Sites Grátis no Comunidades.net Wordpress, Prestashop, Joomla e Drupal Grátis


Total de visitas: 10816
Batterie HP Pavilion dv7-7000

La version du système d'exploitation Ubuntu pour smartphone devrait être disponible au plus tard dans le courant de l'année 2013 selon les dires de John Barnard, Global Marketing Manager de Canonical. Cette distribution Linux mobile se différencierait de celles disponibles sur le marché en proposant de fonctionner en dual boot avec Android, qui fonctionne sur le même kernel.Cette configuration en double-OS pourrait tirer parti des prochains processeurs multicoeurs et des circuits à venir. Cette version proposerait la même expérience utilisateur que sur ordinateur en supportant clavier et souris. Le positionnement de Canonical pourrait alors être intéressant et permettre à l'utilisateur d'embarquer en plus d'un OS portable, un second utilisable comme sur un PC un fois connecté à un moniteur. Principale limite, les applications disponibles ne sont pas les mêmes que pour PC puisque les plate-formes mobiles reposent principalement sur des puces ARM. Sur un marché vampirisé par Android et iOS, la case visée par Canonical avec sa nouvelle distribution Ubuntu pourrait s'avérer pertinente.

Selon John Barnard, l'entreprise dévoilera ses annonces à l'occasion du Salon Computex, qui se tient du 5 au 9 juin 2012 dans la capitale de Taïwan Taipei. Mais, Mark Shuttleworth, fondateur de Canonical se montre plus ouvert et déclare que l'OS Ubuntu pour smartphone pourrait « peut-être » sortir cette année ou l'année prochaine. Cette distribution devrait être, selon Barnard, disponible dans un premier temps pour les développeurs et les constructeurs avant d'être disponible plus tard en téléchargement. Pour se raccrocher au wagon ultrabook d'Intel, AMD se prépare à lancer une guerre des prix en juin prochain avec une plate-forme concurrente pour des PC portables également minces et légers.Pour répondre à l'offensive d'Intel sur le marché des PC portables avec sa plate-forme ultrabook, AMD prépare également des puces pour ordinateurs portables ultraminces. Et ses machines coûteraient jusqu'à 200 $ de moins qu'un ultrabook Intel, selon un article du site asiatique Digitimes. Le fondeur de Sunnyvale qui espère ainsi revenir sur son concurrent direct en l'attaquant sur les prix, pense pouvoir lancer sa plate-forme "ultrathin" en juin prochain.

Les premiers modèles d'ultrabooks présentés au dernier CES étaient proposés de 900 à 1400 dollars, l'Envy 14 de HP par exemple. Intel prévoit que 70 modèles d'ultrabooks seront lancés cette année et espère que sa prochaine génération de puce basée sur la micro-architecture Ivy Bridge fera baisser le prix de vente de ces machines à 700/900 $.Les ultraportables d'AMD - ultrabook est une marque déposée par Intel - utiliseront les puces connus sous le nom de code Trinity, avec un coeur Piledriver/Bulldozer pour la partie CPU et Cayman-class pour le GPU. Gravées en 32 nm, elles disposeront de deux ou quatre coeurs. En 2006, AMD avait déjà utilisé ce nom Trinity pour promouvoir une plate-forme de virtualisation du poste de travail concurrente du vPro d'Intel.

