Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 10461
Batterie LENOVO ThinkPad Edge E531

Pour exploiter rapidement les milliards de lignes déclarées par les exploitants de services numériques, la plateforme développée par IBM et la Sacem s’appuiera sur BigInsights pour Apache Hadoop. La société des auteurs veut pouvoir traiter plus rapidement les données provenant des sites de streaming (YouTube, Spotify, Deezer, Groove, Dailymotion…). URights exploitera également la solution cloud Watson Explorer, basée sur les technologies d’apprentissage machine d’IBM. Cette application combine des fonctionnalités de recherche et d’analyse de contenus (structurés ou non) et des fonctions cognitives pour rapprocher et visualiser les données analysées en provenance de différentes sources. Sur ce projet, IBM France met également en avant l’expertise qu'il apporte sur le cloud hybride.Dans un communiqué, Jean-Noël Tronc, directeur général gérant de la Sacem, souligne la volonté de la société des auteurs d’optimiser la collecte et la répartition des droits dans un contexte global « de plus en plus fragmenté, en évolution constante ». Les services de sa plateforme pourraient également, à terme, être proposés à d’autres collecteurs de droits d’auteurs dans le monde. En 2015, la Sacem a réparti des droits auprès de 293 000 créateurs et éditeurs au titre de 2 millions d’œuvres, dans l’Hexagone et au niveau mondial. Elle défend les intérêts de plus de 157 000 membres. En Europe, elle compte parmi ses concurrents une société comme Kobalt.

Il n'a pas fallu grand-chose à notre consoeur Melissa Riofrio de PC World US pour être impressionnée par le Chromebook 14 de HP qu'elle a eu entre les mains. Selon elle, mis à part le superbe Chromebook Pixels de Google, quasi inabordable en terme de prix (1299 $ HT), la plupart des Chromebook commercialisés aujourd'hui sont des machines bon marché, avec des spécifications décevantes, sans parler de la piètre qualité de leurs écrans 11 pouces. Ce qui n'est pas le cas du Chromebook 14 de HP, « presque bon marché », et qui, pour 300 dollars HT, offre un écran de 14 pouces. Toujours d'après Melissa Riofrio, l'adaptateur secteur de ce modèle n'a pas l'air de souffrir de problèmes de surchauffe qui avait mis fin à la commercialisation du Chromebook 11. « Dommage que les choses aient pris cette tournure, car le Chromebook 11 était une belle petite machine ! », commente ainsi notre consoeur. Celle-ci dit par ailleurs comprendre la stratégie low-cost de la plupart des vendeurs de Chromebook qui veulent attirer les étudiants et les utilisateurs occasionnels. Mais, selon elle, « le Chromebook 14 offre un meilleur compromis : son prix est raisonnable et il permet une bien meilleure expérience utilisateur ».

Aucun risque, par ailleurs, de confondre le Chromebook 14 avec le Pavilion 14 Chromebook de HP, livré plus tôt cette année. D'une part, ce dernier n'existe qu'en noir, et mis à part son grand écran, il est assez lourdaud, clinquant et très limité. À l'inverse, le Chromebook 14 existe en trois couleurs : corail orangé (un orange brillant tirant sur le rouge), blanc neige et bleu-turquoise. La couleur recouvre les surfaces extérieures et le cadre de l'écran. Le plastique est assez doux et agréable au toucher, mais il semble prendre facilement les traces de doigts. L'appareil pèse 1,8 kg environ, plus 300 grammes pour l'adaptateur secteur. Le panneau du clavier est en plastique argenté.

Les touches, en plastique blanc, sont fermes, mais permettent une frappe correcte sans le son sec et claquant, très dérangeant des claviers de la plupart des autres Chromebook, Pavillon 14 compris. Melissa Riofrio fait remarquer que, compte tenu de la place occupée par le clavier, il est un peu décevant de constater que les touches de fonction importantes et les touches fléchées ont une taille réduite de moitié, même si cela laisse plus de place au pavé tactile, large et réactif. En terme de connectivité, le Chromebook 14 est bien fourni puisqu'il est doté de deux ports USB 3.0 et d'un port USB 2.0, plus le WiFi 802.11a/b/g/n et le Bluetooth. Il a aussi un port HDMI pour connecter un écran externe, et un slot Secure Digital. Les deux haut-parleurs stéréo offrent un son correct. Enfin, le Chromebook 14 affiche un port casque et microphone, plus une webcam HD. L'écran n'a rien de spécial en soi : sa résolution est de 1366 x 768 pixels (comme les écrans de la plupart des Chromebook 11 pouces). Les angles de vision verticaux sont standards, mais les angles de vision latéraux sont très bons : deux personnes peuvent regarder ensemble un film sans peine. Le vrai problème viendrait plutôt du verre brillant de l'écran qui prend beaucoup les reflets, surtout dans un environnement lumineux.

