que la réalité virtuelle et la 4K, ainsi qu'avec les dernières technologies en général. De cette façon Alienware restera une marque premium pour les joueurs, une population d'acquéreurs potentiels qui croit rapidement.

Cette stratégie est néanmoins risquée. Quelques fabricants de PC ont placé des modèles de PC de jeux premium dans des gammes de PC grand public et en ont payé le prix. Ce fut le cas de HP qui a intégré ses VoodooPC dans sa gamme Envy puis finalement fermé sa division Voodoo dont la survie ne semblait pas valoir la peine d'un point de vue économique. Sauf qu'à l'époque le jeu vidéo sur PC était un marché de niche. Or, aujourd'hui, il croît à grand pas et HP a fait marche arrière en lançant la gamme Omen. Les tentatives faites par le fabricant Falcon Northwest pour entrer sur le marché grand public global avec des PC de jeu n'ont pas fonctionné non plus.En 20 ans d'existence, Alienware est devenu une marque reconnue pour ses modèles de PC de jeu. La marque a contribué à venir bout de l'idée qui voulait que le jeu sur PC était réservé à ceux dont c'est le hobby. Désormais, la marque est devenue un actif important pour Dell qui souhaite la protéger en segmentant ses PC pour jeux. Voici donc ce qui l'amène aujourd'hui à lancer les Inspiron 7000 qui doivent séduire les joueurs occasionnels, pour réserver la marque Alienware aux passionnés. « L'inspiron 7000 offre de très bonnes performances à un prix encore plus accessibles pour les joueurs », estime Chris Saylor, un membre de l'équipe marketing de Dell chargé du secteur du jeu vidéo.

Dell va aussi procéder à des changements dans la stratégie qu'il mène autour des PC Alienware. « Tous les modèles de cette gamme profitent actuellement de mises à jour qui vont leur permettre de monter en gamme », indique Brian De Zayas, le directeur marketing en charge du jeu chez Dell. « Les joueurs les plus passionnés s'orientent désormais vers la 4K et les écrans OLED. Quelque écrans HD (1080 Px) seront toujours proposés dans la gamme mais les ordinateurs Alienware vont être une vitrine des nouvelles technologies tels que l'eye tracking (capteur oculométrique), l'overclocking ou encore la personnalisation des commandes.Les Inspiron 7000 peuvent être configurés avec un disque dur de 1To et un SSD de 128 Go. Le modèle 14'' arbore un écran HD (1080 p) mais le modèle 15,6'' est disponible aussi avec un écran 4K. Les deux machines disposent d'un port gigabit Ethernet, du Wifi 802.11ac, jusqu'à 32 Go de mémoire, d'un subwoofer et des fonctions audios Waves MaxxAudio.De son côté, l'Alienware 13 est proposé à un prix de départ de 999 $ HT. Par défaut, il est doté d'un écran d'une résolution de 720 p mais peut être aussi livré avec un écran OLED 2560 X 1440 P. Les CPU proposés sur la machine sont, au choix, un quatre coeurs core i5-7300HQ ou core i7-7700HQ, et les GPU des Nvidia GeForce GTX 1050 ou 1060. Le tout tient dans un ensemble de 2,6 Kg.

L'Alienware 15 est commercialisé à partir de 1 199 $ HT. En option, il peut être équipé d'une puce quatre coeurs Corei7-7820K qui peut-être overclockéz à 4,4 Ghz. L'écran 4K est disponible en option sur ce portable qui pèse 3,49 Kg. Quant aux options de GPU, elles incluent les GeForce GTX 1050 Ti, GeForce GTX 1060 et GeForce GTX 1070 de Nvidia, ainsi que la Radeon RX 470 d'AMD.L'Alienware 17 est la machine la plus puissante des trois nouveaux modèles présentés par Dell. Sa version la plus abordable est à 1 399$ HT. Il supporte la technologie d'eye tracking de Tobii et et peut être livré avec un écran 4K. En termes de CPU, les options sont les mêmes que pour l'Alienware 15. Le portable peut être configuré avec une GeForce GTX de Nvidia avec 8 Go de mémoire GDDR5X. Il peut offrir jusqu'à 3 To de stockage (jusqu'à 2 To en SSD et 1 To en HDD).Côté connectique, les portables Alienware arborent 2 ports USB 3.0 Type-A, un port USB 3.0 type-C et un port USB Type-C Thunderbolt. Il faut y ajouter une sortie HDMI 2.0, un port Mini-Display, des contrôleurs gigabit Ethernet et 802.11ac 2x2. Tous les modèles peuvent supporter jusqu'à 32 Go de mémoire.

