Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11535
Batterie IBM FRU 08K8193

Quid de l'Oculus Rift et de la réalité virtuelle dans cette stratégie de communication ? Pour Facebook, la réponse est simple. Il s'agit d'une forme de téléportation. Et du futur du réseau social. Pour comprendre, rien ne vaut une démonstration. Les équipes de Facebook ont développé une sorte de jeu pour apprendre à utiliser le casque Oculus Rift et ses deux manettes. Même la plus inadaptée des journalistes pour ce type d'environnement a réussi à s'en servir avec une certaine dextérité... Mais surtout, la démonstration sert à prouver que deux personnes - casquées d'un Oculus et munies d'une manette dans chaque main - qui communiquent, se lancent des objets, jouent au ping-pong, alors qu'elles ne se voient que sous la forme d'une tête et de deux mains bleues qui flottent dans les airs... Aussi improbable soit la situation, quelques secondes suffisent au cerveau pour trouver cela tout à fait normal. Et en faire un nouveau mode de communication. Et si l'expérience s'est déroulée dans une même pièce avec une simple paroi de séparation, elle aurait pu être reproduite à des dizaines de milliers de kilomètres de distance. Pour participer virtuellement à une cérémonie ou à une conférence, par exemple. Autrement dit, pour se téléporter.

L'INTELLIGENCE ARTICIFIELLE, UN SUPER POUVOIR POUR TOUS
Reste enfin l'intelligence artificielle. Un must de cette édition 2015 du Web Summit. Une petite caméra et quelques peluches suffisent à convaincre de l'état de la recherche Facebook en la matière. Le logiciel de reconnaissance d'images montré par le californien confond d'abord un zèbre en peluche avec un clavier. Mais il ne lui faut pas plus de 3 essais pour trouver la solution. "Nous comprenons tant de choses avec nos yeux, explique Mike Schroepfer. Mais ça, un ordinateur ne sait pas le faire."
La compréhension, la recherche, l'analyse des images et même des vidéos sera un outil d'amélioration de la communication entre individus, pour Facebook. "Une forme de super pouvoir pour tous", s'enthousiasme le CTO. Jusqu'à décrire automatiquement certaines photos pour des internautes aveugles.

VIDÉO Google passe son nouvel outil de machine learning, TensorFlow, en open source. La firme de Mountain View entend démocratiser cette technologie et la faire progresser en l'offrant au plus grand nombre. A la clé, un avantage décisif dans la bataille qui l'oppose à Microsoft, IBM et Amazon pour contrôler ce marché en plein essor.
Le CEO de Google, Sundar Pichai, a annoncé dans un message le 9 novembre que le géant de la recherche va passer son nouvel outil de machine learning, baptisé TensorFlow, en open source.

Le machine learning est un champ d'étude de l'intelligence artificielle. Il a connu de grands progrès ces dernières années et on le trouve aujourd'hui dans de nombreux produits de Google : la recherche, la reconnaissance vocale, la traduction automatique, le triage des emails, les recommandations, la gestion des photos...
TensorFlow a été conçu comme un système adapté à la fois à la recherche et à la création de vrais produits commerciaux. Il apprend cinq fois plus vite que l'ancien système d'IA de Google (DistBelief, créé en 2011), et est suffisamment flexible pour tourner sur un simple smartphone ou sur des milliers d'ordinateurs dans un datacenter.
Google ne restreint donc pas le public auquel s'adresse son offre : chercheurs, ingénieurs, ou simples amateurs enthousiastes sont tous les bienvenus. Et il invite expressément tout détenteur de jeux complexes de données (ex: modélisation de molécules, astronomie) à s'y essayer.

S'IMPOSER SUR LE MARCHÉ, COMME AVEC ANDROID
Le but avoué de cette manœuvre : aider le machine learning, qui n'en est qu'à ses débuts, à progresser plus rapidement. L'objectif sous-jacent : s'assurer que les solutions d'intelligence artificielle au coeur des révolutions technologiques à venir soient celles de Google. Comme avec son système d'exploitation mobile Android, les profits viendront par la suite.
S'il existe déjà des frameworks de machine learning open source comme Theano, Torch ou Caffe, ils ne bénéficient pas de la puissance de Google, que ce soit en matière d'ingénierie ou de marketing. Ce positionnement open source se fait plutôt en opposition à l'approche (moins ouverte) de ses principaux concurrents dans le domaine : Microsoft avec sa suite Cortana Analytics ou son Projet Oxford (API gratuites), IBM avec Watson et Amazon avec Amazon Machine Learning. L'entreprise qui saura s'imposer sur ce marché remportera la prochaine grande bataille technologique.

