Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11525
Batterie IBM FRU 02K6928

Les fichiers JavaScript, qui sont généralement masqués, peuvent servir de téléchargeurs pour d'autres logiciels malveillants et la solution est très prisée des auteurs de ransomware. Des menaces répandues comme TeslaCrypt et Locky ont utilisé cette méthode de distribution et un ransomware particulier appelé RAA a été complètement écrit en JavaScript. « Il faut se méfier des emails comportant des pièces jointes JavaScript », ont averti les chercheurs du Centre de protection contre les logiciels malveillants de Microsoft dans un message publié en avril. « Il est rare et même suspect que des gens envoient des applications dans le format de fichier JavaScript pur (des fichiers avec l’extension .js ou .jse) par courrier électronique. Il ne faut surtout ni cliquer dessus, ni les ouvrir ».D'autres fichiers de script comme .VBS (VBScript), .VBE (VBScript Encoded), .WSH (Windows Script Host Settings File) et .WSF (Windows Script File), déjà bloqué par Gmail, peuvent être utilisés de la même façon. En règle générale, il ne faut jamais ouvrir un fichier dont on ne reconnait pas le type. Même si l’on veut recevoir occasionnellement ce type de fichiers, il est toujours préférable de vérifier la source avant de les ouvrir et d’éviter de les partager avec d’autres par courrier électronique.

Un an après Google et son magnifique - mais onéreux - Chromebook Pixel (1299 $ HT), Acer commercialise à son tour un Chromebook doté d'un écran tactile mais à un prix plus doux : 300 $ HT. Soit 100 $ de plus que le modèle le moins cher de sa gamme. Sans écran tactile bien sûr. Bien connu pour ses netbooks, aujourd'hui déconsidérés, Acer mise donc sur les Chromebook pour revenir sur le marché des petits PC portables bon marché.Animé par Chrome OS, ce Chromebook C720P est donc doté d'un écran tactile de 11,6 pouces, qui affiche une résolution maximale de 1366 x 768 pixels. Équipé d'une puce Intel Celeron 2955U basé sur la microarchitecture Haswell, ce PC portable offre une autonomie de 7,5 heures selon le constructeur. Pour le poids, Acer annonce 1,35 kg. Parmi les autres caractéristiques, indiquons qu'il est livré avec 32 Go d'espace de stockage flash, 2 Go de mémoire DDR3 , des ports USB 3.0, l'interface WiFi 802.11a/b/g/n et un port HDMI. Ainsi équipé, le démarrage ne demande que 7 secondes. Suite à leur achat, les utilisateurs pourront obtenir 100 Go de stockage gratuit sur Google Drive pendant deux ans. Le même service est facturé aujourd'hui 5$ par mois.

Rappelons que les Chromebook sont des ordinateurs portables destinés aux utilisateurs la plupart du temps connectés à Internet. Et si Chrome OS a été conçu pour être utilisé avec un clavier et une souris, l'arrivé d'un écran tactile pourrait faciliter la sélection des options dans les menus et améliorer l'interaction dans le navigateur et les autres applications. Une nouvelle vague de Chromebook exécutant la dernière version de Chrome OS a été commercialisée en octobre dernier avec notamment le surprenant Chromebook 14 de HP dont nous vous avons déjà parlé.L'ordinateur portable d'Acer sera disponible début décembre sur Amazon.com et la boutique en ligne d'Acer. Ce Chromebook sera disponible aux États-Unis, en Suisse, en Allemagne, au Royaume-Uni, en France, au Pays-Bas, en Russie, en Suède et en Finlande. Dans cette même gamme, Chromebook 11 pouces donc, Acer propose également le C720 - 2848, qui dispose d'un processeur Intel (200 $ HT), et Hewlett- Packard le Chromebook 11, qui repose sur une puce ARM (279 $ HT). Le Chromebook 14 de HP dispose d'un écran de 14 pouces, d'un processeur Intel et son prix est de 299 $ HT.
Au dernier CES, HP a dévoilé plusieurs PC portables, dont un modèle haut de gamme qui se présente comme un Macbook killer doté de lecteurs d'empreintes et de cartes à puce. Le prix de départ commence à 1 099 euros HT.

