Sites Grátis no Comunidades.net Wordpress, Prestashop, Joomla e Drupal Grátis


Total de visitas: 10586
Batterie Samsung AA-PB2NC6B

Dans un marché français des télécoms devenu ultra-concurrentiel avec l'arrivée du quatrième entrant Free Mobile, filiale d'Iliad, les attentes suscitées par la 4G, qui permet des débits dix fois plus rapides par rapport aux débits actuels, sont fortes. La capacité à se positionner rapidement sur ce segment est donc jugée déterminante par les opérateurs, qui ont acheté en 2012 les licences 4G auprès de l'Etat français pour un total de 3,5 milliards d'euros.
Dans ce contexte, tous les coups sont permis. SFR, qui s'efforçait jusqu'ici de prendre de l'avance sur ce terrain, a ainsi été pris de court lundi lorsque France Télécom-Orange a avancé l'annonce du lancement de sa propre offre 4G à Paris, coupant l'herbe sous le pied de l'opérateur au logo rouge.

De son côté Free Mobile a fait savoir qu'il proposerait des offres 4G courant 2013 tandis que Bouygues Telecom provoque la colère de ses concurrents en voulant utiliser sa bande de fréquences 1.800 MHz, actuellement occupée par la 2G, pour y faire transiter la 4G.
S'il obtenait le feu vert du gouvernement, l'opérateur prendrait ainsi une longueur d'avance sur ses concurrents, qui devraient pour leur part développer leur réseau sur d'autres fréquences.
SORTIR DE LA LOGIQUE DU LOW-COST
La 4G va révolutionner l'usage du téléphone mobile en accélérant le téléchargement et l'envoi de contenu, en permettant l'explosion du 'cloud' pour les entreprises et le développement des jeux en réseau sur mobile, explique Alexandre Wauquiez, Directeur Marketing Réseau de SFR.

Dans ce contexte, selon BFM Business, SFR et Free ont consulté, de manière informelle et chacun de leur côté, l'Autorité de la concurrence sur un scénario de fusion des deux sociétés.
Selon des sources industrielles, le gendarme de la concurrence leur a répondu qu'il n'accepterait pas une telle fusion en raison du poids du nouvel ensemble sur le marché du mobile et surtout de l'ADSL, écrit BFM qui ne nomme toutefois pas ses sources.
La combinaison de SFR et Free détiendrait la moitié du marché de l'accès internet, qui deviendrait dès lors un quasi-duopole avec Orange, poursuit la radio.
Ni SFR, ni Free, ni l'Autorité de la concurrence n'ont souhaité commenter ces informations.

A la Bourse de Paris, l'action Vivendi abandonnait 1,81% à 17,12 euros à 11h33 tandis qu'Iliad cédait 0,53% à 131,75 euros.
En l'état actuel, une consolidation sectorielle paraît difficile et un partage de réseau mobile nous paraît à la fois plus facile à mettre en oeuvre et moins risqué, soulignent les analystes de CM CIC Securities dans une note de recherche.
Les scénarios de consolidation les plus probables sont donc les rapprochements SFR-Numericable et Bouygues-Numericable, poursuivent-ils.
A la mi-décembre, le groupe Vivendi a confirmé son souhait de sortir du secteur des télécoms pour se concentrer sur celui des médias et des contenus.
Ces derniers mois, la presse se fait l'écho de nombreuses pistes de réflexions sur l'avenir de SFR, qu'il s'agisse d'un rapprochement avec le câblo-opérateur Numericable ou d'une fusion avec Free ou Bouygues Telecom.
Selon BFM Business, l'homme d'affaires Vincent Bolloré, qui a fait son entrée à la mi-décembre au conseil de surveillance de Vivendi, serait toutefois réservé sur un rapprochement entre SFR et Numericable, estimant qu'une telle opération n'est pas suffisamment favorable à Vivendi.

Matthieu Protard et Elena Berton, édité par Dominique Rodriguez
La filiale de Deutsche Telekom craint d'être désavantagée par rapport à ses concurrents, qui, selon elle, auraient jusqu'à un an d'avance pour construire les réseaux de nouvelle génération LTE (Long Term Evolution), a dit dimanche à Reuters une source proche du dossier. La capacité à mettre sur pied ce réseau à très haut débit sera en effet déterminante dans un marché des télécoms marqué par une très forte concurrence. Dans ce contexte, les quatre opérateurs du pays se livrent actuellement une guerre des prix sans merci pour séduire 8,4 millions de consommateurs autrichiens.
Selon la source, T-Mobile envisage donc de faire appel dans les prochains jours contre l'instance autrichienne de régulation des télécoms afin de contester l'octroi de ces fréquences qui accompagnera la fusion entre Orange Austria et Hutchison 3G, filiale de Hutchison Whampoa.

