Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11578
Batterie Dell Latitude E5500

Le constructeur peut maintenant porter une application de gestion de flotte pour un grand client de location de voiture, et peut s'associer à un assureur pour une demande d'assurance "pay-as-you-drive" ou de paiement à la conduite. Il peut supporter des applications éco-énergétiques qui suivent et optimisent l'efficacité de carburant. Il peut permettre aux conducteurs de visualiser les informations de diagnostic à partir d'une application sur leur smartphone. Ces nouvelles possibilités offertes par le constructeur ou des partenaires tiers, peuvent toutes fonctionner sur le même TCU - sans compromettre la sécurité ou la performance. La croissance rapide des appareils connectés va créer un nouvel ensemble d'opportunités pour les constructeurs automobiles et les ingénieurs en électronique automobile. Selon Gartner, l'internet des objets verra 26 milliards de périphériques connectés d'ici 2020. Pour être en mesure de profiter de cette révolution internet, tous les acteurs de l'industrie automobile devront travailler de concert afin de simplifier le développement et la gestion des objets connectés et de leurs services. Les plates-formes M2M de développement open-source peuvent répondre aux freins rencontrés actuellement pour l'élaboration de solutions M2M, y compris la fragmentation de la technologie et le manque d'interopérabilité entre un firmware propriétaire et des composants logiciels.

Cela permettra aux ingénieurs en électronique automobile et les constructeurs automobiles de lancer de nouveaux produits et services plus rapidement que jamais, tout en gardant les coûts de développement à un minimum. Annoncé pour la fin d'année, le système embarqué d'Apple ne sera pas disponible avant 2015 sur les modèles de Volvo et Mercedes. Parmi les constructeurs qui s'étaient aussi engagés à proposer le Carplay en premier, seul Hyundai confirme prévoir une mise à jour avec ce système sur sa Sonata d'ici fin 2014. Dans la course à la voiture connectée Apple pourrait alors se faire doubler par Google, qui avait lui aussi annoncé que son Android Auto serait disponible pour la fin 2014. Bousculade sur la ligne de départ dans la course au véhicule connecté qui opposent les géants du numérique.

Alors que les premières voitures compatibles avec le système embarqué d'Apple, Carplay, était prévue avant la fin de l'année, Volvo et Mercedes viennent d'annoncer un report à 2015. Le constructeur allemand explique avoir changé de stratégie et travaille désormais à un nouveau sytème qui sera intégré sur ses modèles de série. Il serait capable de proposer différentes solutions, le Carplay d'Apple, mais aussi Mirror Link. En revanche Mercedes ne fait pas partie des constructeurs partenaires de Google (voir liste ci-dessous) et, sauf changement, il ne devrait donc pas proposer la solution concurrente Android Auto. Le rival d'Apple n'a d'ailleurs pas annoncé de date précise de disponibilité pour son système mais avait lui promis les premiers modèles compatibles pour la fin d'année 2014. Parmi les constructeurs qui s'étaient engagés à proposer Carplay en premier, seul Hyundai a confirmé au blog américain 9toMac, que son modèle Sonata 2015, commercialisé depuis le mois de mai, devrait bien bénéficier d'une mise à jour de son système pour pouvoir proposer Carplay avant la fin de l'année.

Les 29 constructeurs automobiles qui proposeront la solution Carplay (cette capture d'écran, le 21 août, du site officiel du Carplay n'a pas encore pris en compte les annonces de Volvo et Mercedes) : D'après un ingénieur travaillant sur le projet "Google car", les futurs véhicules autonomes du géant américain seront capables de dépasser de 16 km/h la vitesse limite autorisée. De quoi affoler un peu plus un public déjà craintif vis-à-vis de l'arrivée des premières voitures sans pilote même si cette prédisposition a en réalité pour but de renforcer la sécurité à bord. Alors que les prototypes de véhicules 100% autonomes de Google présentés en mai dernier ne pouvaient dépasser les 40 km/h, le chef-ingénieur du projet vient d'indiquer que les modèles définitifs seront capables d'outrepasser les limitations de vitesse. Interrogé par Reuters, Dmitri Dolgov explique en effet que si les "Google cars" respecteront la plupart du temps les limitations de vitesse, elles pourront toutefois les dépasser de 10 miles par heure, soit 16 km/h. De quoi effrayer un public déjà réticent à l'idée de risquer un accident de la route en raison d'un simple bug. Toutefois, il ne s'agit pas de transformer les véhicules autonomes en bolides sans pilote mais tout simplement d'assurer la sécurité de ses occupants. En effet, dans certaines conditions de trafic et si la voiture roule déjà à la limite autorisée, il serait plus dangereux d'empêcher toute accélération que d'autoriser un excès temportaire.