La solution s’adresse aux sociétés gérant une flotte de véhicules. Le principe est simple : un boîtier totalement autonome, la KeyKonect, est directement relié à la prise ordinateur de chacun des véhicules. En temps réel, il remonte de multiples données vers la plate-forme web de WayKonect. Un carnet de bord personnalisable de chaque véhicule est alors accessible via un smartphone ou internet. L’application fournit notamment des statistiques de trajets, un suivi du type de conduite avec conseils ou encore une planification des entretiens. "Nous optimisons la gestion d’une flotte et aidons à la réduction des coûts", assure Anthony Jarosik, le fondateur de la start-up lilloise.
Alors que le big data s'impose dans notre quotiden, le cinéma, lui, en a déjà prévu tout le potentiel d‘application et ce depuis bien longtemps. Histoire de la révolution en cours des données à travers quelques films cultes.
Comment le big data va-t-il transformer le monde ? La réponse, le cinéma la donne depuis des années. Alors que la révolution des données ne fait que commencer dans les entreprises, elle est une réalité dans le septième art et ce depuis bien longtemps. "Le cinéma avait déjà tout prévu", affirme Xavier Perret, directeur du Digital B2B chez Orange, lors de la journée organisée par Bpifrance sur le big data et les PME, le 4 novembre 2015.

1944 : ORIGINE DU BIG DATA
Le big data apparaît aujourd’hui comme un concept un peu galvaudé. Le terme est récent. Il est présenté pour la première fois en 1998 par un scientifique de Silicon Graphics Inc. "Mais le principe d’utilisation des données pour la prise de décision est très ancien, tempère Xavier Perret. Il remonte à 1944 quand le bibliothécaire américain Fremont Rider prédit l’explosion des volumes stockés dans les librairies des universités." Ce phénomène est jalonné de prédictions intuitives, observations empiriques et modélisations théoriques déterministes, basées sur les statistiques, les probabilités et les mathématiques. Son histoire se retrouve dans le cinéma.

L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE AU COEUR DE 2001 L'ODYSSÉE DE L'ESPACE
L’un des films cultes dans ce domaine est 2001, l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick. Sorti en 1968, ce long métrage fait la part belle à l’intelligence artificielle. Il met en vedette l’ordinateur HAL 9000, qui commande la vaisseau spatial, prend lui-même les décisions en analysant les données des capteurs, dialogue en langage naturel avec l’équipage et comprend ce qu’on dit en décryptant les mouvements des lèvres. "Stanley Kubrick a beaucoup travaillé avec les scientifiques d’IBM pour imaginer le monde de demain", note Xavier Perret. Nous n'en sommes aujourd’hui qu’au début avec le système d’intelligence artificielle Watson d’IBM qui propose d’assister les médecins, les conseillers financiers ou les agents dans les centres d’appels.

CHRISTINE, PRÉCURSEUR DE LA VOITURE AUTONOME
Le film Christine de John Carpenter, sorti en 1983, se pose lui en précurseur de la voiture autonome, telle qu’elle est envisagée aujourd’hui par Google. A travers l’histoire d’une voiture surnaturelle et malveillante, qui prend petit à petit le contrôle de l'adolescent qui l’a achetée, il prédit le modèle de conduite de demain basé sur l’apprentissage statistique ou Maching Learning. "On va apprendre à la voiture des règles de conduite, analyse Xavier Perret. C’est à la voiture de corréler les informations des capteurs embarqués et de prendre ses propres décisions. Elle devient autonome en apprenant à conduire." PC Portable Batterie | Batterie pour ordinateur portable et adaptateur boutique - www.fr-batterie-portable.com

MATRIX, VITRINE DU DATA SCIENTIST
L’analytique à l’heure du big data est magistralement illustré dans Matrix de Lana et Andy Wachowski. Cette trilogue, porté à l’écran à partir de 1999, plonge son héros, Neo, dans un monde dominé par des machines et inondé de data. Ce geek, interprété par Keanu Reeves, tente désespérément de décrypter les flux verts de données pour comprendre le monde qui l’entoure et s’en emparer. "C’est le premier data scientist", affirme Xavier Perret. Autre film, autre anticipation: Minority report de Steven Spielberg. Sorti en 2002, il imagine Washington en 2054, une ville rendue sûre grâce à une technologie d’anticipation des crimes. Le système s’appuie sur les informations fournies par trois précogs (individus dotés de capacités exceptionnelles de précognition) pour prévoir où et quand les crimes vont avoir lieu.

Achat Lenovo batterie ordinateur portable - fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/lenovo.html
Batterie neuve pour Lenovo ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Achat Toshiba batterie ordinateur portable - fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/toshiba.html
Batterie neuve pour Toshiba ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !

Achat Fujitsu batterie ordinateur portable - fr-batterie-portable.com
http://www.fr-batterie-portable.com/fujitsu.html
Batterie neuve pour Fujitsu ordinateur portable! Achat immédiat 20% de réduction! Livraison rapide et Economies garanties en batterie !