Selon AMD, ses processeurs sont en général moins chers que ceux d'Intel et la série Trinity ne fera pas exception à la règle. Le prix de départ pour les ordinateurs portables Trinity tournerait autour de 500 $, soit jusqu'à 200 $ moins chers que le prix moyen attendu d'un ultrabook Intel Ivy Bridge, gravé en 22 nm. Pour ce qui concerne la partie consommation, AMD indique que ses puces Trinity se contenteront de 17 watts, soit à peu près la même chose que les puces Intel Ivy Bridge. Les puces Trinity devraient offrir les mêmes performances que les processeurs A-series d'AMD, actuellement utilisés dans des PC portables. Les Trinity consommeraient toutefois moitié moins de puissance. Il n'y aura toutefois pas autant d'ultraportables chez AMD que chez Intel, selon Digitimes. Seule une vingtaine de modèles ultrafins sur base AMD sont attendus cette année, chez des constructeurs comme HP, Acer et Asus. Grossiste paneuropéen en pièces détachées et accessoires informatiques, le danois EET a racheté pas moins de quinze entreprises ces dix dernières années. La plus importante de ces acquisitions s'est conclue la semaine dernière avec l'entrée de son concurrent français Europarts dans son giron. La portée de l'opération va bien au-delà de l'Hexagone. Depuis sa création en 1985, Europarts s'est internationalisé pour être aujourd'hui présent dans 13 pays. Certaines de ces filiales, dont la française, font d'ailleurs doublon avec celles d'EET qui est lui-même actif dans 22 pays. Au final l'opération permet donc à l'acquéreur de se renforcer là où il était déjà actif mais aussi d'entrer sur six nouveaux marchés que sont l'Afrique du Sud, la Russie, l'Ukraine, le Maroc, l'Egypte et la Slovaquie. Le nouvel ensemble pèse désormais 200 M€ de chiffre d'affaires dont 50 M€ sont à mettre au crédit d'Europarts. Fabrice Castaing, le créateur du grossiste français demeurera actif au sein du groupe EET dont il devient le vice-président.

En France, Europarts revendique 4 000 clients contre 2 000 pour EET. Ce dernier évalue à 1 000 le nombre de clients que les deux sociétés ont commun. « Les complémentarités des deux entreprises existent aussi du point de vue de l'offre. Europarts est vraiment très axé sur le commerce de pièces détachées et se distingue tout particulièrement par la taille de son catalogue sur le segment des imprimantes. De son côté, EET est plus en pointe sur les pièces détachées pour PC, portables et serveurs. En outre, nous distribuons aussi une large gamme de produits péri-informatiques (enceintes, casques audio, disque durs, mémoire, caméra IP...) », détaille Florent Berge, le PDG de la filiale française du grossiste danois.

Dans un proche avenir, l'ensemble du groupe va s'atteler à l'intégration de ses filiales là où elles font doublon. En France, EET a installé son siège à Lyon et dispose également d'une agence à Paris où travaillent quinze collaborateurs. A termes, ces derniers seront regroupés dans des locaux communs avec les 45 salariés d'Europarts basés à Gennevilliers (92). « Nous avons la chance de travailler avec le même ERP, ce qui va simplifier le rapprochement de nos activités », se félicite Florent Berge. Pour certains des collaborateurs des grossistes, les choses ne se feront peut-être pas sans douleur. La superposition de certains postes entre les deux entreprises pourrait en effet d'entraîner une réorganisation. Acer a dévoilé l'Aspire S5, un ultrabook de 13 pouces présenté comme le plus fin du monde avec ses 15mm d'épaisseur maximum, pour un poids de 1,35kg. Le constructeur en profite aussi pour annoncer son offre de stockage en ligne.

Le constructeur taïwanais a fait plusieurs annonces lors de sa conférence pré-CES qui ouvrira ses portes demain à Las Vegas. Parmi les produits attendus, l'Aspire S5 se définit comme l'ultrabook le plus fin du moment avec 15 mm d'épaisseur. Doté d'un écran de 13,3 pouces et d'une coque mélange d'aluminium et de magnésium, il se veut à la fois facile à transporter et particulièrement réactif. Grâce à son système Green System On, l'ordinateur peut sortir d'une période de veille en 1,5s seulement et proposer instantanément une mise à jour des comptes mail et de l'actualité des réseaux sociaux. Cet ultrabook, qui succède à l'Aspire S3 présenté à l'IFA de Berlin au mois de septembre dernier, est attendu sur le marché au deuxième trimestre 2012.Toujours à Las Vegas, Acer inaugure une gamme d'ultrabooks baptisés Timeline Ultra, de 14 et 15 pouces qui embarqueront la même technologie Green Instant On que l'Aspire S5.