Dans le cas où d'autres conducteurs rouleraient au dessus de la vitesse autorisée par exemple. Cette particularité des "Google cars" amène à réfléchir aux futurs rapports qu'entretiendront véhicules avec et sans pilote sur les routes : la principale difficulté pour les voitures autonomes étant de prévoir les comportements d'un conducteur bien humain, qui continuera de commettre les mêmes erreurs d'innatention. Cependant, comme le souligne Gizmodo, les véhicules de Google ne dépasseront pas longtemps les vitesses autorisées car, dans un futur proche, tous les véhicules seront autonomes et respecteront donc parfaitement le code de la route... sauf en cas de bug. Pour les plus sceptiques, il est cependant bon de rappeler que la généralisation du véhicule autonome devrait faire baisser de 90% le taux d’accidents. Bradley Voytek, Data Scientist chez Uber, a posté un message de blog expliquant une expérimentation récente du géant des VTC aux Etats-Unis. A partir d'une simulation de ville artificielle, Uber a déterminé des paramètres d'optimisation de sa flotte, afin de permettre aux conducteurs de générer plus de revenus. L'équipe scientifique d'Uber a mis au point une ville artificielle, baptisée Uberg, créée avec le langage informatique Python, afin d'optimiser la régulation de sa flotte de conducteurs. La simulation met en scène 250 passagers et 500 conducteurs dispersés dans la cité, chaque passager ayant une destination différente. Dans cette ville, les conducteurs ont trois types de comportements : les premiers restent immobiles et garés entre les courses. Les seconds reviennent après chaque course aux endroits les plus fréquentés. Les troisièmes conduisent au hasard dans la ville à la recherche de passagers. "Nous voulons trouver un moyen d'optimiser le rayon d'expédition de nos conducteurs, c'est-à-dire la distance la plus grande entre un passager et un conducteur que nous pourrons autoriser pour répondre à une demande.

Ce rayon diffère selon chaque ville, et en fonction de l'heure", explique Bradley Voytek, Data Scientist chez Uber. En effet, durant les heures de faible demande, les conducteurs sont plus enclins à parcourir une grande distance. Au contraire aux heures de pointe, ils n'accepteront pas de trajets trop longs. Le but de l'expérience pour Uber : garantir un véhicule disponible à tout moment pour les utilisateurs, et permettre aux conducteurs de générer le maximum de revenus. L'équipe scientifique d'Uber a ainsi découvert que si la distance entre un passager et un conducteur est courte (similaire à celle entre un taxi et un passager aperçu dans la rue) le troisième type de conducteurs, celui qui roule au hasard dans la ville, obtient le plus de courses et donc le plus de revenus. Cependant, l'augmentation de la distance remet les trois types de conducteurs à égalité en termes de nombre de courses effectuées. Ainsi, Uber a découvert que "les conducteurs qui sont constamment en mouvement au hasard dans la ville parcourent 10 à 20 fois la distance parcourue par les conducteurs qui restent immobiles ou ceux qui gravitent vers les lieux fréquentés." Un aspect crucial car qui dit plus de kilomètres au compteur, dit plus de consommation d'essence. "Les conducteurs qui ont accès à ce système intelligent et centralisé de distribution de l'information gagnent 25 à 50% de plus que ceux qui parcourent la ville à la recherche d'un passager", ajoute Bradley Voytek. L'expérimentation permet aussi d'identifier les meilleurs moments pour demeurer immobile ou pour converger vers un lieu fréquenté.

