Sites Grátis no Comunidades.net Wordpress, Prestashop, Joomla e Drupal Grátis


Total de visitas: 10364
Batterie HP hstnn-ob60

Starbreeze et Acer ne sont pas les premiers à s'intéresser au marché du divertissement virtuel hors du domicile. L'entreprise américaine The Void développe un projet similaire depuis plusieurs années et a récemment annoncé un partenariat avec Sony Pictures pour la sortie du film SOS Fantômes 3 (Ghostbusters). Les casinos Partouche ont également développé en interne le Roller Blaster VR, une simulation de montagnes russes. L'attraction avait été présentée en avant-première à la Paris Games Week 2015. ACTUS REUTERS Les livraisons d'ordinateurs personnels ont diminué de 5,2% au premier trimestre par rapport aux trois premiers mois de 2014, à 71,7 millions d'unités, prolongeant leur tendance baissière qui dure depuis trois ans, selon des estimations préliminaires publiées le 9 avril par le cabinet d'études Gartner.

Les ventes de PC de bureau ont chuté alors que celles d'ordinateurs portables sont restées robustes au 1er trimestre 2015, selon les données de l'institut Gartner. Globalement, les ventes de PC ont baissé de 5,2% entre janvier et mars par rapport à la même période en 2014.
Les ventes d'ordinateurs de bureau avaient augmenté en fin d'année dernière, nombre d'entreprises ayant renouvelé leurs machines après la fin des mises à jour du système d'exploitation XP de Windows, mais ce cycle de remplacement s'est atténué au premier trimestre, explique le cabinet d'études dans un communiqué.

Le chinois Lenovo est resté numéro un avec 13,6 millions de livraisons, soit une part de marché de 18,9% contre 17,0% un an plus tôt, devant Hewlett-Packard qui a livré 12,4 millions d'appareils pour une part de marché de 17,3% contre 16,0%. Les trois fabricants suivants, Dell, Asus et Acer, ont vu leurs ventes stagner ou diminuer.
Le LA Times rapporte que le district scolaire unifié de Los Angeles (LAUSD) va recevoir une indemnité de 4,2 millions de dollars de la part d'Apple en dédommagement d'un programme lancé en juin 2013 qui visait à équiper 640 000 étudiants d'iPads. Le projet, d'une valeur totale de 1,3 milliard de dollars, était réalisé en partenariat avec Pearson, un grand éditeur de logiciels éducatifs. Il devra quant à lui verser 6,4 millions de dollars au district.

Il s'est rapidement transformé en fiasco avec des accusations de corruption, de mauvaise gestion et le constat que les 40 000 iPads déjà achetés (pour un coût de 768 dollars chacun) n'étaient pratiquement pas utilisés en classe. Une enquête du FBI est toujours en cours concernant les détails de l'attribution du contrat. La somme récupérée sera utilisée pour acheter des ordinateurs. En parallèle, Lenovo, un autre fournisseur impliqué dans le projet, a accepté d'offrir pour 2,2 millions de dollars d'ordinateurs portables au district. ÉTUDE Dans un sondage Cesi - Ipsos – Le Figaro, chefs d’entreprise et salariés sont peu nombreux à juger essentielle la transition numérique. Pour les observateurs invités par le CESI, ce n’est pas le signe qu’ils ont tout compris. Au contraire, il est urgent de leur rappeler ce qu’est la transformation numérique, ses enjeux, et l’ampleur de son impact sur l’emploi et les métiers

L’observatoire social de l’entreprise du CESI (enseignement supérieur et formation professionnelle) a dévoilé un sondage réalisé avec Ipsos et le Figaro auprès des chefs d’entreprise et de leurs salariés sur la transition numérique. Résultat : 29% des dirigeants et 52% des collaborateurs jugent le sujet stratégique ou essentiel. Ils sont respectivement 31% et 42% à penser que c’est plutôt une opportunité. Enfin, 23% des salariés estiment que le phénomène induira une diminution des effectifs contre seulement 16 % des patrons. Et près de la moitié des chefs d'entreprise assimilent même le numérique à un simple phénomène de mode...

Pour Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos, ces réponses pourraient inquiéter sur un possible retard des entreprises françaises, mais montrent qu’en fait, la notion même de transition numérique est intégrée. Et n’est plus une question. De quoi susciter le débat. Et cela tombe bien, le CESI avait réuni ce 9 mai, pour l'occasion, quelques observateurs pointus du numérique. Pour eux, les réponses au sondage Ipsos tendent plutôt à montrer que la transition numérique, et plus grave, son impact sur l’emploi et la formation, sont particulièrement sous-estimés. Elles traduiraient aussi et surtout une inquiétante mauvaise compréhension du sujet, et par conséquent de son ampleur. "La moitié des emplois actuels devraient disparaitre dans les 15 ans à venir, a asséné Philippe Lemoine, président du forum d'action modernités et de la Fondation internet nouvelle génération (Fing). Et dans l’hypothèse où les marchés financiers raisonnent juste quand ils s’attendent à ce que les acteurs du numérique détournent des marchés traditionnels vers eux, nous avons estimé ce transfert à 60 milliards d’euros… Ce ne sont pas du tout des changements à la marge."

NE PAS CONFONDRE RÉVOLUTION INFORMATIQUE ET TRANSFORMATION NUMÉRIQUE
Comme le rappelle le président de la Fing, en entreprise, on confond souvent les évolutions de l’informatique, en cours depuis plusieurs décennies, et la transformation numérique. "D'ailleurs, nous préférons parler de transformation que de transition. On a l’impression de savoir comment avancer, mais sans savoir où on va. La transition, c’est aller vers un univers que l’on connaît, mais sans savoir comment."
Mais c'est la confusion entre informatique et numérique qui expliquerait surtout certaines réponses enthousiastes de chefs d’entreprise estimant avoir allégrement passé le cap ! "Je comprends qu’on se dise, les ordinateurs, l’informatique de gestion, c’était une révolution, mais ça y est, c’est fait, continue Philippe Lemoine. Mais la transformation numérique c’est un cycle totalement différent." Les entreprises doivent se demander si elles ont redéfini la relation avec leurs clients ou mis en place une hiérarchie plus flexible.

UNE RÉVOLUTION VENUE DU GRAND PUBLIC
"Les gens n’imaginent pas ce que c’est, relance Christine Balagué, titulaire de la chaire réseaux sociaux et objets connectés, Institut Mines-Telecom. Beaucoup plus que des outils, on parle de transformation des business models, de l’organisation du travail, etc." Sans oublier que, pour la première fois, la transformation vient du grand public. "Cela donne un point de vue nouveau sur les choses", insiste Philippe Lemoine. Philippe Mutricy, directeur de l'évaluation des études et de la prospective chez BPI France, confirme : "L’innovation vient du consommateur, du citoyen". Autant de notions nouvelles, difficiles à intégrer, qu’il est urgent que les entreprises, leurs patrons et employés comprennent.