Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11605
Batterie Dell inspiron 1720

Pour cela, les chercheurs ont dû attendre la génération de supercalculateurs dont la puissance dépasse le petaflops, tel l’ordinateur Blue waters du National center for supercomputing applications (NCSA), l’un des plus puissants au monde. L’équipe américaine a conçu une simulation qui s’appuie sur les données expérimentales des composants de la capside pour construire le modèle complet. En effet, les études précédentes avaient révélé que les protéines s’organisaient sous forme d’hexagones et de pentagones. Mais il restait à déterminer la structure optimale pour la construction d’une coque fermée. Aujourd’hui, notamment pour reproduire des phénomènes dynamiques tels que la formation ou le comportement de la capside, les chercheurs vont avoir besoin d’une plus grande puissance de calcul. Jusqu’ici, ils n’ont simulé que des périodes de quelques microsecondes, alors que les processus biologiques concernés se déroulent sur plusieurs secondes, voire des minutes…

PRÉPARER L'ÉNERGIE DU FUTUR
Un mélange de noyaux atomiques et d’électrons, dont la température atteint 150 millions de degrés au centre et qui est parcouru de tourbillons… Plusieurs équipes dans le monde travaillent à modéliser le comportement de ce milieu hors norme, à savoir un plasma, dont l’obtention est nécessaire pour déclencher la réaction de fusion entre le deutérium et le tritium, deux isotopes de l’hydrogène. Cette réaction sera peut-être la source d’une énergie potentiellement infinie à partir de 2040. Iter, le futur réacteur expérimental de fusion nucléaire, est déjà en construction à Cadarache (Bouches-du-Rhône). Mais les physiciens doivent apprendre à maîtriser le milieu de la réaction. Les expérimentations sur les tokamaks, machines où sont confinés les plasmas, ont permis de progresser.

Car la simulation a son rôle à jouer dans le démarrage d’Iter, dont l’enceinte à plasma sera dix fois plus grande que celle du plus grand tokamak existant. En 2012, l’équipe française du CEA-Inria, qui utilise le code de calcul Gysela, a reproduit des turbulences dans le plasma. Un point clé pour l’efficacité du futur réacteur, car ces turbulences sont responsables des pertes de chaleur entre le cœur et les bords du magma. Une première, réalisée au prix de certaines simplifications, et sur un volume de plasma 25 fois inférieur à celui d’Iter ! Les calculs ont été effectués sur l’ordinateur Curie du Très grand centre de calcul du CEA, à Bruyères-le-Châtel. La recherche porte désormais sur la modélisation de la physique du plasma et sur l’utilisation optimale des architectures parallèles des superordinateurs. But : s’affranchir des simplifications et modéliser l’ensemble de l’enceinte d’Iter. Des simulations réalisées sur 450 000 cœurs de processeurs sont déjà programmées. Les machines prévues pour 2020 devraient, elles, en aligner plus de 1 million.

Son lancement, qui aurait dû avoir lieu en 2015 à Porto Rico, avait été repoussé à 2016, puis à nouveau décalé à 2017 en début d'année. En parallèle, ses ambitions se voyaient réduites à l'ombre de ce qu'elles étaient à l'origine, la modularité se limitant à quelques modules non essentiels (une fonctionnalité déjà disponible commercialement sur le LG G5).
VIDÉO Le MIT Media Lab et Microsoft Research ont développé un tatouage éphémère baptisé Duoskin, composé de feuilles d'or imprimées à la façon de circuits électroniques, mais stylisé comme un bijou. Il peut servir d'interface tactile (en lien avec un ordinateur ou un smartphone), de système de stockage, de communication NFC et de capteur de données (notamment de température). Les chercheurs ont aussi imaginé un DuoSkin façon collier lumineux, composé de circuits électroniques et de LED posés à même la peau.
Après l’ère des big data, le “deep learning” est la nouvelle obsession de la Silicon Valley. Depuis plusieurs années, les géants du web courtisent les experts de l'intelligence artificielle et particulièrement de l'apprentissage profond, une technique de machine learning (apprentissage automatique). Ils investissent des sommes faramineuses dans des laboratoires (Facebook a ouvert son propre programme de recherche FAIR) et l’acquisition de start-ups (Apple en a acheté trois en l’espace de quelques mois).
Nicolas Pinto est un chercheur français installé aux Etats-Unis depuis 2006. Sa start-up Perceptio a été croquée par Apple en 2015, pour un montant non dévoilé. Elle était spécialisée dans l'intelligence artificielle sur le téléphone mobile, et focalisée sur le “mobile deep learning”. “On faisait de la reconnaissance d'images, de visages et de texte. Nous avions développé une caméra intelligente qui comprenait le contenu des photos - un équivalent de Google Photos avant Google Photos. Un peu ce que fait Facebook maintenant, mais on le faisait entièrement sur le téléphone, sans infrastructure cloud, explique Nicolas Pinto.