Les taxis, en revanche, se reposent sur des méthodes plus traditionnelles pour trouver des passagers et optimiser leur temps de travail. "Nous savons que les vrais conducteurs de taxis ne se déplacent pas au hasard - ils connaissent assez la ville pour anticiper la demande - le système centralisé, intelligent et en temps réel d'Uber évite aux conducteurs de faire ce travail. Les conducteurs ont accès à l'information sur la demande en temps réel et sont moins soumis à la loi du hasard en cherchant un passager." Un capteur dix fois plus sensible à la lumière que les technologies existantes. Selon le quotidien économique nippon Nikkei, le groupe japonais Sony aurait développé cette nouvelle technologie pour "affûter" le regard des caméras pour automobiles. Le capteur de Sony permettra notament une meilleure détection des objets dans un environnement sombre. L'objectif pour le géant de l'électronique est de prendre part au prometteur marché en devenir des voitures autonomes et connectées. Selon Nikkei, Sony commencera la production en série de ce capteur pour caméra au sein de l'une de ses filiales spécialisée dans la fabrication de puces électroniques. Le groupe pourrait débuter la commercialisation de sa technologie mi-2015, pour une mise en application au sein des premiers véhicules autonomes dès 2016. La production annuelle de voitures connectées pourrait atteindre 100 millions d'unités d'ici à 2025 selon les estimations. Skully Helmets a engrangé plus d'un million de dollars en trois jours avec sa campagne de financement participatif, pour son casque de moto high-tech Skully AR-1. Il offre entre autres une connexion bluetooth, un système GPS embarqué, une vision arrière à 180 degrés et un affichage tête-haute.

La start-up Skully a dépassé la barre du 1 million de dollars sur la plateforme de financement participatif Indiegogo, en seulement trois jours. Elle avait atteint son but de 250 000 dollars en quelques minutes. Skully Helmets veut révolutionner la sécurité sur la route avec son casque de moto intelligent, le Skully AR-1. En 2013, le chercheur Marcus Weller a eu l'idée du casque Skully AR-1 après un accident de moto. Il a alors décidé de fabriquer un casque intelligent et ultra connecté, qui offrant une meilleure visibilité sur la route. "Nous pensons que la technologie doit éliminer les distractions et les angles morts", affirme l'équipe sur Indiegogo.

Equipé de capteurs, de caméras, d'un GPS et d'une connexion bluetooth, le casque propose un affichage tête-haute et permet au conducteur de choisir la meilleure direction en temps réel. Une caméra placée à l'arrière du casque arrière offre une vision arrière à 180 degrés. Le conducteur peut ainsi regarder les angles morts et changer de voie sans danger. La connexion bluetooth permet au biker de relier le casque au smartphone et d'accéder à sa musique ou de recevoir des appels sans perdre la route de vue. Le casque est aussi équipé de la commande vocale. La durée de vie de la batterie est de 9 heures, selon le site de la start-up. La navigation GPS est censée fonctionner même sans réseau cellulaire. Skully prévoit aussi un kit pour développeurs, afin de permettre la création d'applications tierces. "L'AR-1 va introduire une nouvelle ère dans les transports intelligents en combinants l'optique, les systèmes embarqués intelligents, et la connectivité pour offrir un niveau de sécurité sans précédent", a expliqué le fondateur Marcus Weller dans un communiqué. Skully promet une livraison en mai 2015 pour le casque pré-commandé sur Indiegogo. La sécurité a un prix, 1399 dollars, soit environ 1047 euros pour la pré-commande (1499 dollars soit 1122 euros depuis l'extérieur des Etats-Unis). Mercedes s'est alliée à Nintendo pour créer un contenu additionnel téléchargeable au jeu Mario Kart 8. Trois modèles de la marque allemande apparaitront dans le jeu du gamer qui les télécharge : le nouveau GLA, le 300 SL Roadster des années 50 et la Flèche d'Argent (Silberpfeil) des années 30.

  1. http://www.rondeetjolie.com/blog/retrouve3.html
  2. http://www.getjealous.com/retrouve3
  3. http://retrouve3.comunidades.net/
  4. http://yourpot.com/users/dovendosi/blog.aspx