Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11511
Batterie Asus NX90JQ

La build 14393 de Windows 10 est également disponible dans sa version IoT Core pour les mini cartes de type Raspberry Pi utilisées par les développeurs pour réaliser des dispositifs connectés pour l'Internet des objets. La mise à jour Anniversaire de Windows 10 s’applique aussi à la version IoT Core réduite destinée au Raspberry Pi 3 et qu’à d’autres cartes mères du même type destinées aux développeurs comme le MinnowMax, le Raspberry Pi 2 et le DragonBaord 410c. Ces cartes sont utilisées pour mettre au point toutes sortes de dispositifs, notamment des robots et des drones. Cette version s’installe plus facilement, indique Microsoft dans un billet.Sur son site Hackster.io, l’éditeur de Redmond présente quelques projets intéressants réalisés avec ces équipements, comme une application de reconnaissance faciale déclenchée par une porte, des systèmes d’automatisation pour la maison et des stations météos.Il s’est déjà vendu plusieurs millions de Raspberry Pi depuis le lancement de la carte qui fonctionne essentiellement avec des OS Linux (Ubuntu, Raspbian…). La mise à jour IoT Core de Windows 10 apporte de son côté des améliorations sur la sécurité et la connexion au service cloud Windows Azure. Elle corrige aussi des bugs sur l’OS et les problèmes de reconnaissance vocale rencontrés, selon les informations fournies par Microsoft.

Afin de monter d'un cran la qualité de son réseau Wi-Fi dans ses restaurants destiné utilisable par ses collaborateurs à des fins professionnelles, le géant de la restauration collective Sodexo a déployé un réseau Wi-Fi uniformisé sur l'ensemble de ses sites.
Au delà des seuls restaurants concédés, sa spécialité historique, le groupe Sodexo se présente aujourd'hui comme opérateur de « services de qualité de vie » via de multiples prestations y compris aux domiciles de particuliers. Avec 35 000 sites répartis dans 80 pays, il délivre 70 millions de repas par jour grâce à 420 000 collaborateurs. Chaque pays choisissait ses prestataires pour équiper son réseau sans fil mais ce choix initial posait des problèmes d'une part de qualité, d'autre part de confort et de sécurité pour les grands voyageurs du groupe amenés à se déplacer entre filiales. Sodexo a donc choisi de déployer une solution wi-fi standardisée au niveau mondial garantissant une unification de confort, d'administration et de sécurité.

Après appel d'offres et de nombreux tests, c'est la solution proposée par Habeum SAS reposant sur des bornes Aerohive Networks qui a été choisie. Habeum SAS avait comme particularité, par rapport à ses concurrents, de proposer un modèle avec financement mensuel globalisé intégrant non seulement les bornes mais l'ensemble du service de configuration et de maintenance à distance. En cas d'incident, les sites principaux sont desservis en J+1 pour le remplacement d'une borne, les sites plus éloignés disposant de bornes de secours en stock local. Le coût de la solution a évidemment aussi été déterminant. En dehors du réponse basique comme le support de la norme 802.11ac et le chiffrement nativement intégré, les bornes choisies sont alimentées via le câble Ethernet (PoE) et possèdent une réelle autonomie sans nécessité de déployer un contrôleur qui aurait posé problème dans des sites sensibles comme les hôpitaux. Les smartphones, y compris personnels via le BYOD, et les ordinateurs portables professionnels sont gérés via des réseaux distincts ayant chacun leur SSID mais sur les mêmes bornes.

La solution est déployée pour l'instant en France, au Portugal et en Suède, les déploiements se poursuivant progressivement pays par pays. Pour l'instant, l'utilisation est prévue uniquement en interne même si un réseau « guest » (avec SSID propre) a été prévu.Les processeurs Kaby Lake d'Intel arrivent sur un marché morose avec l'ambition de convaincre les utilisateurs de renouveler leur PC pour gouter à la 4K et à la VR. Un pari loin d'être gagné pour le fondeur... Toujours gravés en 14 nm, les processeurs Intel Kaby Lake de 7ème génération arrivent à un moment opportun pour le fondeur qui peine aujourd’hui à convaincre les utilisateurs à changer de PC. Si les progrès en performances sont modestes, la firme de Santa Clara mise sur l’engouement attendu pour la réalité virtuelle et la 4K pour pousser au renouvellement de machines qui affichent aujourd’hui une durée de six ans en moyenne. Les utilisateurs remplacent plus volontiers leur smartphone que leur PC qui peut connaître une seconde vie avec une carte graphique récente pour les jeux. Et comme Windows 10 s’accommode plutôt bien des machines anciennes, Intel est confronté à une situation inédite. Si chaque nouvelle version de Windows demandait en effet toujours plus de ressources matérielles, Microsoft a enfin arrêté la surenchère avec son dernier OS.

