Sites Grátis no Comunidades.net Wordpress, Prestashop, Joomla e Drupal Grátis


Total de visitas: 11465
Batterie Batterie DELL Vostro 3500

Xeon D sera également la première puce serveur produite par Intel selon le procédé de gravure à 14 nanomètres qui apporte plus d'efficacité énergétique et de meilleures performances. Par ailleurs, le fondeur a annoncé que ses premières puces Core M produites selon le processus à 14 nm équiperont des machines portables hybrides tablette-ordinateur avant la fin du mois. Et, en début de semaine, Intel a également annoncé des puces Xeon E5-2600 v3 basées sur l'architecture Haswell. Les puces Xeon E5 représentent plus de 80 % des livraisons de puces serveur d'Intel. La gamme Xeon E5 évoluera progressivement vers Broadwell l'année prochaine.
Intel va doter son plus petit ordinateur - de la taille d'une carte SD - de nouvelles fonctionnalités pour favoriser son usage dans les appareils portables.

Pas plus grande qu'une carte SD, la première version de l'ordinateur Edison d'Intel, disponible depuis le mois de janvier dernier, ne trouve pas sa place sur le marché des dispositifs portables à cause de ses capacités limitées. Mais, « avec cette mise à jour, en particulier ses capteurs et la connectivité sans fil, la solution d'Intel pourra mieux répondre aux besoins des terminaux portables », a estimé Mike Bell, vice-président et directeur général du New Devices Group d'Intel. « Des gens sont venus de partout pour nous dire ce qu'ils pourraient faire avec Edison, et nous avons décidé de la doter de plus de fonctionnalités », a ajouté le vice-président d'Intel. Edison peut notamment équiper de petits appareils électroniques flexibles que l'on peut porter sur soi. Pour l'instant, ce sont les smartwatches et les capteurs dans le domaine du fitness et de la santé qui focalisent l'attention. Mais Intel espère qu'Edison pourra servir de tremplin pour expérimenter de nouveaux types de produits portables. Le fondeur est déjà en train de développer avec sa carte des prototypes d'appareils portables que l'on peut porter sur la tête, au poignet ou à la cheville. Et, en début de semaine dernière, le fondeur a racheté Basis Science, une entreprise qui fabrique des capteurs pour le fitness.

« La nouvelle version d'Edison est dotée d'un hub de capteurs, c'est-à-dire qu'il sera possible de connecter divers capteurs pour ajouter par exemple des fonctions pour la géolocalisation, des mesures environnementales ou pour contrôler l'éclairage », a expliqué Mike Bell. Ces ajouts agrandissent la taille de la carte rectangulaire de 1 millimètre seulement sur chaque côté. Intel a dû greffer un circuit avec une série de connecteurs sur lesquels il est possible de brancher d'autres cartes ou d'autres capteurs. « Réduire la taille n'aurait pas apporté grand-chose de plus », a justifié le vice-président et directeur général du New Devices Group d'Intel. Selon lui, sans ces connecteurs, il était difficile d'étendre les fonctionnalités de la puce.

« Les smartwatches seront peut-être trop petites pour accueillir la carte d'Intel, mais Edison pourra toujours équiper des produits portables comme des chemises avec puces intégrées ou des capteurs pour surveiller des indicateurs de santé », a encore déclaré Mike Bell. Ce dernier a même parlé d'un casque de football américain intelligent dans lequel la puce servirait à analyser en temps réel l'impact d'un coup. « On peut connecter n'importe quel genre de capteur », a renchéri Mike Bell. Plus de capteurs, cela signifie aussi une plus grande consommation d'énergie. « Mais la puce de la carte Edison réalisera chaque calcul en consommant le minimum d'énergie », a expliqué le dirigeant d'Intel. Cette version d'Edison permettra également de transférer des données vers le cloud grâce à la connectivité sans fil.

La carte d'Intel sera vendue à partir de l'été prochain aux États-Unis, mais Mike Bell n'a encore donné aucune indication quant à son prix. Actuellement, Galileo, l'autre ordinateur d'Intel, plus grand et sans boitier, pour appareils portables est vendu entre 60 et 70 dollars HT dans les circuits de distribution. Les kits d'Intel sont construits autour du processeur Quark basse énergie basé sur l'architecture x86. D'autres fabricants comme Freescale vendent aussi des kits de développement pour produits portables, mais leurs cartes logiques sont au moins aussi grandes qu'une carte de crédit. Les kits de Freescale servent essentiellement à construire des prototypes et à développer des applications pour appareils portables. Ils offrent aussi d'autres fonctionnalités, comme des capacités de rechargement sans fil. « Ces améliorations doivent valider Edison pour de futures applications », a déclaré Mike Bell, ajoutant qu'Intel surveillera l'évolution des appareils portables avant de travailler sur de futurs concepts de puces. Intel développe également des cartes que l'on pourra relier à Edison via le hub de capteurs. Celles-ci seront livrées ultérieurement.
Des chercheurs de l'Oak Ridge National Laboratory (ORNL) testent une nouvelle batterie plus sûre, dont la durée de vie peut atteindre 10 ans et plus, sans recharge. Mais il faudra peut-être attendre plusieurs années avant d'en voir dans les dispositifs portables.

Une batterie d'un tout nouveau genre, dont la formule électrochimique fait réagir un carbone fluoré avec du lithium (Li/CFx), permettrait aussi de fabriquer des batteries plus sûres. La semaine dernière, des chercheurs de l'Oak Ridge National Laboratory (Tennessee), une entité du Département de l'énergie américain, ont publié les résultats d'un test effectué sur un prototype dans le Journal of the American Chemical Society. « Les batteries CFx, dont la taille ne dépasserait pas celle d'une pièce de monnaie, pourraient alimenter des appareils de fitness basse consommation ou des dispositifs portables », a déclaré Chengdu Liang, chercheur et auteur principal de cette communication. « La batterie est à usage unique et ne pourra pas être rechargée », a ajouté le chercheur de l'ONRL.

