Sites Grátis no Comunidades.net Wordpress, Prestashop, Joomla e Drupal Grátis


Total de visitas: 10367
Batterie Asus VivoBook U38DT

2016 est à marquer d'une pierre blanche pour Gfi Informatique et ce à plusieurs titres. D'une part, parce qu'au cours de ces douze mois, l'ESN française a réalisé sa meilleurs croissance organique dans et hors de l'Hexagone depuis 2009. En outre, elle a vu son chiffre d'affaires dépasser pour la première fois le milliard d'euros avec 1,015 Md€ précisément. Comparé à 2015, il ainsi progressé de 13,6% en facial, et de 8,1% si l'on omet notamment les acquisitions des sociétés Efron (Espagne) et Roff (Portugal). En France, les revenus de Gfi ont crû de 9% (7,5% en organique) à 832,2 M€. Dans le reste du monde, les facturations ont représenté 183,3 M€, soit 40,5% de mieux (+11,6% en organique) qu'un an plus tôt.Au cours du quatrième trimestre, la croissance organique de la société a néanmoins connu un ralentissement en France. Entre octobre et décembre, son chiffre d'affaires dans l'Hexagone n'a en effet progressé que de 1,5% à 216,1 M€. A l'étranger, en revanche, le rythme de croissance a été légèrement supérieur à celui du reste l'année (+12,3%). L'ESN explique ce résultat trimestriel en demi-teinte en France par le fait que le calendrier comportait un jour de moins que l'an dernier et par une saisonnalité des ventes légèrement différente.Au 31 décembre 2016, les collaborateurs de Gfi étaient au nombre de 8 429 personnes, soit 464 de plus qu'à la fin 2015. A la même période, son carnet de commandes affichait une progression de 7,5%, ce qui laisse à nouveau présager d'un bon exercice 2017 pour l'entreprise.

Malgré un chiffre d'affaires en retrait de 2% au titre de l'exercice 2016, ITS Group a vu son résultat opérationnel courant progresser d'au moins 15% sur la même période, preuve que sa transformation semble bien engagée. ITS Group affiche des résultats préliminaires en demi-teinte pour son exercice 2016. Sur douze mois, le chiffre d'affaires de l'ESN a atteint 188,6 M€, soit 2% de moins que lors de l'année précédente. Le quatrième trimestre a été le moins performant avec des facturations en baisse de 4% à 55,2 M€. Sur l'ensemble de l'exercice, C'est l'activité historique de vente et d'intégration d'infrastructures du groupe qui a pénalisé ses résultats globaux. Celle-ci a généré des revenus en retrait de 6% à 88,1 M€ (plus de 40% des facturations totales).Conscient de la méforme de cette activité, ITS Group tente depuis quelques années de diversifier ses sources de chiffre d'affaires. Avec succès, semble-t-il, puisque ses activités d'hébergement de cloud et de services managés ont généré 20,4 M€ de chiffre d'affaires annuel (+7%). Ses activités services, elles, sont restées stables à 80,1 M€.

Malgré ces résultats en légère baisse, la rentabilité du groupe devrait progresser en 2016. Alors qu'en 2015, une année qualifiée « de transition », ITS Group avait vu son résultat opérationnel courant diminuer de moitié, ce dernier a progressé d'au moins 15% en 2016. Nous en saurons plus lors de la publication des résultats complets qui seront dévoilés le 29 mars. Les revenus cloud de Microsoft ainsi que ses ventes de produits pour les PC ont augmenté au cours de son deuxième trimestre clôt le 31 décembre dernier. Ce n'est pas le cas de ceux de son activité services qui sont ressortis en recul par rapport aux trois précédents trimestres. L'accent mis sur le cloud par Microsoft depuis plusieurs trimestres continue de porter ses fruits. Le géant du logiciels a en effet affiché une croissance dans toutes ses activités liées au cloud au cours du dernier trimestre clôturé le 31 décembre 2016, et notamment les entités Office, Dynamics et Azure. Détaillant hier les résultats financiers de son deuxième trimestre fiscal, la compagnie a indiqué que son activité commerciale cloud a généré des revenus d’un montant de 14 milliard. Au cours du trimestre précédent, ce chiffre était de 13 milliards de dollars. La croissance d’Azure a été particulièrement forte. D’une année sur l’autre, les revenus de l'entreprise a augmenté de 93%.