Pour enrayer la baisse continue des ventes de PC, Intel entend se concentrer sur les segments du marché en croissance, à savoir les 2 en 1, les machines pour gamers et la réalité virtuelle. Kaby Lake est justement armé pour relancer l’intérêt des utilisateurs désirant se frotter à la VR. Ce CPU est plus rapide (la fréquence maximale passe de 3,1 à 3,6 GHz) et plus économe en énergie que son prédécesseur, la 6ème génération Skylake. C’est également la première puce d’Intel supportant nativement le décodage de flux 4K en temps réel avec 60 images par seconde. Une caractéristique importante pour la réalité virtuelle qui compte beaucoup sur cette résolution pour bluffer les utilisateurs.Pour l’instant, les premières versions des processeurs Kaby Lake se destinent aux ordinateurs portables et aux tablettes hybrides avec des performances en hausse de 12%, la capacité de décoder des vidéos 4K sans carte graphique additionnelle et une autonomie accrue. Chris Walker, vice-président en charge de l’activité Mobility et Client Computing Group chez Intel a même indiqué que l’autonomie pouvait atteindre 9,25 heures lors de la lecture de vidéos 4K.

Les six premières moutures (de 4,5 à 15 Watts) de Kaby Lac se destinent aux ordinateurs portables livrées avec Windows 10. Il n'y aura pas de PC Windows 7 avec Kaby Lake, a précisé le dirigeant d’Intel, même si rien n’empêche cette puce de fonctionner avec ces anciens OS. Les pilotes hardware ne seront toutefois pas tous disponibles. Il faudra attendre janvier prochain pour accueillir les versions les plus puissantes destinées aux PC haut de gamme et aux stations de travail, qui pourront être vendus en bundle avec un casque Occulus Rift ou HTC Vive. Pour accompagner la sortie de ses puces de 7ème génération, Intel compte également sur ses SSD Optane dotés de la technologie 3D Xpoint qui ont commencé à être livrés pour tests à certains fournisseurs.Mais Intel destine également ses puces Kaby Lake à des solutions plus modestes comme les Chromebook de Google, les NUC et même les PC sticks en complément des processeurs Atom. Et même à des casques VR d’entrée de gamme seulement capable d’afficher des vidéos 4K sur leur écran. Reste à savoir sur la VR ne connaitra pas le même sort que la 3D sur les TV et les PC. C’est à dire un aller simple vers les oubliettes.

Signalons enfin que les Kaby Lake sont la troisième génération de puces Intel pour PC utilisant la gravure 14 nanomètres après les Broadwell et Skylake. Les problèmes de fabrication en 10 nm ont en effet amené Intel à graver ses processeurs Kaby Lake en 14 nm et réserver le 10 nm pour sa prochaine génération de puces, les Cannonlake attendues fin 2017.Après plusieurs mois de report, le premier ordinateur portable de Lenovo avec un écran OLED (diode électroluminescente organique) est disponible sur le marché américain - l’Europe devrait rapidement suivre - mais on ne sait pas encore si le fabricant chinois compte lancer d’autres PC de ce type. Il s’agit en fait d’un test pour sonder le marché.

Équipé d’un écran OLED de 14 pouces, le Yoga ThinkPad X1 est commercialisé aux États-Unis au prix de 1682$ HT, un tarif un peu plus salé qu’un modèle équivalent doté d’une dalle Led classique (1394$ HT). Ce ThinkPad X1 est aujourd’hui l'ordinateur portable avec le plus grand écran OLED. La diagonale de la dalle de l’HP Spectre x360 et du Dell Alienware 13 ne dépasse pas 13,3 pouces. Le ThinkPad X1 dispose d'un écran tactile rotatif qui peut afficher des images à une résolution 2560 x 1440 pixels. Il affiche un poids d'1,2 kg avec une épaisseur de 17 millimètres. Les autres caractéristiques du modèle d'entrée de gamme incluent un SSD 128 Go et 8 Go de RAM. L’autonomie atteint 11 heures environ selon le constructeur.Comme dans les téléviseurs, les smartphones et les tablettes, les dalles OLED sont censées remplacer les écrans LED des ordinateurs portables et des moniteurs, mais cela pourrait prendre des années. Les dalles OLED sont plus minces, affichent des images plus nettes et sont aussi plus efficaces en terme de consommation électrique, ce qui les rend parfaitement adaptées aux besoins des ordinateurs portables. Mais seuls quelques fabricants de PC ont pour l’instant manifesté de l’intérêt pour l’OLED. Les écrans sont en effet coûteux et posent des problèmes d’incrustation d’images qui doivent encore être résolus.http://www.fr-batterie-portable.com/apple.html

Les livraisons de PC portables OLED ont également été retardées en raison de soucis d'approvisionnement liés à des questions de test qualité. Si les principaux fabricants de dalles OLED sont aujourd’hui LG et Samsung, qui mise aussi sur le QLED (des écrans avec des nano-cristaux de type Quantum Dots attendus en 2020) , ils se concentrent davantage sur les écrans pour téléviseurs et smartphones que les PC. Les deux sud-coréens sont en effet des nains sur le marché de la micro-informatique alors que leurs produits électroniques s’arrachent sur tous les marchés dans le monde. Malgré l’intérêt, justifié, des consommateurs pour les écrans OLED, les fournisseurs de PC sont donc réduits à attendre que l'approvisionnement s’améliore et que les prix baissent pour généraliser l’OLED sur leurs laptops. Alors que le marché des terminaux micro-informatiques a baissé de 3,4% en Europe de l'Ouest, les livraisons d'ultraportables et de tablettes à clavier détachables ont progressé respectivement de 28,5% et 192,3% au second trimestre 2016.