Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 10805
Batterie Dell Latitude E6430

IDC estime que la première vague de systèmes de blockchain passera de la phase de test à la production autour du financement du commerce, plusieurs projets pilotes se concrétiseront l'an prochain. Ce secteur est encore largement basé sur le papier et reste inefficace, ce qui en fait un bon candidat pour les applications de type blockchain, selon IDC. Côté fournisseurs, IBM et Microsoft poussent des produits et des services blockchain pour la finance. IBM a appelé à une collaboration plus large pour développer la technologie blockchain dans le cadre du projet open source Hyperledger. Capgemini et CGI ont constitué des équipes de consultants sur ce sujet.La cybercriminalité a été l'autre grand sujet en 2016 pour la finance. L'une des attaques les plus marquantes étant le vol de 81 millions de dollars à la banque centrale du Bangladesh par le biais de transferts Swift. Au Royaume-Uni, c'est Tesco Bank qui s'est fait dévalisé de 2,5 millions de livres, sur 9000 comptes courants. L'établissement ne sait pas exactement comment le vol a été effectué, l'incident a donc servi à mettre en évidence sa vulnérabilité et soulever des inquiétudes chez tous les concurrents et auprès du régulateur.

Le cloud public obtient un joli succès dans les banques, compréhensible compte tenu de la nature strictement réglementée de l'industrie. Si la modernisation et la gestion de l'infrastructure de type « legacy » restent un objectif pour la plupart des grandes banques, le cloud computing les aidera à développer et à déployer de nouveaux services numériques plus rapidement, de manière à rivaliser avec les fintech.De nombreuses banques utilisent depuis des années des logiciels tels que Salesforce et ServiceNow. Mais l'infrastructure as a service devient de plus en plus une option pour construire des applications orientées client et même pour héberger le SI des petites entreprises. En 2016, le géant du cloud public Amazon Web Services a annoncé que les nouveaux entrants Monzo et OakNorth utilisent ses services au Royaume-Uni, alors que HSBC s'appuie déjà sur AWS pour le développement d'applications mobiles. JP Morgan et Capital One comptent parmi les grands organismes de prêts américains travaillant avec AWS.

Les nouvelles banques vont percer ou couler. En 2016, une pléiade de nouvelles banques se sont lancées via des appareils mobiles au Royaume-Uni, comme Atom, Starling et Monzo. Elles ont obtenu des licences de banque au Royaume-Uni et sont dispensées d'une informatique en place et d'une possible réputation lourde à porter. Pour autant pourront-elles surmonter l'inertie des clients quand il s'agit de changer de banque ? L'« effet Uber» est-il envisageable dans le secteur de la banque de détail, étant donné qu'elles ont eu beaucoup de temps pour se préparer à l'entrée de nouveaux concurrents axés sur le numérique ? Les réponses à certaines de ces questions deviendront sans doute plus claires l'an prochain. Il sera également intéressant de voir si l'une des quatre grandes banques du Royaume-Uni va acquérir l'une des nouvelles banques numériques apparues récemment, comme la banque française BPCE l'a fait en 2016, avec l'acquisition de Fidor.Pour ses derniers PC portables professionnels EliteBook Folio 1040 G1 et EliteBook Resolve G2, HP a misé sur la puce Haswell d'Intel pour améliorer l'autonomie. L'EliteBook G1 est aussi plus fin que ses prédécesseurs, mais contrairement à d'autres ultrabooks, il n'est pas scellé, ce qui permet de le réparer sur site. Quant à l'EliteBook Revolve G2, c'est un portable convertible doté d'un écran pivotant.

Le HP EliteBook Folio 1040 G1 annoncé hier à Barcelone est doté d'un écran de 14 pouces. « C'est aussi l'un de nos ultrabooks les plus minces », a déclaré le constructeur. « Avec ses 15,9 mm d'épaisseur, l'EliteBook Folio G1 est environ 16 % plus mince que son prédécesseur, l'EliteBook Folio 9470M », a déclaré Aaron Slessinger, chef de produit notebooks chez HP. Ce modèle est également 7,3 % plus léger que son prédécesseur. « L'ajout des processeurs Core de quatrième génération d'Intel, nom de code Haswell, permet d'améliorer la durée de vie de la batterie et apporte une meilleure gestion des graphiques », a déclaré le responsable produit. Selon HP, le G1 a une autonomie de 10 heures environ.Du fait de leur minceur, la plupart des ultrabooks sont livrés scellés, ce qui peut compliquer certaines opérations de maintenance et de réparation. « Ce n'est pas le cas de l'EliteBook Folio 1040 G1. Il est donc tout à fait possible de le réparer et de remplacer sa batterie sur site », a expliqué Aaron Slessinger. « C'est un élément important pour les entreprises qui ne veulent pas envoyer leurs ordinateurs portables au SAV pour les faire réparer ». L'EliteBook G1 dispose d'un port DisplayPort pour connecter un écran externe. Il est également compatible avec le dock de l'ultrabook 9470M. Son prix démarre à 1299 dollars HT. Le modèle standard est livré avec un écran de 720p, mais des versions avec écrans full HD et écrans tactiles sont également disponibles.