Selon les tests de PC World US, le Chromebook 14 s'est montré performant dans les tâches classiques comme le streaming (qui dépend aussi de la qualité de la connexion). La machine est construite autour d'un processeur un Intel Celeron 2955U (double coeurs à 1,4 GHz) intégrant une puce Intel HD Graphic et comporte 2 Go de RAM DDR3/1600. Notre consoeur a trouvé que son expérience était fluide et sans à-coup. Le Chromebook est doté d'un disque SATA SSD de 16 Go, ce qui permet de stocker pas mal de choses, en plus des 100 Go offerts gratuitement pendant deux ans sur Google Cloud Storage. L'autonomie de la batterie est de l'ordre de 7 heures, en deçà des 9 heures annoncées par HP.En conclusion, le Chromebook 14 fait un peu mieux que la plupart des Chromebook du marché sur un certain nombre de points, et son écran plus grand fait la différence. Enfin, ceux qui aiment l'écosystème Chrome apprécieront l'expérience utilisateur offerte par ce modèle. Au dernier CES, HP a dévoilé plusieurs PC portables, dont un modèle haut de gamme qui se présente comme un Macbook killer doté de lecteurs d'empreintes et de cartes à puce. Le prix de départ commence à 1 099 euros HT.

L’arrivée des dernières puces d’Intel, les Kaby Lake de septième génération, entraine un renouvellement des gammes de PC portables chez les principaux fournisseurs. HP n’est pas en reste avec la commercialisation du Elitebook x360. Conçu pour les entreprises, ce PC portable est doté d’un écran tactile d’une diagonale de 13,3 pouces (1080p ou 4K). Résolument haut de gamme, ce dernier arbore une élégante coque en aluminium doublé d’une partie inférieure en magnésium. De type deux-en-un avec une charnière renforcée pour autoriser l’utilisation en mode tablette - d’où le nom 360 comme le modèle Spectre plus grand public-, ce laptop affiche une épaisseur minimale de 15 mm.Le design - très sobre - n’est pas sans rappeler celui d’un Macbook Air même si la connectique est ici bien plus fournie. On trouve en effet 2 ports USB 3.0, un USB Type-C Thunderbolt 3 (avec fonction recharge grâce à un câble optionnel ou connexion à une station d’accueil), une entrée HDMI et un lecteur microSD. Apple fait beaucoup moins bien avec seulement deux connecteurs USB Type-C Thunderbolt 3 pour le Macbook Pro d’entrée de gamme (sans la Touch Bar) et deux ports USB 3.0 sur le Air. Comme chez le constructeur à la pomme, la mémoire vive est soudée avec un maximum de 16 Go (DDR4). La partie stockage de masse est assurée par un SSD ou une carte flash PCIe (128 à 512 Go).

Comme nous l’a expliqué Justine Beck, chef produit PC chez HP, la sécurité n’a pas été négligée sur ce laptop avec un lecteur d’empreintes, un autre pour les cartes à puce, le respect du standard américain MLI-STD810G (pour ma résistance aux chocs), un contrôle de l’intégrité du Bios, mais aussi un écran avec un filtre de confidentialité Sure View développée avec 3M. Optionnel, ce dernier est activé à la demande pour obscurcir la dalle et réduire l’angle de vison afin d’éviter les coups d’œil intempestifs. Un modem LTE/4G est également disponible en option pour fuir les connexions WiFi trop curieuses dans les hôtels ou les espaces publics. Autre fonction dédiée à la sécurité, le verrouillage et le déverrouillage automatique du PC portable avec l’application WorkWise disponible pour les smartphones iOS et Android. Grâce à une connexion Bluetooth, l’app surveille l’usage du laptop (insertion d’une clef USB, déplacement de l’unité, charge de la batterie…) et envoie des alertes si nécessaires.

Finissons avec les caractéristiques de ce produit, disponible avec une puce Intel Core i5-7200U (deux cœurs à 2,4 GHz), i5-7300U (deux cœurs à 2,6 GHz) ou i7-7500U (quatre cœurs à 2,7 GHz), épaulée par un circuit graphique HD 620. Signalons pour finir que selon HP, l’Elitebook x360 offre une autonomie 12,5 heures et que la batterie peut se recharger de 50% en 30 minutes. Pour le tarif, le constructeur annonce un prix de départ à 1099 euros HT avec un Core i5, un écran 1080p et un SSD de 256 Go. Le Dell Latitude 7285 sera le premier ordinateur portable 2-en-1 de l'industrie à proposer une technologie de recharge sans fil. Cet hybride pourra fonctionner avec le dock sans fil WiGig du fournisseur qui prévoit de commercialiser sa machine portable en juin. Le Latitude 7285 sera équipé d’un récepteur sans fil basé sur la technologie de résonance magnétique de WiTricity, conforme à la spécification de charge sans fil AirFuel. Dans un communiqué, Neil Hand, vice-président Stratégie des produits et Innovation de Dell, a déclaré : « Pour les équipes IT, l’innovation doit aller vers le sans fil. Cela inclut aussi la recharge sans fil. C’est une étape clef pour améliorer la mobilité et les usages ». La technologie de charge sans fil de WiTricity permet d'intégrer la résonance magnétique dans les produits informatiques populaires actuels, quelle que soit leur taille.

Dell vendra un chargeur WiTricity entièrement sans fil pour le Latitude 7285. C’est le premier produit qui pourra fonctionner avec le dock sans fil WiGig du constructeur. « Encore une fois, Dell sera le premier à mettre sur le marché une technologie pertinente. Grâce à cette collaboration entre Dell et WiTricity, la charge sans fil devient une réalité pour les clients du monde entier », a déclaré Alex Gruzen, CEO de WiTricity. « Non seulement le Dell Latitude 7285 offrira un environnement de travail plus productif, mais il accélère la mise en place d'un écosystème de charge sans fil à résonance magnétique qui bénéficiera à de nombreux appareils ».