Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11181
Batterie LENOVO 0A36279

module DDR4 gravés en 20 nanomètres. La DRAM est un élément critique des systèmes informatiques. C'est sur elle que repose le stockage temporaire des données pendant le traitement de l'information. En outre, la vitesse de la mémoire détermine en partie la rapidité avec laquelle les données circulent au sein d'un ordinateur. Or, les derniers modules DDR4 de Samsung affichent, sur le papier, des cadences maximales de 3,2 GHz, soit bien plus que les 2,4 GHz de la précédente génération. Par ailleurs, à l'instar des CPU et des processeurs graphiques, plus les puces des DRAM sont petites, plus leur efficacité énergétique est importante. Avec leur gravure en 10 nanomètres, ces modules DDR4 devraient consommer 10 à 20% d'énergie en moins que leurs prédécesseurs.

Les fabricants de serveurs intègrent de la mémoire DDR4 dans leurs plates-formes depuis 2014. Samsung estime que ses modules pourront améliorer le fonctionnement des applications serveurs déployées à grande échelle. Le traitement in-memory des applications est un des types de processus qui demandent de la puissance pour remplir son objectif de rapidité et de réduction des volumes de données brassées entre la DRAM et les unités de stockage.A termes, cette gamme de puces mémoire gravées en 10 nanomètres devraient offrir des capacités comprises entre 4 Go pour les PC portables et jusqu'à 128 Go pour les serveurs. Elles devraient être mises sur le marché cette année, sans que l'on sache encore quand avec précision. D'ici la fin 2016, Samsung devrait également introduire des modules DDR4 gravés en 10 nanomètres dédiés cette fois-ci aux terminaux mobiles. Cela devrait, selon lui, « conforter sa position de chef de file sur le marché des smartphones à écran ultra-HD. »

Pour améliorer les capacités graphiques et allonger l'autonomie de son MacBook 12 pouces, Apple adopte à son tour la sixième génération de processeurs Intel, les Core M sur base Skylake.
Proposé au même prix (1 499€) et avec le même design qu’à son lancement il y a plus d'un an, le MacBook 12 pouces accueille le processeur Intel Core M Skylake de sixième génération en remplacement des Core M Broadwell. En plus du léger coup de pouce en performances pour la partie processeur et sous-système graphique, Apple indique que l’autonomie devrait être aussi améliorée.

La firme de Cupertino propose deux configurations standards pour son MacBook. Le premier modèle à 1499€ est livré avec un processeur Intel Core M3 à 1,1 GHz (dual-core avec Turbo Boost jusqu'à 2,2 GHz), 4 Mo de cache L3 et 256 Go de stockage flash. Le second modèle, vendu 1799$, possède une puce Intel Core M5 à 1,2 GHz (dual-core avec Turbo Boost jusqu'à 2,7 GHz), 4 Mo de cache L3 et 512 Go de flash. Chaque modèle a toutefois la possibilité de passer au processeur Intel Core M7 à 1,3 GHz (dual-core avec Turbo Boost jusqu'à 3,1 GHz) avec 4 Mo de cache L3 moyennant un supplément de 180€. Il n'y a cependant aucune option pour augmenter la capacité de stockage interne.

Tous les MacBook sont livrés en standard avec 8 Go de mémoire vive à 1866 MHz et le circuit graphique Intel HD 515 qui supporte une résolution de 2304 x 1440 pixels. Le MacBook a toujours un seul port USB-C qui fournit 100 watts de puissance, une vitesse de transfert des données à 5 Gbit/s en USB 3.1 type C gen 1 et peut être utilisé pour connecter un écran externe.Comme le précédent MacBook, l'ordinateur portable mesurant 28,05 x 19,65x 1,31 cm (extrémité vers l'utilisateur se rétrécit à 0,35 cm) et pèse 0,92 kg. Apple affirme que la durée de vie de la batterie est améliorée, avec 10 heures de navigation sur le web en WiFi et 11 heures pour la lecture de vidéo. C'est un coup de pouce d'une heure pour chaque utilisation au cours de la précédente MacBook. Apple a ajouté une finition en or rose à la gamme MacBook en plus des options or, argent, et gris sidéral. Apple a également annoncé que la configuration standard du MacBook Air 13 pouces passe à 8 Go de mémoire vive au lieu de 4 Go.

