Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11442
Batterie HP HSTNN-SB0H

L'opérateur table sur d'importantes retombées de cette technologie, qui sera disponible dans 10 villes supplémentaires d'ici la fin du premier semestre 2013.
Cette nouvelle offre va nous permettre de respecter notre budget 2013, a déclaré à Reuters Stéphane Roussel, PDG de SFR.
L'opérateur, qui pourrait faire l'objet d'un désengagement de sa maison-mère, doit réduire les coûts opérationnels annuels de 500 millions d'euros d'ici fin 2014.
Avec la 4G, les opérateurs espèrent pouvoir proposer des offres haut de gamme pour tenter de sortir de la logique du low cost qui a entraîné une importante érosion de leurs marges en 2012.
L'enjeu pour tous les opérateurs est de recréer de la valeur et de sortir de la spirale infernale de la déflation provoquée par l'arrivée sur le marché du quatrième entrant, explique Jean-Charles Ferreri, de Roland Berger Strategy Consultants. Mais les retombées réelles à attendre de cette nouvelle technologie sont encore difficiles à évaluer alors que le déploiement de ce réseau en est encore à ses débuts en France et pourrait prendre encore plusieurs années.
C'est une technologie prometteuse, mais on est encore vraiment dans les prémices. L'impact sur le secteur en 2013 devrait être léger, il faut attendre 2014 pour observer les premières retombées, souligne Frédéric Boulan, analyste du secteur chez Nomura, qui constate par exemple qu'en Allemagne, où la 4G existe depuis plus de deux ans, l'impact a été assez anecdotique.

C'est avant tout de la communication, estime un autre analyste, qui a observé la même euphorie autour de la 3G il y a 10 ans sans avoir constaté pour autant une augmentation des revenus des opérateurs.
Les spécialistes se montrent notamment sceptiques sur la stratégie de hausse des prix qui accompagnera les offres 4G -comme l'ont déjà annoncé France Télécom et SFR- et s'interrogent sur la volonté des usagers à payer davantage pour utiliser ce réseau.
De leur côté, les opérateurs se défendent en rappelant que l'offre française 4G est quatre fois moins chère que l'offre américaine et deux fois moins chère que l'offre britannique.
A moyen terme, la 4G pourra être un levier de croissance, mais à plusieurs conditions: une couverture significative et un véritable différentiel de qualité qui permettra aux opérateurs de proposer un prix supérieur, une demande spécifique des clients et un alignement des stratégies commerciales des opérateurs, résume Frédéric Boulan.

Or ce dernier point est loin d'être acquis pour Jean-Charles Ferreri (Roland Berger). Aux Etats-Unis, les chiffres montrent que la 4G a permis de recréer de la valeur mais c'est un marché beaucoup moins concurrentiel qu'en France.
Le bénéfice de la 4G dépendra donc de la capacité des opérateurs à s'aligner sur une logique collective, poursuit-il.
Mais la concurrence exacerbée que se livrent les quatre opérateurs français laisse craindre que l'un d'entre eux ne casse les prix pour gagner des parts de marché.
Le numéro deux américain de la téléphonie mobile a dit avoir engrangé 780.000 nouveaux abonnés alors que 10 analystes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne 699.200.
AT&T a dit prévoir une hausse des bénéfices et des revenus pour l'ensemble de 2013, tout en soulignant ne pas s'attendre à une amélioration significative de l'économie.
Si la commercialisation de 8,6 millions d'iPhone sur les trois derniers mois a permis à AT&T d'attirer nombre de nouveaux clients, ces ventes pèsent sur les résultats du groupe en raison des importantes subsides versés à Apple par smartphone écoulé.
La marge brute de la division services mobiles d'AT&T est ainsi revenue à 29,1% alors que le consensus était de 31,29%.