Une des particularités de l'EliteBook Revolution G2, également doté d'un processeur Haswell, c'est qu'il est convertible, c'est-à-dire que son écran peut se retourner sur le clavier. Le G2 affiche une autonomie de 10 heures également, soit un peu plus que les 8 heures 25 du modèle précédent lancé en décembre de l'année dernière. Son prix démarre à 1364 dollars HT. « La demande en machines portables convertibles reste soutenue, car certains utilisateurs veulent toujours un écran fixé à la base », a fait valoir le chef produit. « Nous proposons d'autres produits avec écrans détachables », a aussi précisé Aaron Slessinger. « Nous continuons à progresser dans le domaine des convertibles et des détachables, et nous travaillons toujours à améliorer leurs usages », a encore déclaré M.Slessinger. La 4G/LTE sera proposée en option sur ces deux machines pour lesquelles HP n'a pas encore communiqué les dates de sortie.

HP a également lancé un ordinateur portable pour le marché de l'éducation. Nommé Classmate Notebook, il tourne sous Windows 8.1. Cette machine robuste - elle est construite en plastique épais pour résister aux chocs - intègre un processeur Celeron N2000 d'Intel. Elle sera vendue uniquement à travers les canaux de distribution qui fournissent directement les établissements scolaires. Pour l'instant, HP n'a fourni aucune indication de prix pour le Classmate. Le portable sera livré avec la suite de logiciels d'apprentissage et les outils de collaboration d'Intel. HP propose également des Chromebook pour le marché de l'éducation, mais, comme l'a déclaré Aaron Slessinger, « le Classmate permet à HP de diversifier son offre ». Le constructeur HP Inc élargit un plan de rappel de produits annoncé l'an dernier au niveau mondial. En cause, plus de 100 000 batteries pour PC portables qui risquent une surchauffe et peuvent même s'enflammer. HP Inc a étendu son programme de rappel de sécurité et de remplacement des batteries fournies avec certains ordinateurs portables et lancé en juin 2016. En cause, 101 000 batteries pouvant présenter de potentielles surchauffes et exposer les utilisateurs à un risque d’incendie et de brûlures. Sont concernées des batteries équipant des PC portables HP, Compaq, HP ProBook, HP Envy, Compaq Presario et HP Pavilion vendus dans le monde entre mars 2013 et octobre 2016. Certaines batteries commercialisées en tant qu’accessoires ou de pièces détachées pourraient également être concernées.

La plupart d'entre elles ont été rappelées aux États-Unis, ainsi qu’au Canada et au Mexique. Le groupe a mis en place sur son site une procédure pour identifier les produits mis en cause dans divers pays, dont la France. On y trouve la liste des PC portables et des numéros figurant au dos des batteries pouvant être touchées. Celles qui peuvent présenter un défaut sont noires et portent les références 6BZLU, 6CGFK, 6CGFQ, 6CZMB, 6DEMA, 6DEMH, 6DGAL ou 6EBVA. En juin 2016, HP avait déjà annoncé le rappel de 41 000 batteries défectueuses.Au dernier CES, HP a dévoilé plusieurs PC portables, dont un modèle haut de gamme qui se présente comme un Macbook killer doté de lecteurs d'empreintes et de cartes à puce. Le prix de départ commence à 1 099 euros HT. L’arrivée des dernières puces d’Intel, les Kaby Lake de septième génération, entraine un renouvellement des gammes de PC portables chez les principaux fournisseurs. HP n’est pas en reste avec la commercialisation du Elitebook x360. Conçu pour les entreprises, ce PC portable est doté d’un écran tactile d’une diagonale de 13,3 pouces (1080p ou 4K). Résolument haut de gamme, ce dernier arbore une élégante coque en aluminium doublé d’une partie inférieure en magnésium. De type deux-en-un avec une charnière renforcée pour autoriser l’utilisation en mode tablette - d’où le nom 360 comme le modèle Spectre plus grand public-, ce laptop affiche une épaisseur minimale de 15 mm.