Moins bien dotés que les Alienware, les Inspiron 7000 (14 ou 15,6'') disposent néanmoins de caractéristiques de bonne facture au niveau du graphisme et des capacités de calcul.Présenté en avant-première au CES 2017 de Las Vegas, l'Ultrathin de Dell est un écran 27 pouces qui se démarque par un design ultra-fin, mais qui pêche par l'absence de la 4K et par une puissance électrique insuffisante qui ne permet pas aux derniers MacBook Pro de tirer parti de son port USB-C. Présenté en avant-première au CES de Las Vegas, l’Ultrathin de Dell ou S2718D est un écran 27 pouces qui se distingue par une conception ultra-fine et par la présence d’un port USB-C. Sa technologie « Infinity Display » permet en effet de réduire les rebords de la dalle qui sont quasiment inexistants. Cependant, son support est un peu plus volumineux que celui de la plupart des autres écrans et c’est à cet endroit que l’alimentation électrique transite. Car s’il est séduisant en termes de conception, son point faible réside dans son manque de puissance électrique.Bien qu’il soit pourvu d’un port USB-C, l’Ultrathin 27 pouces de Dell dispose d’une puissance électrique limitée à 45 watts. Il n’est pas donc pourvu d’une charge suffisante qui lui permettrait d'alimenter les MacBook Pro 13 pouces et 15 pouces. En comparaison, l’UltraFine 5K du constructeur LG permet d’obtenir une puissance allant jusqu’à 85 watts. L’autre déception de ce modèle est qu’il ne supporte pas la 4K en encore moins la 5k. Il se contente de la QuadHD avec une définition de 2560 x 1440 points par pouce, et une couverture des couleurs de plus de 99% en sRGB. Ce moniteur sera commercialisé aux Etats-Unis à partir du 23 mars 2017 pour 700 dollars HT. Selon Dell, il devrait ensuite rapidement être proposé à l’international.

Après avoir lancé son ultrabook XPS 13 en 2016, Dell profite de ce début d'année pour présenter une version hybride 2-en-1 permettant à l'écran de se replier sur le clavier pour devenir une tablette. Un choix qui s'inscrit dans la logique du marché actuel. Dell cède à la tentation des PC hybrides détachables ultra fin. Appartenant à la famille des 2-en-1, ce type de terminaux fleurit actuellement sur le marché, poussée par la demande des utilisateurs de joindre le meilleur des deux mondes entre l'usage bureautique de l'ordinateur portable, et à la fluidité de l'interface tactile d'une tablette. Après avoir proposé une première version de son XPS 12 sous forme de PC hybride non détachable, Dell avait aussi sauté dans le train de l'hybride détachable. Un domaine où la Surface de Microsoft a longtemps été précurseur avant d'être rejoint depuis par l'ensemble des constructeurs du marché et même Apple. Décidant de développer ses 2-en-1 après ses modèles Latitude et Inspiron, c'est au tour d'un autre fleuron de la gamme de PC du constructeur texan de passer de l'autre côté du miroir. En l'occurrence il s'agit de son modèle star, à savoir le XPS 13. Très apprécié à sa sortie en 2012 - et après une itération sous Linux des plus remarquées - le portable haut de gamme de Dell arrive donc en version hybride, et sera officiellement dévoilé au CES 2017 (Las Vegas du 5 au 8 janvier). Sa commercialisation interviendra d'ailleurs dans la foulée, aux environs de 1 000 euros H0T (à partir), soit près de 200 euros de plus que la précédente version. Tel est le prix de la versatilité...

De l'extérieur, ce XPS 13 2-en-1 ressemble de près à son prédécesseur, bien que la charnière soit évidemment différente et renforcée. L'écran peut ainsi pivoter à 360 degrés pour transformer le terminal en tablette. Pesant 1,24 kilo, ce modèle est fin, avec une diagonale de 13,3 pouces. L'unité testée par notre collègue d'IDG News Service disposait d'une résolution de 3200 X 1800 pixels. Les couleurs sont brillantes et vives et les vidéos sont fluides. Pas d'option 4K malheureusement a priori.En termes d'autonomie, Dell annonce entre 9 et 15 heures entre chaque charge, dépendant bien entendu de la façon dont on se sert du terminal. Côtés performances techniques, le XPS 13 2-en-1 est en retrait par rapport au modèle classique, avec une 7e génération d'Intel Core i5-7Y54 et i7-7Y75 moins rapides que les Kaby Lake i3, i5 et i7 proposés avec les XPS 13 premiers du même nom. En termes de connectique, on trouve des fonctions comparables avec le support du WiFi 802.11ac, des ports Thunderbolt 3, micro-SD, 2 USB Type-C 3.1. Ces derniers fonctionnent avec des connecteurs HDMI et DisplayPort.

En revanche, certaines faiblesses n'ont pas été corrigées. On pense au problème de webcam située en partie basse de l'écran, pas vraiment un sommet d'ergonomie et de praticité. Au final, pour celui qui recherche un terminal versatile, il pourra se tourner vers le XPS 13 2-en-1, tandis que celui cherchant avant tout du multi-tâches se tournera vers la version classique. En tout état de cause, la dernière version de ce terminal est un bon hybride doté d'un super écran.Le fabricant de processeurs Qualcomm estime que les problèmes liés au Galaxy Note 7 de Samsung amputeront ses finances très légèrement. Il compte entre autres sur le lancement de smartphones haut de gamme par d'autres fabricants pour combler un éventuel manque à gagner. Si la débâcle du Galaxy Note 7 a lourdement pesé sur les comptes de Samsung, elle risque d'avoir des conséquences un peu moins graves pour le fabricant de processeurs Qualcomm qui a équipé ce smartphone. Ce fiasco ne devrait impacter les revenus du fournisseur de composants que très légèrement, avec des effets qui se feront sentir à partir du 1er trimestre 2017. C'est ce qu'ont indiqué les dirigeants du groupe au cours d’une conférence sur la présentation des résultats financiers. Pour eux, l’impact du smartphone défectueux sera peu important dans les comptes de leur entreprise, d'abord parce qu'il s’est vendu beaucoup moins de Galaxy Note 7 intégrant le chipset Snapdragon 820, que de Galaxy S7 ou S7 Edge