En général, les dispositifs portables transmettent des données courtes et rapides et ne consomment pas beaucoup d'énergie, ce qui peut permettre une certaine longévité des batteries CFx. « Elles seraient parfaites pour alimenter des capteurs ou des stimulateurs cardiaques par exemple, difficiles à recharger ou à remplacer », a encore déclaré le chercheur. « Dans sa forme actuelle, le prototype n'est pas destiné à équiper des ordinateurs et des appareils mobiles. Ils consomment plus d'énergie que les capteurs et ont besoin d'être rechargés », a précisé Chengdu Liang. « Cette étude sert de preuve de concept pour la recherche, mais une entreprise privée est déjà intéressée par la commercialisation de cette batterie. Cela pourrait être possible dans quelques années selon le calendrier de mise sur le marché », a ajouté le chercheur.Les batteries actuelles ne durent pas très longtemps et certaines sont même dangereuses. Récemment, les fabricants de PC Sony et Lenovo ont rapporté des cas de surchauffe de batteries au lithium-ion ayant provoqué des départs de feu sur des ordinateurs portables. Des recherches pour mettre au point de nouvelles batteries utilisant une technologie zinc-air et lithium-air sont en cours. Certaines piles alternatives, comme celles à base d'argent-zinc, sont considérées comme trop coûteuses. Les constructeurs automobiles travaillent aussi sur les piles à combustible.

La formule chimique utilisée par les batteries CFx n'est pas nouvelle. Il semble que des entreprises comme Contour Energy ont fourni des batteries de ce type à l'armée pour équiper les drones, les lunettes de vision nocturne et autres appareils électroniques. Ces batteries sont disponibles dans différentes tailles. Contour Energy n'a pas répondu aux demandes de nos confrères d'IDG News Services pour confirmer ces informations. Mais selon des recherches menées actuellement par l'armée américaine, la formule chimique CFx est réputée pour avoir « des capacités théoriques en énergie très élevées comparée à d'autres technologies de piles au lithium courantes ».

Comme l'a confirmé le chercheur de l'ONRL, « la pile est basée sur une ancienne théorie, mais sa conception est nouvelle », affirmant encore : « C'est une grande avancée technologique ». Les chercheurs de l'ORNL ont utilisé une batterie CFx existante pour leur test, mais ils y ont ajouté un électrolyte solide pour augmenter sa capacité énergétique. Le principe des batteries actuelles au lithium-ion repose sur l'échange réversible d'ions lithium entre une cathode positive et une anode négative. Lors de la charge, les ions lithium se déplacent de la cathode vers l'anode pour le stockage. Lors de la décharge, les ions lithium vont de l'anode vers la cathode, et vers l'appareil à alimenter. La nouvelle batterie CFx est composée d'un électrolyte polyvalent de thiophosphate de lithium solide conducteur d'ions, qui peut également faire office de cathode. L'électrolyte peut transporter la charge et stocker les ions, ce qui contribue à augmenter la capacité énergétique de la batterie. « L'électrolyte dans le prototype de batterie CFx est solide, alors que les batteries classiques ont des électrolytes liquides », a expliqué Chengdu Liang. « L'électrolyte joue son rôle habituel, mais assure aussi une fonction de cathode. De plus, il est possible de stocker de l'énergie dans l'électrolyte ».

« Cet électrolyte à double fonction pourrait déboucher sur des batteries d'un nouveau genre. Celles-ci pourraient apparaître sur le marché dans quelques années », a ajouté le chercheur de l'ONRL. Mais Chengdu Liang n'a pas pu estimer le coût de fabrication de ces batteries. « À l'heure actuelle, il est difficile de dire comment pourrait se passer la production de masse et combien pourrait coûter chaque batterie. Mais, je sais que dans nos laboratoires nous avons besoin de beaucoup de matériel ». Cela fait plus de trois ans que les chercheurs de l'ONRL travaillent sur cette technologie et qu'ils testent de nouveaux matériaux d'électrolyte solide. L'Oak Ridge National Laboratory est basé à Oak Ridge, dans le Tennessee. Il est administré par l'Université du Tennessee UT-Battelle.
Après Acer, Samsung et HP, c'est au tour de Lenovo de lancer des Chromebooks basés sur la dernière version du système d'exploitation Chrome OS, sorti en septembre dernier. Le modèle N20p, embarquant un écran tactile, est proposé à 329 dollars, contre 279 dollars pour le modèle N20 doté d'un écran non tactile. Les deux modèles disposent d'une taille d'écran de 11,6 pouces pour une résolution de 1366*768 pixels.

Côté autonomie, les Lenovo N20 et N20p sont capables de fonctionner sur batterie pendant 8 heures, sachant que leur temps de démarrage s'avère selon le constructeur chinois très court, à savoir 3 secondes. Ces modèles de Chromebooks proposent en standard 16 Go de stockage, une mémoire DRAM de 2 Go et sont motorisés par un processeur intel Celeron N2830. Deux ports USB 2.0 sont présents, tout comme un slot micro-SD permettant d'étendre leur capacité de stockage. Le support du WiFi 802.11ac et du Bluetooth 4.0 est de la partie. Bien qu'aucune date de lancement n'ait encore été annoncée, Lenovo indique que ses Chromebooks seront disponibles aux États-Unis mais également en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.
Conçue pour distribuer à la volée les applications virtualisées sur les postes de travail et les serveurs, la technologie de la start-up CloudVolumes va être intégrée, après son rachat par VMware, à l'offre Horizon pour les environnements VDI.