La perte du quatrième trimestre est ressortie à 3,86 milliards de dollars, soit 0,68 dollar par action, contre une perte de 6,68 milliards il y a un an (-1,12 dollar/action), période qui avait été caractérisée par d'importantes charges exceptionnelles.
Le chiffre d'affaires s'est établi à 32,58 milliards de dollars sur la période, contre 32,5 milliards il y a un an et un consensus de 32,2 milliards.
Telefonica, l'opérateur historique espagnol, a reçu une amende de 66,89 millions d'euros et Portugal Telecom devra payer 12,29 millions d'euros.
L'entente tacite sur les prix découlait du rachat par Telefonica, en 2010, de la participation de Portugal Telecom dans leur coentreprise brésilienne Vivo.
Dans un communiqué, le commissaire à la Concurrence Joaquin Almunia affirme que l'UE ne tolérera pas des pratiques anticoncurrentielles par des opérateurs historiques pour protéger leurs marchés domestiques, au détriment des consommateurs.
Comme son concurrent Intel, AMD tente de recentrer son activité dans un contexte difficile pour les ordinateurs de bureau, alors que les consommateurs privilégient les matériels mobiles.
AMD anticipe un chiffre d'affaires du premier trimestre en baisse de 9% sur le quatrième trimestre, plus ou moins trois points. Le point médian de cette prévision donne un chiffre d'affaires de l'ordre de 1,056 milliard de dollars.
Le chiffre d'affaires du quatrième trimestre a été de 1,16 milliard de dollars contre 1,69 milliard un an auparavant.

Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donnait un chiffre d'affaires de 1,149 milliard de dollars au quatrième trimestre et de 1,108 milliard sur le trimestre en cours.
AMD a aussi fait état d'une perte nette de 473 millions de dollars, soit 63 cents par action, contre une perte nette de 177 millions (24 cents) un an auparavant.
L'action AMD prenait 2,04% après la clôture de Wall Street.
TI a publié un bénéfice de 264 millions de dollars, soit 23 cents par action, au quatrième trimestre contre 298 millions (25 cents) un an auparavant.
Le chiffre d'affaires a diminué à 2,98 milliards de dollars contre 3,42 milliards mais il dépasse le consensus Thomson Reuters I/B/E/S qui le donnait à 2,95 milliards.
TI projetait le 10 décembre dernier un chiffre d'affaires trimestriel de 2,89 à 3,01 milliards de dollars et un BPA de 5 à 9 cents, en tenant compte d'une charge de 21 cents par action liée à restructuration de son activité dans le sans fil.
Le premier fabricant mondial de microprocesseurs a réalisé au quatrième trimestre un bénéfice net de 2,5 milliards de dollars, soit 48 cents par action, sur un chiffre d'affaires de 13,5 milliards de dollars.
Le consensus réalisé par Thomson Reuters I/B/E/S donnait un bénéfice par action de 45 cents et un chiffre d'affaires de 13,533 milliards.

Pour le premier trimestre en cours, Intel prévoit un chiffre d'affaires de 12,7 milliards, à 500 millions près. Le consensus est pour l'instant de 12,910 milliards.
Le bénéfice net du premier sous-traitant mondial des semi-conducteurs a été de 41,6 milliards de dollars de Taïwan (1,4 milliard de dollars US, 1,06 milliard d'euros), conforme au consensus Thomson Reuters I/B/E/S qui donnait 41,3 milliards.
Le bénéfice net était de 49,3 milliards au troisième trimestre et de 31,6 milliards un an auparavant.
TSMC anticipe une baisse de son chiffre d'affaires au premier trimestre, à 127-129 milliards de dollars de Taïwan contre 131,3 milliards au quatrième trimestre, en raison surtout de facteurs saisonniers.
Il prévoit également une marge brute de 43,5% à 45,5% au premier trimestre, contre 47,2% au quatrième trimestre, et une marge opérationnelle de 31,5% à 33,5% contre 35,2%.
Souhaitant préserver son avantage dans les semi-conducteurs, fabriqués suivant une technologie de gravure à 28 nanomètres, TSMC a dit en décembre qu'il porterait ses investissements annuels à un record de neuf milliards de dollars US environ contre 8,3 milliards en 2012.http://www.fr-batterie-portable.com/samsung.html