L’arrivée des dernières puces d’Intel, les Kaby Lake de septième génération, entraine un renouvellement des gammes de PC portables chez les principaux fournisseurs. HP n’est pas en reste avec la commercialisation du Elitebook x360. Conçu pour les entreprises, ce PC portable est doté d’un écran tactile d’une diagonale de 13,3 pouces (1080p ou 4K). Résolument haut de gamme, ce dernier arbore une élégante coque en aluminium doublé d’une partie inférieure en magnésium. De type deux-en-un avec une charnière renforcée pour autoriser l’utilisation en mode tablette - d’où le nom 360 comme le modèle Spectre plus grand public-, ce laptop affiche une épaisseur minimale de 15 mm.Le design - très sobre - n’est pas sans rappeler celui d’un Macbook Air même si la connectique est ici bien plus fournie. On trouve en effet 2 ports USB 3.0, un USB Type-C Thunderbolt 3 (avec fonction recharge grâce à un câble optionnel ou connexion à une station d’accueil), une entrée HDMI et un lecteur microSD. Apple fait beaucoup moins bien avec seulement deux connecteurs USB Type-C Thunderbolt 3 pour le Macbook Pro d’entrée de gamme (sans la Touch Bar) et deux ports USB 3.0 sur le Air. Comme chez le constructeur à la pomme, la mémoire vive est soudée avec un maximum de 16 Go (DDR4). La partie stockage de masse est assurée par un SSD ou une carte flash PCIe (128 à 512 Go).

Le ThinkPad T570 de Lenovo est un ordinateur particulièrement puissant et complet doté de la dernière puce Kaby Lake d'Intel. Mais ce qui fait sa plus grande particularité est certainement d'être le premier PC portable à supporter Optane, une technologie basée sur 3D Xpoint, mise au point par Intel et Micron. Selon ces derniers, ce nouveau de type de mémoire non-volatile offre des vitesses de lecture et d'écriture bien plus rapides que celles des SSD et de la DRAM actuels. Pour l'heure, Intel n'a pas encore précisé quand il commencera à livrer des SSD et des modules mémoire (semblables à de la DRAM dans la forme) exploitant cette technologie. De son côté, Le ThinkPad T570 sera commercialisé à compter de mars prochain au prix de 909 $.Les composants et périphériques basés sur Optane ne peuvent être utilisés par le ThinkPad T570 qu'en tant que système de stockage secondaires et/ou pour renforcer le cache du portable. Le SSD Optane PCIe M.2 2242-S3, qui est optionnel avec le T750, offre une capacité de 16 Go. Il agit comme une unité de stockage relayant le système de stockage principal du portable pour accélérer des applications et des jeux.D'une certaine façon, le parcours d'Optane semble devoir être celui qu'ont connu les SDD actuels. A leurs débuts, ils offraient des capacités réduites et étaient utilisés comme unité de stockage temporaire pour accélérer le démarrage des PC et des applications.

Au sein du T750, le système de stockage principal est assuré au choix pas un SSD 1 To ou 2 To soutenu par 32 Go de DRAM. Ce portable de 15,6'' pesant 2,04 Kg peut également être équipé d'un écran tactile 4K et embarquer la carte graphique GeForce 940MX. Côté connectique et réseau, il est doté de ports Thunderbolt 3 et HDMI, de deux ports USB 3.0 et d'une puce wifi 802.11ac. Il peut également intégrer un modem 4G Snapdragon de Qualcomm.Une étude de l'Ifop montre le développement du modèle de la souscription (location ou abonnement) aux dépends de l'achat. Non seulement les modèles économiques des entreprises sont transformés mais cela impacte lourdement les systèmes d'information. Les outils habituels de gestion de la relation clients ne permettent pas de disposer de la souplesse requise par les modèles économiques dit « à souscription » ou relevant de « l'économie de l'usage ». Ces modèles reposent sur des abonnements à un service ou des locations d'un bien au lieu d'un achat. Surtout, ils impliquent une modification de la tarification appliquée selon un grand nombre de critères ou selon des impératifs marketing très variables.

