Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 12153
Batterie Dell UD535

En septembre dernier, le spécialiste des solutions analytiques Teradata annonçait avec Everywhere la possibilité d’exploiter les capacités de traitement massivement parallèles (MPP) de son datawarehouse sur un mode hybride, en s’appuyant sur le cloud public d’Amazon Web Services ou sur son propre cloud managé, situé en Allemagne. L’éditeur américain étend ce mode hybride au cloud de Microsoft en annonçant la disponibilité de Teradata Database sur la Marketplace d’Azure à partir du 31 mars 2017. Le datawarehouse pourra être déployé sur 1 à 32 nœuds dans le cloud public. Les sauvegardes et les restaurations associées pourront recourir aux services de stockage objets d’Azure Blob, de même qu’elles s’appuient sur S3 dans le cloud d’AWS. Des fonctions de récupération automatique en cas de défaillance d'un nœud sont également disponibles.

Dans une étude menée par Teradata auprès de ses clients, il apparaît que 90% d’entre eux prévoient de recourir à des solutions hybrides d’ici 2020 et que 85% veulent pouvoir consommer une partie de leurs applications analytiques « as a service », indique dans un billet, Oliver Ratzesberger, vice-président exécutif et chief product officer de Teradata. « Contrairement aux autres solutions d’entrepôt de données qui s’intègrent avec Azure, notre produit est un vrai datawarehouse d’entreprise et pas un data mart », souligne-t-il. Les entreprises qui connaissent déjà à la fois Teradata et Azure pourront mettre en place eux-mêmes, en une heure environ, la solution Database bientôt livrée sur Azure Marketplace, assure-t-il également. Pour un certain nombre d’entre eux évoluant dans le secteur de la distribution de détail (retail), Azure constitue déjà l’infrastructure cloud de leur choix, selon Oliver Ratzesberger.

Pour les entreprises qui souhaitent être accompagnées dans leur projet, Teradata propose par ailleurs ses équipes d’experts et ses services d’intégration dans le cloud. Les nouveaux clients souhaitant créer un datawarehouse sur Azure disposeront également des outils nécessaires pour migrer depuis leurs autres bases de données vers Teradata. Pour ses solutions cloud, l’éditeur prévoit de proposer un modèle « pay-as-you-go » et de mettre à disposition sa technologie Everywhere dans un nombre croissant d’environnements cloud. Sur son propre cloud managé, Teradata Managed Cloud, accessible en Europe depuis l’an dernier, il exploite notamment les technologies VMware. Il met également en oeuvre sa technologie IntelliFlex qui permet d’ajuster de façon indépendante la puissance de traitement et la capacité de stockage et qui apporte des fonctions avancées de traitement en mémoire.

Parmi les offres alternatives existant sur Azure Marketplace, on trouve pour l'instant la solution Datometry Hyper-Q, une technologie de virtualisation qui permet à des applications Teradata d’être exécutées nativement sur Azure SQL Data Warehouse sans changement de configuration ou de syntaxe SQL. Cette solution doit bientôt être disponible pour les bases Oracle.Le constructeur HP Inc élargit un plan de rappel de produits annoncé l'an dernier au niveau mondial. En cause, plus de 100 000 batteries pour PC portables qui risquent une surchauffe et peuvent même s'enflammer.
HP Inc a étendu son programme de rappel de sécurité et de remplacement des batteries fournies avec certains ordinateurs portables et lancé en juin 2016. En cause, 101 000 batteries pouvant présenter de potentielles surchauffes et exposer les utilisateurs à un risque d’incendie et de brûlures. Sont concernées des batteries équipant des PC portables HP, Compaq, HP ProBook, HP Envy, Compaq Presario et HP Pavilion vendus dans le monde entre mars 2013 et octobre 2016. Certaines batteries commercialisées en tant qu’accessoires ou de pièces détachées pourraient également être concernées.