De nouvelles fonctions qui pourraient être apportées à Windows figurent sur une feuille de route que Microsoft vient de publier. Elle sont principalement liées à la connectivité entre terminaux. Aucune date de mise en oeuvre n'est avancée et l'éditeur ne s'engage pas non plus à les rendre disponibles. Sur son site web, Microsoft a publié une feuille de route pour Windows qui lève le voile sur des fonctions qui pourraient être intégrées à son système d'exploitation dans le futur. Plusieurs d'entre elles ne font pas partie des nouveautés que l'éditeur a annoncées pour Windows 10 Anniversary Update, la prochaine mise à jour majeure de son OS attendue cet été. Dans la plupart des cas, il s'agit d'améliorations portant sur la connectivité entre les smartphones, les PC et d'autres appareils. Essentiellement orientée vers les besoins des entreprises, la feuille de route comporte également des éléments destinés au grand public.

1 - Les smartphones sous Android et Windows pourront être utilisés pour déverrouiller des applications installées sur un PC Windows et/ou authentifier un utilisateur.

2 - Les appareils compagnons tels que Microsoft Band 2 (bracelet traqueur d'activité) pourront déverrouiller un PC sous Windows.

AdTech Ad
3 - En connectant un smartphone sous Windows à un écran tactile externe à travers Continuum, les utilisateurs pourront piloter le terminal mobile au toucher depuis le périphérique d'affichage.

4 - Les smartphones sous Windows avec Continuum seront compatibles avec des stations d'accueil conçues dans l'esprit de celles destinées aux ordinateurs portables pour être exploités comme des PC.

5 - Les PC sous Windows pourront diffuser leur affichage sur l'écran d'autres PC sous Windows.

6 - Le navigateur Microsoft Edge recevra des notifications depuis des sites tels que Facebook, même lorsqu'il n'est pas lancé.

7 - Les messages de Cortana, l'assistant de Windows 10, apparaîtrons dans le centre de notifications

8 - Les applications pour Windows pourront être affichées à l'écran en mode incrustation.

Il faut bien garder à l'esprit que les plans de Microsoft peuvent changer. De fait, la roadmap qu'il vient de publier inclut également une section où sont listées des fonctions qui n'ont finalement pas vu le jour. L'éditeur ne fait donc aucune promesse et n'a pas encore commencé à tester les fonctionnalités précitées au sein de la communauté d'utilisateurs à laquelle il offre un accès aux versions préliminaires de ses produits.A l'occasion d'un point presse organisé la semaine dernière dans ses locaux parisiens du XV arrondissement, Orange nous a fait découvrir les entrailles de sa tour de contrôle dédiée à la supervision de ses services. Intégrée au sein de la direction de l'exploitation des réseaux et services, une salle fourmille d'opérateurs de jour comme de nuit pour traquer et résoudre le moindre de ces incidents qui peuvent faire d'un service un cauchemar à vivre côté client.Stefan Kanis, directeur de l’exploitation réseaux et services d’Orange, montrant dans la salle de supervision du groupe (située dans ses locaux parisiens) une courbe d’évolution du trafic IP sur l’ensemble des réseaux fixes et mobiles de l’opérateur.

Stefan Kanis, directeur de l’exploitation réseaux et services d’Orange, montrant dans la salle de supervision du groupe (située dans ses locaux parisiens) une courbe d’évolution du trafic IP sur l’ensemble des réseaux fixes et mobiles de l’opérateur.
La direction exploitation réseaux et services (DERS) d’Orange assure toute la production des composants réseaux et services de l'opérateur en France et garantit leur bon fonctionnement 24/24 et 7j/7. Faisant partie de la direction technique d’Orange et comptant 2 500 salariés - aux côtés de la direction ingénierie des réseaux (4 500 salariés), IT (6 000 salariés) et intervention de proximité (24 000 salariés) - la DERS contient en son sein une activité stratégique : la salle de supervision des services.

Et il y a de quoi faire : avec 10 millions de clients haut débit, 1 million à la fibre, et 28 millions dans le mobile pour un trafic IP de 3 terabits/seconde, la salle de supervision des services - fonctionnant de concert avec une salle de supervision technique située à Lyon - a du pain sur la planche. Sa mission : anticiper et résoudre les incidents de services s’élevant à environ un millier par an. Invitée avec d'autres confrères vendredi dernier à visiter pour la première fois cette salle de supervision localisée à Paris dans le XVe, la rédaction du Monde Informatique vous en confie ses principaux secrets. Il faut tout d'abord savoir que les opérations de surveillance des réseaux et services d’Orange (fixes et mobiles) ne sont pas externalisés. Elles sont effectuées depuis la France, dans les locaux de l’entreprise. Et ce, quand bien même s'il existe des directions hors de France permettant de mutualiser les activités techniques. Orange surveille donc le comportement de l’ensemble des services (fixes, mobiles, Internet, TV, téléphonie…) pour veiller à leur bon fonctionnement et ajouter à ce titre un nouveau composant de supervision à chaque nouveau service fourni (chaîne TV, option de messagerie, nouvelle fonction mobile…).http://www.fr-batterie-portable.com/dell.html