« Nous ne pouvions pas gérer dans notre gestion de la relation client classique nos nouvelles solutions de traitement du courrier » a ainsi témoigné Vincent Deriot, DSI de Neopost, lors d'une présentation organisée par le prestataire SaaS Zuora. Neopost s'est donc tourné vers cet éditeur qui se vante de savoir gérer les modèles de facturation les plus complexes et les plus souples avant de rebasculer les informations utiles vers les systèmes classiques (comptabilité, CRM traditionnel, etc.).Zuora a surtout présenté les résultats d'une étude menée par l'Ifop à son instigation. Cette étude a montré combien le modèle de la souscription se développait actuellement. Surtout, par rapport à la population générale, les jeunes 18-24 ans et les catégories socio-professionnelles élevées sont des groupes plus enclins que la moyenne à recourir à la souscription. Ce modèle n'est donc pas un modèle de crise auquel on aurait recours faute de capacité économique à acheter mais bien une transformation de la relation socio-psychologique à la propriété.

D'autant plus que les contraintes rencontrées en lien avec la possession d'un bien pousse à passer à la souscription. Par exemple, les Parisiens sont plus enclins à souhaiter louer une voiture quand ils en ont besoin d'une plutôt que de la posséder, simplement parce que garer une voiture à Paris est compliqué et coûteux. A cela s'ajoute le fait que près de la moitié des Français (57% des CSP+, 61% des 18-24 ans) veut consommer davantage selon ce modèle et les trois quarts estiment que la consommation par souscription va être plus importante dans les années à venir. Les entreprises vont donc être de plus en plus nombreuses à devoir être capables de proposer ce modèle de facturation.Cela dit, le modèle classique de l'achat reste très largement dominant pour l'instant. Interrogés sur le principe général, plus de neuf français sur dix trouvent important de pouvoir conserver un bien acheté et d'en être réellement propriétaires. Malgré tout, disposer des produits les plus récents séduit 71% des personnes interrogées et renouveler régulièrement ceux-ci intéresse 63% des répondants.Les valeurs associées à la souscription sont très proches de celles de la « Génération Internet » ou de l'« époque Y » : le partage, la consommation illimitée, la nouveauté... La souscription est vue comme un modèle très souple : le renouvellement régulier, l'absence de charges supplémentaires, la flexibilité sont ainsi cités parmi les avantages bien avant le prix.
Les biens immatériels et culturels sont les premiers qui, aujourd'hui, sont concernés par le modèle de la souscription. Journaux, livres, magazines, etc. sont fournis par abonnement à 22% des Français. 12% des répondants louent des téléphones portables (hors abonnements), 10% des films, 9% de la musique (par exemple : offre premium de Deezer ou Spotify).

Les autres biens et services sont actuellement loin derrière : voiture (5%), matériel informatique (4%) ou hi-fi (3%), meubles et accessoires de modes (2%), etc.
Mais certains biens sont sur la voie de la bascule. Films, musiques et autres produits culturels sont possèdent ainsi un vrai potentiel de développement : 63% des Français envisagent de basculer au mode locatif, juste devant les voitures et les vélos qui atteignent 54%, davantage que la musique (52%) ou les les livres/journaux/magazines sur tablettes (48%).Si l'agilité est le principal motif de recours au mode de la souscription comme nous l'avons vu, la rigidité est bien le frein principal. Ce qui retient les Français, c'est avant tout les difficultés à se désabonner (62%), la durée d'engagement (57%), la complexité du contrat (37%) et la mauvaise qualité de service (33%). Le fait de ne pas être propriétaire est troisième de la liste avec 40% de répondants gênés.
Les ventes de terminaux client se sont appréciées de 7,1% au premier trimestre 2014. Catégorie reine de ce marché dont ils totalisent 92% des ventes, les clients légers ont vu leurs livraisons croître de 8,9% durant cette période.