La plupart d'entre elles ont été rappelées aux États-Unis, ainsi qu’au Canada et au Mexique. Le groupe a mis en place sur son site une procédure pour identifier les produits mis en cause dans divers pays, dont la France. On y trouve la liste des PC portables et des numéros figurant au dos des batteries pouvant être touchées. Celles qui peuvent présenter un défaut sont noires et portent les références 6BZLU, 6CGFK, 6CGFQ, 6CZMB, 6DEMA, 6DEMH, 6DGAL ou 6EBVA. En juin 2016, HP avait déjà annoncé le rappel de 41 000 batteries défectueuses.Au dernier CES, HP a dévoilé plusieurs PC portables, dont un modèle haut de gamme qui se présente comme un Macbook killer doté de lecteurs d'empreintes et de cartes à puce. Le prix de départ commence à 1 099 euros HT.

L’arrivée des dernières puces d’Intel, les Kaby Lake de septième génération, entraine un renouvellement des gammes de PC portables chez les principaux fournisseurs. HP n’est pas en reste avec la commercialisation du Elitebook x360. Conçu pour les entreprises, ce PC portable est doté d’un écran tactile d’une diagonale de 13,3 pouces (1080p ou 4K). Résolument haut de gamme, ce dernier arbore une élégante coque en aluminium doublé d’une partie inférieure en magnésium. De type deux-en-un avec une charnière renforcée pour autoriser l’utilisation en mode tablette - d’où le nom 360 comme le modèle Spectre plus grand public-, ce laptop affiche une épaisseur minimale de 15 mm.Le design - très sobre - n’est pas sans rappeler celui d’un Macbook Air même si la connectique est ici bien plus fournie. On trouve en effet 2 ports USB 3.0, un USB Type-C Thunderbolt 3 (avec fonction recharge grâce à un câble optionnel ou connexion à une station d’accueil), une entrée HDMI et un lecteur microSD. Apple fait beaucoup moins bien avec seulement deux connecteurs USB Type-C Thunderbolt 3 pour le Macbook Pro d’entrée de gamme (sans la Touch Bar) et deux ports USB 3.0 sur le Air. Comme chez le constructeur à la pomme, la mémoire vive est soudée avec un maximum de 16 Go (DDR4). La partie stockage de masse est assurée par un SSD ou une carte flash PCIe (128 à 512 Go).

Comme nous l’a expliqué Justine Beck, chef produit PC chez HP, la sécurité n’a pas été négligée sur ce laptop avec un lecteur d’empreintes, un autre pour les cartes à puce, le respect du standard américain MLI-STD810G (pour ma résistance aux chocs), un contrôle de l’intégrité du Bios, mais aussi un écran avec un filtre de confidentialité Sure View développée avec 3M. Optionnel, ce dernier est activé à la demande pour obscurcir la dalle et réduire l’angle de vison afin d’éviter les coups d’œil intempestifs. Un modem LTE/4G est également disponible en option pour fuir les connexions WiFi trop curieuses dans les hôtels ou les espaces publics. Autre fonction dédiée à la sécurité, le verrouillage et le déverrouillage automatique du PC portable avec l’application WorkWise disponible pour les smartphones iOS et Android. Grâce à une connexion Bluetooth, l’app surveille l’usage du laptop (insertion d’une clef USB, déplacement de l’unité, charge de la batterie…) et envoie des alertes si nécessaires.

