Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11584
Batterie pour ordinateur portable Acer BATCL50L

Le XO-3 intègre une puce Marvell cadencée à 1GHz reposant sur une architecture ARM. Celle-ci pourra faire tourner des logiciels basés sur Linux, comme les systèmes d'exploitation Android ou Chrome de Google. En option, le XO-3 pourra être équipé d'un écran Pixel Qi peu gourmand en énergie et d'un chargeur solaire pour la batterie. « Le prix de base du XO-3 sera de 100 dollars ou moins. Mais ce modèle est proposé avec des options, ce qui ne nous permet pas de garantir le prix final, » a déclaré M. Negroponte.« La tablette XO-3 affiche une autonomie de 8 à 10 heures environ. Mais certains clients pourront choisir une batterie moins puissante pour réduire leur prix d'achat, » a déclaré Ed McNierney, directeur technique chez OLPC. Les batteries internes peuvent être rechargées par « à peu près tout système capable de délivrer de l'électricité, » a-t-il dit. En option, on trouve aussi des chargeurs solaires ou à manivelle. Et des tests sont en cours pour savoir s'il serait possible de se passer de batterie et d'alimenter directement la tablette par une pile solaire. « La possibilité de faire fonctionner la tablette avec une source d'alimentation erratique, variable, inconstante est un élément extrêmement important pour nous. C'est la première fois que de tels objectifs sont visés, » a déclaré le directeur technique. Dans sa version de base, la tablette est fournie avec un écran LCD classique. Mais, elle sera proposée avec écran Pixel Qi qui absorbe la lumière ambiante pour éclairer l'écran, ce qui réduit la consommation d'énergie et prolonge la vie de la batterie. « La taille d'écran de 8 pouces est une bonne taille pour l'affichage, » a estimé Ned McNierney. Selon lui, un écran de 9,7 pouces est trop grand et plus difficile à manipuler pour des enfants. Par contre, le 7 pouces « serait trop petit pour offrir un confort d'usage suffisant. »

« La tablette ne permettra pas de faire tourner Microsoft Windows, mais seulement des OS basés sur Linux, » a précisé Nicholas Negroponte. L'association a abandonné son idée de faire tourner Windows sur ses tablettes, même si le prochain système Windows 8 de Microsoft sera capable de tourner sur des processeurs ARM. Le fondateur a ajouté que la tablette qui sera présentée au CES tournera sous l'OS Google Android. OLPC n'a pas dévoilé plus de choses sur sa machine, mais la tablette devrait comporter un appareil photo et des ports USB, d'après certains détails de conception communiqués à IDG News Service en juillet dernier. « À terme, le XO-3 va remplacer les ordinateurs portables XO-1.75 commercialisés actuellement, » a déclaré Nicholas Negroponte. OLPC ne dépend pas d'un fabricant particulier pour réaliser sa tablette et son fondateur a précisé que l'association était prête à travailler « avec quiconque voulait participer au déploiement du terminal à très grande échelle, dans quelque domaine que ce soit. » Avec pour objectif de faire chuter le prix.

Des chercheurs ont mis en place un programme étalé sur deux ans pour étudier l'impact de la tablette dans le domaine de l'éducation des jeunes enfants dans les pays en développement. Ils recueilleront notamment certaines données sur les tablettes XO-3 utilisées par des enfants de trois à huit ans en Inde, en Tanzanie et en Sierra Leone. Un logiciel, installé sur les tablettes, va permettre d'enregistrer des sons et des vidéos et de proposer une plate-forme de lecture adaptée aux besoins des enfants, laquelle ne demandera pas d'intervention humaine. Le programme va s'intéresser à la façon dont les enfants interagissent avec la tablette et apprécier le fonctionnement des outils d'auto-apprentissage et le développement de la pensée critique chez les enfants.L'un des objectifs est de donner aux enfants des connaissances de base et de les aider dans l'apprentissage de la lecture, des facteurs importants dans les pays où la formation des enseignants est insuffisante. « Pour son apprentissage de la lecture, l'enfant va sans doute utiliser seul sa tablette 6 à 8 heures par jour. C'est l'expérience la plus importante que j'ai jamais tenté... Si elle fonctionne, » a ajouté M. Negroponte. L'étude sera menée par le Media Lab du MIT (Massasuchetts Institute of Technology), en partenariat avec l'Université Tufts, l'Université de Newcastle, et l'OLPC. Pendant toute la semaine qu'a duré le CES 2012 à Las Vegas, Windows 8 a pu être vu sur une poignée de dispositifs à base de processeur ARM, mais personne n'a eu le droit d'y toucher ou de regarder de plus près.