Dans l'ensemble, les revenus et les bénéfices de Microsoft sont en hausse. La société a atteint près de 24,1 milliards de dollars de ventes totales, avec un résultat net de 5,2 milliards de dollars. Cela représente une hausse de près de 23,8 milliards de dollars de recettes et un revenu net de plus de 5 milliards de dollars par rapport à l’année 2015.L’activité PC a également affiché une bonne vigueur au cours du trimestre. Les ventes de périphériques pour Windows ont gagné des parts de marché au cours du trimestre, a déclaré Amy Hood, la directrice financière de Microsoft, lors d'une conférence téléphonique. Alors que la plupart des activités de Microsoft ont progressé au cours du trimestre, le quasi-abandon des smartphones Windows reste un écueil dans les revenus de l’éditeur. Le chiffre d'affaires en téléphonie s’est écroulé fin 2016, avec un chiffre d'affaires en baisse de 81% sur un an.L’activité services de l'entreprise a diminué de 4% après avoir augmenté durant les trois trimestres précédents. Microsoft explique cette baisse avec la fin des contrats de support personnalisé pour Windows Server 2003 dans les entreprises. Microsoft avait officiellement mis fin à la prise en charge de cet OS serveur en 2015, mais certains clients avaient souscrit un support étendu sous forme de contrats personnalisés.

Ces résultats ne reflètent pas encore l'impact de LinkedIn sur les revenus de Microsoft, puisque que l'acquisition de 27 milliards de dollars a été conclue trois semaines avant la clôture du trimestre. Microsoft a toutefois indiqué que LinkedIn avaient engrangé 228 millions de dollars de revenus au cours de cette période et perdu 100 millions de dollars. Le CEO de Microsoft Satya Nadella a déclaré qu’à l’avenir le plus grand tâche pour LinkedIn sera d'accroitre ses utilisateurs et d’améliorer leur engagement. À cette fin, Microsoft se concentrera sur l'intégration rapide entre LinkedIn et des produits comme Office 365 et Dynamics.Porté par une solide dynamique sur ses marchés historiques, Groupe Open a réalisé 304,7 M€ de chiffre d'affaires en 2016. Le cabinet de conseil espère passer la barre des 500 M€ de facturations en 2020. Pour le compte de son exercice 2016, Groupe Open affiche des revenus en ligne avec son plan stratégique 2020. L'ESN a réalisé 304,7 M€ de chiffre d'affaires, soit 7,9% (+6,2% en organique) de mieux qu'en 2015. Cette croissance est bien supérieure à celle du marché du conseil et des services français estimée à 2,5% (Source : Syntec Numérique). Dans l'Hexagone, le groupe a généré des facturations en hausse de 9,1% (+7,3% en organique) à 281,9 M. Elles ont surtout été réalisées dans les secteurs de l'énergie, des services, des transports et de la banque, des assurances et de la finance.

Comme tous les ans, la progression de l'activité de l'ESN s'est accompagnée d'une forte augmentation de ses équipes. 850 nouveaux collaborateurs l'ont rejointe l'an passé, portant son effectif total à 3600 personnes contre 3350 à la fin 2015. Afin de soutenir ses ambitions de croissance, le Groupe Open leur proposera d'ailleurs un plan d'intéressement qui pourrait déboucher sur la création et l'attribution de 381 182 actions (4% du capital).Si le groupe n'a pas encore dévoilé ses résultats complets -ce sera le cas le 15 mars-, il assure que sa rentabilité a également progressé en 2016. Pour l'exercice 2017, L'ESN table sur une croissance organique similaire à celle de l'an dernier. Elle devrait être renforcée par plusieurs acquisitions dont la finalisation est en court. Pour rappel, dans le cadre de son plan stratégique, Groupe Open espère passer la barre des 500 M€ de facturations à l'horizon 2020 pour un résultat opérationnel courant équivalent à 10% du chiffre d'affaires. Habitué aux fortes croissances, Solutions 30 a fait encore mieux qu'à l'accoutumé en 2016. Au cours de cet exercice, le chiffre d'affaires du prestataire de services en nouvelle technologies (installation, dépannage, formation) a en effet atteint 191,7 M€, soit 53,1% de mieux qu'un an plus tôt. Cette hausse de revenus, organique pour les deux tiers, a été particulièrement perceptible entre octobre et décembre derniers (+67,6%).