Le design - très sobre - n’est pas sans rappeler celui d’un Macbook Air même si la connectique est ici bien plus fournie. On trouve en effet 2 ports USB 3.0, un USB Type-C Thunderbolt 3 (avec fonction recharge grâce à un câble optionnel ou connexion à une station d’accueil), une entrée HDMI et un lecteur microSD. Apple fait beaucoup moins bien avec seulement deux connecteurs USB Type-C Thunderbolt 3 pour le Macbook Pro d’entrée de gamme (sans la Touch Bar) et deux ports USB 3.0 sur le Air. Comme chez le constructeur à la pomme, la mémoire vive est soudée avec un maximum de 16 Go (DDR4). La partie stockage de masse est assurée par un SSD ou une carte flash PCIe (128 à 512 Go).Comme nous l’a expliqué Justine Beck, chef produit PC chez HP, la sécurité n’a pas été négligée sur ce laptop avec un lecteur d’empreintes, un autre pour les cartes à puce, le respect du standard américain MLI-STD810G (pour ma résistance aux chocs), un contrôle de l’intégrité du Bios, mais aussi un écran avec un filtre de confidentialité Sure View développée avec 3M. Optionnel, ce dernier est activé à la demande pour obscurcir la dalle et réduire l’angle de vison afin d’éviter les coups d’œil intempestifs. Un modem LTE/4G est également disponible en option pour fuir les connexions WiFi trop curieuses dans les hôtels ou les espaces publics. Autre fonction dédiée à la sécurité, le verrouillage et le déverrouillage automatique du PC portable avec l’application WorkWise disponible pour les smartphones iOS et Android. Grâce à une connexion Bluetooth, l’app surveille l’usage du laptop (insertion d’une clef USB, déplacement de l’unité, charge de la batterie…) et envoie des alertes si nécessaires.

Finissons avec les caractéristiques de ce produit, disponible avec une puce Intel Core i5-7200U (deux cœurs à 2,4 GHz), i5-7300U (deux cœurs à 2,6 GHz) ou i7-7500U (quatre cœurs à 2,7 GHz), épaulée par un circuit graphique HD 620. Signalons pour finir que selon HP, l’Elitebook x360 offre une autonomie 12,5 heures et que la batterie peut se recharger de 50% en 30 minutes. Pour le tarif, le constructeur annonce un prix de départ à 1099 euros HT avec un Core i5, un écran 1080p et un SSD de 256 Go. Le célèbre étendard de la gamme XPS de Dell dans sa version 15 pouces arrive avec des capacités particulièrement musclées. Puce Intel Kaby Lake (7e génération), 32 Go de RAM ou encore circuit graphique GeForce GTX 1050 de Nvidia font partie de ses derniers attributs. Comment appelle-ton un nouvel ordinateur portable 15 pouces disposant des dernières puces Intel et Nvidia avec une batterie géante et 32 Go de RAM ? D'après Dell, certainement pas un MacBook Pro 15 ! Le constructeur texan a en effet présenté un rival qui, c'est le moins que l'on puisse dire, présente plutôt très bien. Embarquant la dernière génération (7e) du processeur Intel, un Core i3, i5 ou i7 Kaby Lake - ainsi que le tout récent GPU GeForece GTX 1050 signé Nvidia, le XPS 15 semble bien né pour en imposer.

Dernière itération du fer de lance de Dell en matière d'ordinateur portable haut de gamme, le XPS 15 cuvée 2017 - à partir d'1,8 Kg environ pour une épaisseur ne dépassant pas 17 mm- dispose de sacrés atouts. Tout d'abord un écran de 15,6 pouces, aux bordures très fines concourant à améliorer la grandeur et l'impact de l'image, dont la résolution s'étend suivant les configurations de 1920 X 1080 pixels à 3840 X 2160. A noter que ce dernier, Ultra HD, est également tactile avec le support de 10 points de contact. En termes de connecteurs, le XPS 15 s'arme, outre le traditionnel HDMI, de deux ports USB 3.0 PowerShare mais également d'un Thunderbolt 3.0. Ce dernier permet à la fois d'alimenter et de recharger l'ordinateur, mais également les mobiles, lecteurs (fonction PowerShare) et aussi de télécharger des données jusqu'à 40 Gbit/s. On retrouve aussi un lecteur de cartes SD. Le WiFi 802.11ac et Bluetooth 4.1 sont aussi sans surprise de la partie.