Acer a présenté aussi son offre de stockage en ligne, qu'il a nommé AcerCloud. Cette offre de service s'apparente à celle d'Apple avec iCloud, (au point de copier quelque peu la présentation de la firme de Cupertino en la matière). Cette solution se décline en trois services : Picstream pour le téléchargement de photo, AcerCloud Docs pour la synchronisation de documents (les informations sont conservées pendant 30 jours) et Clear.Fi Media pour les contenus multimédias (vidéo et musiques). A noter pour ce dernier qu'Acer propose du streaming via un index de musique présent sur l'ordinateur et non du stockage en ligne. Le service d'Acer est gratuit et pour l'instant sans limitation de volume. Il sera disponible à la fin de cette année pour l'Europe L'usage croissant des gadgets informatiques telles les tablettes et les smartphones laisse présager une multiplication par quatre du trafic internet d'ici 2016, prédit une étude américaine publiée par l'équipementier Cisco. Ce dernier estime que le débit Internet mondial atteindra 1,3 zettaoctets dans quatre ans, sachant qu'un zettaoctet équivaut à mille milliards de gigaoctets. C'est quatre fois le niveau de 2011, selon le communiqué du groupe californien. Cette croissance sera d'abord due à la prolifération des appareils permettant de se connecter à Internet, poursuit l'étude, qui cite les tablettes, les téléphones portables et "autres gadgets intelligents".

D'ici 2016, le nombre de connections devrait atteindre 18,9 milliards --soit près de 2,5 par personne-- contre 10,3 milliards en 2011. "Que ce soit par les appels téléphoniques avec webcam, les films sur tablette, la télé par Internet ou les vidéo-conférences, la somme de nos actions crée non seulement une demande de zettaoctets de bande passante, mais change aussi en profondeur les conditions nécessaires au réseau pour pouvoir satisfaire les besoins", a indiqué le vice-président de Cisco, Suraj Shetty.Un deuxième facteur de hausse, selon l'étude, réside dans le nombre croissant d'internautes. En 2016, ils seraient 3,4 milliards, soit environ 45% de la population mondiale, selon les estimations des Nations unies. L'étude prend aussi en compte la vitesse croissante du débit, qui serait multipliée par quatre, et la part grandissante du WiFi. En 2016, Cisco s'attend à ce que plus de la moitié du trafic Internet mondial passe par une connection sans fil. En 2011, 1 016 622 mobiles ont été récupérés dans l'Hexagone, contre 835 000 en 2010 et seulement 485 000 en 2009, selon un communiqué de la Fédération française des télécoms, publié le lundi 14 mai. Cette annonce coïncide avec le lancement d'un site de sensibilisation et d'information sur la collecte des téléphones portables, Rapportersonmobile.fr. L'objectif du site Rapportersonmobile.fr est de mettre en avant les enjeux environnementaux et économiques de cette démarche. Il propose en outre de découvrir l'ensemble des points de collecte, ainsi que les contreparties financières que peuvent offrir les opérateurs à leurs clients en échange de leur ancien mobile. Tout savoir sur la collecte des mobiles usagés en France : http://www.rapportersonmobile.fr À la TechEd North America 2012 qui se déroule à Orlando, Microsoft essaye d'inciter les entreprises à adopter Windows 8, dont la livraison est prévue plus tard cette année.

Lors de la conférence d'ouverture de la TechEd 2012 à Orlando, du 11 au 14 juin, qui accueille cette année 10 000 professionnels de l'informatique, Microsoft a exhorté les entreprises à adopter le système d'exploitation Windows 8 pour PC et tablettes. À l'occasion d'une keynote, les responsables de Microsoft ont mis en avant les raisons pour lesquelles les entreprises devraient sérieusement considérer une mise à jour vers Windows 8, dont la commercialisation est prévue avant la fin de cette année. Selon des experts du secteur, l'OS rencontre une certaine résistance de la part des professionnels IT. Ainsi, les analystes de Gartner, d'IDC et d'autres cabinets d'études spécialisées se disent sceptiques et estiment que les services informatiques ne vont pas se lancer dans une mise à jour globale vers Windows 8, ne serait-ce que parce que de nombreuses entreprises viennent tout juste d'achever ou sont encore en train de finaliser leur mise à niveau vers Windows 7 à partir de Windows XP.

  1. http://blogs.montevideo.com.uy/retrouve3
  2. http://retrouve3.kinja.com/
  3. http://retrouve3.jimdo.com/