En croissance de 50,7% à 133,4 M€, les facturations annuelles de l'entreprise en France représentent toujours la majorité de son activité. Leur progression s'est notamment appuyée sur la mise en production de contrats passés en 2015 pour cinq ans portant sur le déploiement d'infrastructures Internet haut-débit et l'installation des compteurs intelligents Linky. L'avenir est d'autant plus prometteur dans l'Hexagone pour le prestataire qu'il a aussi remporté un premier contrat pour l'installation de 6% de 5,2 millions de compteurs à gaz communicants.Hors des frontières françaises, la progression des revenus de Solutions 30 (+58,9% à 58,3 M€) s'est nourrie des rachats des sociétés espagnoles Rexion (novembre 2015) et Autronic (mars 2016) ainsi que de ceux du belge JFS (mai 2016) et de l'allemand ABM (novembre 2016).Alors que SAP a réalisé 22,07 Md€ de facturation en 2016, la zone EMEA reste son plus gros marché. L'adoption du cloud y est toutefois très en retrait par rapport à la zone Amériques. En 2016, SAP a vu ses facturations progresser de 6% et s'établir ainsi à 22,07 Md€. Comme l'an passé, cet exercice a été marqué par une montée en puissance des offres cloud. Les revenus tirés de leurs commercialisations (vente et support) ont progressé de 30% l'an passé et frôlent les 3 Md€. De fait, ils représentent maintenant 13,6% des facturations globales de l'éditeur.

L'activité logicielle traditionnelle (licence et support) de SAP reste la plus lucrative pour l'éditeur. En 2016, elle a généré 15,4 Md€ de revenus, en hausse de 3%. Quant aux services, ils ont représenté 3,6 Md€ de chiffre d'affaires, en progression de 3%. L'éditeur allemand affiche également une rentabilité en hausse avec un résultat opérationnel de 6,62 Md€ (+4%) et un bénéfice après impôt de 4,6 Md€ (+3%).La région EMEA reste le principale marché de SAP avec 9,7 Md€ de facturations générées, contre 8,9 Md€ pour la zone Amériques et 3,4 Md€ en Asie Pacifique. C'est toutefois dans cette dernière région que l'adoption du cloud a été la plus forte (+44% à 201 M€). Néanmoins, la zone Amériques reste le premier marché de SAP dans le cloud avec 2 Md€ de facturations (+26%), soit plus de deux tiers des revenus tirés par l'éditeur de ses services hébergés. S'agissant du cloud, la zone EMEA ne représente quant à elle que 704 M€ de chiffre d'affaires (+38%).Pour 2017, SAP mise sur un chiffre d'affaires total compris entre 23,2 et 23,6 Md€. Pour le seul domaine du cloud, il table sur des facturations comprises entre 3,8 et 4 Md€, soit une croissance de 34%.

Samsung Electronics a déclaré que son bénéfice a augmenté de près de 20% pour l'année 2016 malgré des ventes étales et le coûteux rappel des Galaxy Note 7. Les résultats de Samsung Electronics étaient particulièrement attendus suite aux frais engagés avec le rappel de ses smartphones Galaxy Note 7 qui explosaient un peu partout dans le monde. La société a rapporté un bénéfice net annuel de 22,7 mille milliards de wons (19,5 milliards de dollars), en hausse de 19,2%, pour un chiffre d’affaires de 201,9 mille milliards de wons (173,5 milliards $), en hausse de seulement 0,6%.Les composants mémoire du Sud-Coréen ont connu un vif succès grâce à une forte demande de la part des fabricants de smartphones. La société est en effet l'un des plus grands fabricants de composants Nand flash dans le monde. La division mobile a vu ses ventes baisser de 3% en 2016 (97,8 mille milliards de wons). C’est la principale division de Samsung Electronics qui a vu ses ventes impactées par le rappel des Galaxy Note 7 – suite à des problèmes de batteries - et un ralentissement de la demande pour les téléphones haut de gamme.

Hier, Samsung a publié les résultats de son enquête sur les explosions de Galaxy Note 7 en incriminant deux fournisseurs de batteries. Des problèmes de conception et de fabrication ont entrainé des courts-circuits et l’explosion des smartphones équipés avec ces batteries.Pour l’année à venir, Samsung s’attend à un ralentissement du marché du smartphone alors que les services reposant sur un assistant dopé à l’intelligence artificielle présentent de belles opportunités d'affaires. À ce jour, les combinés Samsung sont livrés avec un assistant personnel – Voice – développé par Google, mais la société aurait développé son propre outil. Le Sud-Coréen signale également qu’il entend relancer la compétitivité de ses smartphones d’entrée à moyen de gamme en rajoutant des fonctionnalités disponibles sur des modèles plus onéreux.Dans le secteur de l'électronique grand public, si les ventes ont légèrement augmenté, les bénéfices ont doublé et atteignent 2,6 mille milliards de wons. Samsung précise que les téléviseurs haut de gamme QLED et les très grands écrans 4K seront la clé de la croissance en 2017. Il va également tenter de développer l’activité de sa division électroménager.