Ainsi, sur le stand de Nvidia, il y avait trois tablettes exécutant Windows 8, mais toutes étaient sous clef dans une cage de verre. Dans une salle de réunion située à l'écart du Salon, Texas Instruments a montré une tablette tournant sous Windows 8, mais un journaliste qui demandait à l'essayer s'est entendu dire que ce n'était pas autorisé. Quand à Qualcomm, qui fabrique des puces ARM compatibles Windows 8, il n'a rien montré du tout. Les trois constructeurs ont déclaré que Microsoft avait imposé des limites strictes sur la façon dont ils pouvaient montrer Windows 8 sur ARM.Apparemment, il semble que Microsoft ne voulait prendre aucun risque, et que les gens aient une mauvaise expérience avec son système d'exploitation avant qu'il ne soit prêt à être livré, de peur de nuire à sa réputation. « Ils ont été prudents. Ils veulent être sûrs que lorsque les gens découvriront enfin toutes les fonctionnalités du nouveau système, ils en auront une bonne expérience. Ils veulent bien faire les choses, » a déclaré Mike Rayfield, General manager du département mobile de Nvidia, dans une interview. Les tablettes que Nvidia a montrées sur son stand étaient basées sur son processeur quad-core Tegra 3. L'une affichait l'interface utilisateur de Metro, une autre affichait une vidéo HD transmise via HDMI, et la troisième montrait les fonctions multitâches de Windows 8.

L'ardoise présentée par Texas Instrument et tournant sous Windows 8 reposait sur le processeur dual-core OMAP 4470 du constructeur. Bill Crean, un chef de produit chez TI, a passé son doigt sur l'écran pour montrer que l'interface Metro était active. «La seule chose que je puisse faire, c'est de vous montrer qu'il est bien réel, » a-t-il déclaré. « TI est satisfait des progrès accomplis avec Windows 8, » a-t-il néanmoins ajouté. « Le fait de pouvoir porter le système sur des puces ARM est une grande opportunité pour l'entreprise, » a-t-il encore déclaré. Il espère les intégrer dans des tablettes et des ordinateurs portables ultrafins au look de MacBook Air. L'arrivée de Windows sur ARM est également une étape importante pour Microsoft, car cela pourrait lui donner une chance sérieuse de casser le marché dominé par les tablettes iPad d'Apple.

Il y a un an, pendant le CES 2011, Microsoft avait, pour la première fois, montré des bribes de code de Windows 8 s'exécutant sur ARM. L'OS ne devrait pas sortir avant la fin de l'année, mais beaucoup espéraient pouvoir en voir davantage au CES cette année, ne serait-ce que parce que l'arrivée de cette version revêt un caractère très important. En septembre dernier, Microsoft avait confié quelques unités de Windows 8 tournant sur processeurs x86 à des testeurs, et a laissé très volontiers un journaliste essayer ses systèmes x86 sur son stand du CES 2012. Mais l'éditeur n'avait aucun appareil à base d'ARM à montrer. Chris Flores, porte-parole pour Windows chez Microsoft, a déclaré que le développement de la version ARM était sur la bonne voie et que l'éditeur pensait lancer la version ARM en même temps que la version x86. Mais la firme de Redmont n'a pas précisé si la bêta 8 de Windows attendue pour la fin février serait disponible pour les deux plates-formes en même temps.