Un porte-parole de T-Mobile a déclaré ne pas pouvoir commenter ces informations.
Cette démarche pourrait repousser, voire menacer l'intégration d'Orange Autriche dans Hutchison 3G, qui doit ramener le nombre d'opérateurs de téléphonie mobile de quatre à trois en Autriche.
Après près d'un an de négociations, il semblait pourtant que les principaux obstacles avaient été franchis par Hutchison 3G pour mener à bien cette fusion, issue d'une opération de rachat de 1,3 milliard d'euros.
La Commission avait en effet donné début décembre son feu vert à l'opération sous conditions et la direction de la concurrence autrichienne (BWB) avait de son côté annoncé vendredi qu'elle ne s'opposerait pas à sa réalisation.
Telekom Austria, premier opérateur autrichien, devrait pour sa part obtenir les fréquences LTE d'Orange Austria dans le cadre du rachat pour 390 millions d'euros de la marque mobile Yesss d'Orange.

Georgina Prodhan, Catherine Monin pour le service français
La décision de la BWB ouvre la voie à une consolidation plus vaste du marché des télécoms autrichien en ce qu'elle autorise Hutchison Whampoa à racheter Orange Autriche pour 1,3 milliard d'euros, opération qui était subordonnée à la cession de Yesss.
Elle explique que les trois opérateurs ont été jugés coupables d'avoir imposé des tarifs anormalement élevés pour les messages texte.
Ces services permettent notamment de valider des titres de transport ou des achats dans des magasins par simple passage du portable sur une borne électronique.
Grâce à l'adoption de standards internationalement reconnus permettant d'intégrer des protocoles techniques sécurisés directement dans la carte SIM, les deux opérateurs participeront au développement d'un marché dans lequel les utilisateurs pourront accéder à des services NFC quel que soit leur appareil ou leur opérateur, explique Orange dans un communiqué.

Comment appelle-ton un nouvel ordinateur portable 15 pouces disposant des dernières puces Intel et Nvidia avec une batterie géante et 32 Go de RAM ? D'après Dell, certainement pas un MacBook Pro 15 ! Le constructeur texan a en effet présenté un rival qui, c'est le moins que l'on puisse dire, présente plutôt très bien. Embarquant la dernière génération (7e) du processeur Intel, un Core i3, i5 ou i7 Kaby Lake - ainsi que le tout récent GPU GeForece GTX 1050 signé Nvidia, le XPS 15 semble bien né pour en imposer.Dernière itération du fer de lance de Dell en matière d'ordinateur portable haut de gamme, le XPS 15 cuvée 2017 - à partir d'1,8 Kg environ pour une épaisseur ne dépassant pas 17 mm- dispose de sacrés atouts. Tout d'abord un écran de 15,6 pouces, aux bordures très fines concourant à améliorer la grandeur et l'impact de l'image, dont la résolution s'étend suivant les configurations de 1920 X 1080 pixels à 3840 X 2160. A noter que ce dernier, Ultra HD, est également tactile avec le support de 10 points de contact. En termes de connecteurs, le XPS 15 s'arme, outre le traditionnel HDMI, de deux ports USB 3.0 PowerShare mais également d'un Thunderbolt 3.0. Ce dernier permet à la fois d'alimenter et de recharger l'ordinateur, mais également les mobiles, lecteurs (fonction PowerShare) et aussi de télécharger des données jusqu'à 40 Gbit/s. On retrouve aussi un lecteur de cartes SD. Le WiFi 802.11ac et Bluetooth 4.1 sont aussi sans surprise de la partie.http://www.fr-batterie-portable.com/samsung.html

En termes de capacités techniques, Dell a donc mis la barre très haut pour son PC qui a - c'est peu de le dire - le MacBook Pro 15 d'Apple (toujours avec des puces Intel Skylake) dans son collimateur. Son dernier XPS 15, outre ses puces récentes signées Intel et Nvidia, est également doté de 32 Go de RAM - dont la bande passante atteint 2133 MhZ -, soit deux fois plus que l'ordinateur star de la firme à la pomme. Au niveau du stockage, de nombreuses options existent, allant du disque hybride 500 Go à 1 To, ou encore une unité SSD de 256, 512 ou 1 To. La batterie ne consomme pas plus de 56 watts par heure mais aucune donnée d'autonomie en utilisation n'a pour l'instant été communiquée.Le Dell Latitude 7285 sera le premier ordinateur portable 2-en-1 de l'industrie à proposer une technologie de recharge sans fil. Cet hybride pourra fonctionner avec le dock sans fil WiGig du fournisseur qui prévoit de commercialiser sa machine portable en juin. Le Latitude 7285 sera équipé d’un récepteur sans fil basé sur la technologie de résonance magnétique de WiTricity, conforme à la spécification de charge sans fil AirFuel. Dans un communiqué, Neil Hand, vice-président Stratégie des produits et Innovation de Dell, a déclaré : « Pour les équipes IT, l’innovation doit aller vers le sans fil. Cela inclut aussi la recharge sans fil. C’est une étape clef pour améliorer la mobilité et les usages ». La technologie de charge sans fil de WiTricity permet d'intégrer la résonance magnétique dans les produits informatiques populaires actuels, quelle que soit leur taille.