57 millions de dollars. C’est le montant déboursé par Cheetah Mobile, troisième développeur mondial d'applications Androïd (570 millions d’euros de chiffre d’affaires) pour s’offrir la jeune entreprise bordelaise, News Republic, et son portefeuille de clients. Créée à Bordeaux en 2008, la société, fondée par Gilles Raymond, a développé une application qui agrège le contenu de plus de 1 600 médias partenaires dans le monde et propose ainsi une revue de presse sur-mesure à 12 millions d’utilisateurs chaque mois, en fonction de leurs centres d’intérêt. Des utilisateurs, qui regardent en moyenne 200 pages par mois.

Installée sur HTC, Acer, Wiko, et Samsung (uniquement en Chine), l’application se différencie par la qualité de son algorithme, qui analyse le contenu des articles. Elle avait déjà séduit les investisseurs, qui lui ont permis de lever 12 millions d’euros depuis sa création.Ce rachat va nous permettre d’accélérer notre développement à l’international, se réjouit Jérôme Le Feuvre, directeur général de News Republic. Avec l’ambition de devenir leader du marché. La start-up va intégrer la division dédiée aux contenus du groupe chinois qui a mis au point en juin 2015 une plateforme publicitaire mobile d'envergure mondiale : la Cheetah Ad Platform. Un jeune groupe de télécommunications, fondé en 2010, dont les actions sont cotées sur le New York Stock Exchange. Il est notamment connu pour Clean Master, un logiciel qui efface les fichiers indésirables sur ordinateur ou encore Battery Doctor, qui permet une extension de la durée d'usage de la batterie des téléphones portables.

Actuellement, News Republic emploie 41 personnes, dont 28 à Bordeaux, et dispose de 12 bureaux dans le monde. Gilles Raymond, son fondateur, basé désormais à San Francisco, reste à la tête de l’entreprise.
VU AILLEURS Ara, c'est fini ! D'après Reuters, Google va mettre un terme à son projet de smartphone modulaire, après une série d'importants délais et une diminution des objectifs qui avait d'ores et déjà ôté beaucoup de son sens au projet.
Le projet de smartphone modulaire Ara, en gestation chez Google depuis 2013, va être suspendu indéfiniement, d'après Reuters. Le projet Ara voulait créer des smartphones dont le hardware pourrait être remplacé à la volée en fonction des besoins. Fini les appareils tout intégré ou on ne peut même pas changer la batterie, tout ou presque pourrait être personnalisé.

Le problème, c'est que le concept même de modularité va à l'encontre de l'un des principes clés de l'électronique moderne. Une intégration poussée à l'extrême de chaque composant du smartphone permet d'en réduire la taille et le poids, produisant des appareils toujours plus fins et légers, tandis que la miniaturisation des puces en augmente la puissance. Même chose du côté des ordinateurs portables ou des tablettes. La contrepartie est que cela limite fortement la possibilité de réparer ou modifier les appareils en question.

UN PROJET PEU RÉALISTE
Ainsi, même si Google annonce qu'il sera possible à des fabricants tiers d'acheter les droits de vendre un téléphone basé sur ces recherches, il est peu probable qu'un tel appareil connaisse un succès commercial. Le projet Ara était sous la tutelle de la division Atap (Advanced Technology and Projects) de Google, récupérée lors de son acquisition de Motorola en 2012 et conservée lors de la revente à Lenovo en 2014. Le concept lui avait été inspiré par le collectif PhoneBloks.

PC Portable Batterie | Batterie pour ordinateur portable et adaptateur boutique - www.fr-batterie-portable.com