Finissons avec les caractéristiques de ce produit, disponible avec une puce Intel Core i5-7200U (deux cœurs à 2,4 GHz), i5-7300U (deux cœurs à 2,6 GHz) ou i7-7500U (quatre cœurs à 2,7 GHz), épaulée par un circuit graphique HD 620. Signalons pour finir que selon HP, l’Elitebook x360 offre une autonomie 12,5 heures et que la batterie peut se recharger de 50% en 30 minutes. Pour le tarif, le constructeur annonce un prix de départ à 1099 euros HT avec un Core i5, un écran 1080p et un SSD de 256 Go. Plus du tout de câbles avec les PC ordinateurs, c'est ce qu'Intel entend proposer dans les années à venir avec l'interface WiGig et la recharge par induction magnétique. Intel travaille sur de nouvelles technologies d'affichage sans fil, d'accueil et de connexion pour les micro-ordinateurs. L'idée de la firme de Santa Clara est de totalement éliminer les câbles (alimentation, réseau, affichage et autres) qui encombrent les bureaux a déclaré Kirk Skaugen, vice-président et directeur général de l'activité PC chez Intel, lors d'une keynote au salon Computex de Taipei. M. Skaugen a partagé certains détails sur ces technologies sans fil qui seront disponibles d'ici 2016. L'entreprise travaille sur l'intégration de la technologie WiGig sur sa prochaine puce Core Skylake, attendue après la série Broadwell, qui supportera la recharge sans fil, l'affichage et le transfert des données.

Trois fois plus rapide que la norme WiFi 802.11ac, le WiGig possède suffisamment de potentiel pour remplacer les technologies HDMI et DisplayPort, et pourrait être intégrée dès l'année prochaine dans les PC selon le dirigeant. Intel développe des modules WiGig pour les PC portables, les ordinateurs de bureau et les écrans haute résolution. Dell propose déjà un dock WiGig pour relier un PC et un moniteur. La prochaine étape sera de directement intégrer le circuit WiGig à l'intérieur des ordinateurs, puis dans le processeur, a indiqué M. Skaugen.Intel poursuit également ses efforts pour la recharge sans fil sur les ordinateurs portables et les tablettes. Le fondeur est un des leaders qui soutient une norme capable de fournir une puissance de 20 watts pour la recharge des PC portables par induction magnétique. Le dirigeant d'Intel a montré un ordinateur portable sans fil qui se recharge lorsqu'il est posé sur une table. Si cette opération est devenue courante avec les smartphones, avec le Nexus 5 par exemple, c'est encore impossible avec les PC. Intel a ainsi annoncé qu'il avait rejoint le consortium A4WP (Alliance for Wireless Power), pour définir un cahier des charges sur la recharge par induction magnétique pour les PC. Des fabricants comme Fujitsu, Dell et d'autres ont également rejoint l'organisation. Samsung et Qualcomm sont déjà membres de l'A4WP. Comme tous les ans, Intel a sorti de ses labs un prototype de PC compact. Cette année, c'est le Compute Card, un ordinateur de la taille d'une carte de crédit qui a bénéficié des feux du CES de Las Vegas

Après le Curie, un PC de la taille d’un bouton, Intel vient de présenter au dernier CES de Las Vegas un ordinateur de la taille d’une carte de crédit. Baptisé Compute Card, ce dernier est avant tout une vitrine technologique avec un design qui pourrait inspirer certains constructeurs asiatiques. Dans une épaisseur de 5 mn (95 x 55 x 5 mm pour être complet), ce petit étui réussit à concentrer les composants habituels d’un PC, à avoir une processeur (7e génération) avec un circuit graphique intégré, la RAM, un peu de flash, une interface sans fil et enfin un connecteur USB- C Extension. Un dérivé de l’USB-Type C qui prend en charge l’USB, le PCIe, le HDMI et le DP.Avec ce référence design qui vient en fait concurrencer un Raspberry Pi ou un Arduino, Intel compte équiper des frigos connectés, des smart TV, des distributeurs de boissons ou de friandises connectés. La Compute Card sera disponible au second trimestre 2017, selon un communiqué de presse de la firme de Santa Clara. Reste à connaitre le prix de ce boitier qui ne devrait pas approcher celui d'un Raspberry.Lors du CES de Las Vegas (5 au 8 janvier), Panasonic a présenté un prototype de batterie flexible pour les objets portables. Les batteries sont suffisamment petites et rigides pour être intégrées dans une carte de crédit.