En fait, Bill Crean a déclaré que Windows 8 était encore en version pré-bêta. Ce qui permet de mieux comprendre pourquoi Microsoft ne voulait pas la montrer de trop près. Warren East, le PDG d'ARM, a déclaré qu'il était évident qu'il faudrait plus de temps pour parfaire la version ARM de Windows 8 que la version x86. « Cela fait un quart de siècle que Windows évolue sur du x86, » a-t-il déclaré dans une interview. Microsoft a bien montré un Windows 8 tournant sur ARM pendant la keynote de son PDG Steve Ballmer lundi soir. Mais elle a attendu de voir si la démo se passait bien avant d'annoncer la nouvelle au public. « Cette tablette que je viens de vous présenter est un prototype fonctionnant sur une puce Nvidia Tegra 3, » avait déclaré à l'assistance Tami Reller, directeur du marketing pour Windows, avant de switcher sur un système x86. Windows 8 va savoir gérer la perte et le stockage de données sur PC, grâce à une forme simplifiée de la technologie de stockage par allocation fine et dynamique ou « thin provisioning », associée à une technologie de virtualisation. Des fonctionnalités couramment utilisées pour gérer les données dans les centres de calcul.

Stockage : Windows 8 intègre la technologie de virtualisation «Storage Spaces» Comme tous les systèmes d'exploitation concurrents, les versions actuelles de Windows gèrent le stockage de données comme il y a un quart de siècle et au début de l'ère du DOS. A chaque disque dur est assigné une lettre, à charge pour l'utilisateur de se souvenir quelles données il a stocké sur tel disque ou telle partition, comment elles ont été stockées, si elles ont été ou non synchronisées et où elles sont sauvegardées. Lorsque les données sont sauvegardées, celles-ci sont souvent archivées sur des disques externes. S'il arrive rarement que ces disques de sauvegarde externes soient remplis à pleine capacité, ce qui est sûr c'est que leur nombre ne cesse d'augmenter, et leur contenu devient de plus en plus compliqué à gérer.Microsoft espère pouvoir changer tout cela rapidement en ajoutant une nouvelle couche de virtualisation appelée « Storage Spaces ». Grâce à cette fonction, les utilisateurs de Windows 8 pourront créer ou formater un pool de disques (des disques durs SATA internes ou, plus probablement, des disques USB externes, des disques Serial Attached SCSI ou eSata), et les répartir en un ou plusieurs « espaces » de stockage. Ceux-ci apparaîtront alors comme de simples disques physiques, toujours associés à une lettre de disque de son choix.

En fonction du nombre de disques disponibles, les utilisateurs pourront appliquer différents niveaux de redondance : un système miroir fonctionnant dans les deux sens (pour deux pools de disques), ou un système miroir à trois voies (trois pools de disque) ou un système à parité (un genre d'équivalent à un RAID de base, mais plus efficace en terme d'occupation de l'espace pour les gros fichiers de données comme la vidéo par exemple).Pour les utilisateurs, le premier avantage de ce système c'est qu'il va leur permettre de reconstruire les données dans le cas où un ou plusieurs disques tomberaient en panne, à partir des données en parité stockées sur les autres disques. Une deuxième fonctionnalité plus subtile est apportée par le « thin provisioning », qui permet de créer des espaces beaucoup plus grands que la capacité physique des disques composant le pool de stockage. Et c'est extrêmement efficace.

Aujourd'hui, les disques sont souvent retirés du circuit ou rendus obsolètes bien avant d'avoir atteint leur pleine capacité. Avec le « thin provisioning », l'utilisateur peut ajouter facilement un autre disque à son pool quand il atteint sa capacité physique maximale. Celui-ci n'a jamais vraiment besoin de savoir combien d'espace il lui reste, ou si un disque individuel dispose d'une capacité suffisante pour répondre à un besoin de stockage particulier.Jusqu'à présent, pour se rapprocher vraiment des fonctionnalités offertes par Storage Pools, il aurait fallu faire l'acquisition d'un matériel RAID et de logiciels supplémentaires ou d'un NAS multidisque. Microsoft avait déjà proposé une solution de ce genre appelée Drive Extender dans Windows Home Server, qu'elle a abandonnée en 2010.Dans le long blog que Steven Sinofsky de Microsoft a consacré au Storage Spaces, on comprend que la technologie aura quelques limitations. Par exemple, on ne sait pas très bien comment pourra se faire la mise à l'échelle. Certes, la technologie a été testée avec des centaines de disques par pool, mais la plupart des ordinateurs PC pourront en accueillir une poignée seulement, compte tenu du nombre de ports USB disponibles sur les machines standards, sans compter les éventuels problèmes d'I/O

  1. http://dovendosi.allmyblog.com/
  2. http://dovendosi.blogas.lt/
  3. http://support.viralsmods.com/blog/main/2191940/