Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 10945
Batterie SAMSUNG RV511

TSMC anticipe sinon une croissance de 9% cette année du secteur des semi-conducteurs. L'action a terminé inchangée, avant l'annonce des résultats. Elle a gagné 28% en 2012, alors que la Bourse de Taipeh a progressé de 9%.
Le tribunal de commerce de Paris, dans un jugement rendu mardi, a débouté Free, qui devra également débourser 100.000 euros pour frais de procédure.
Free, filiale d'Iliad, avait lancé ces poursuites contre SFR (Vivendi) en juillet. L'opérateur, dont les deux forfaits sont sans engagement, ne propose que des téléphones nus avec la possibilité de souscrire un crédit à la consommation.
SFR, comme France Télécom et Bouygues Telecom, subventionne dans certaines de ses offres l'achat d'un téléphone portable en échange d'un abonnement de longue durée, 12 mois ou, le plus souvent, 24 mois.
Lors de l'audience devant le tribunal de commerce début octobre, Free avait dénoncé le manque de clarté de certaines offres avec subvention proposées par SFR, qui revenaient selon lui à du crédit déguisé sans en respecter les contraintes légales.
Free est entré avec fracas sur le marché du mobile il y a un an, séduisant plus de 4 millions d'abonnés.

Le jugement devait être rendu le 28 janvier mais a finalement été avancé.
Le groupe britannique a déprécié la valeur de ses activités espagnoles et italiennes de 5,9 milliards de livres (7,1 milliards d'euros environ) au mois de novembre.
Les revenus tirés de la division services en Espagne étaient en chute de 11% en base annuelle sur la période allant de avril à septembre, en raison de la faiblesse de l'économie et du taux de chômage en Espagne.
Vodafone n'a pas donné de précisions sur le nombre de suppressions d'emplois. Les négociations avec les syndicats débuteront mardi.
Selon une source syndicale, Vodafone pourrait supprimer un quart des 4.300 postes, mais le groupe n'a pas encore communiqué de chiffres officiels.
Nous avons réussi à éviter des licenciements l'année dernière en acceptant du chômage partiel et des réductions de salaires, mais maintenant tout semble indiquer qu'ils veulent licencier près de 1.000 salariés, a expliqué la source syndicale.
La guerre des prix s'est intensifiée entre les différents opérateurs téléphoniques en Espagne, car un nombre record de clients en difficulté ont dû renoncer à leur téléphone portable et d'autres se sont tournés vers des opérateurs virtuels moins chers.
Vodafone a ainsi perdu 278.000 clients mobiles au mois d'octobre.

En 2011, Telefonica avait annoncé la suppression de 6.500 emplois au cours des trois prochaines années.
Le groupe japonais d'électronique a annoncé en novembre que son indépendance était compromise en raison de la dégradation de sa situation financière après le doublement de sa perte nette annuelle.
Il a obtenu en octobre un renflouement de 360 milliards de yens (3,2 milliards d'euros) de ses créanciers pour lui permettre d'honorer ses échéances à court terme et d'éviter la cessation de paiement.
Certains analystes ont spéculé sur l'éventualité de discussions entre Intel et Sharp - qui fournit des écrans à Apple pour son iPhone 5 - mais des responsables du groupe japonais ont déclaré que les deux sociétés n'étaient pas en discussions pour le moment.
Nos finances ont été considérablement affaiblies et nous envisageons aujourd'hui les moyens d'y remédier, a déclaré Kozo Takahashi, vice-président de Sharp, à des journalistes en marge du salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas.
Le ratio de fonds de propres de Sharp était tombé fin septembre à 9,9%, soit la moitié à peine du niveau généralement considéré comme sain par les investisseurs. Kozo Takahashi l'a simplement qualifié de bas.
Les propos tenus par le vice-président du groupe laissent entendre que Sharp n'est pas près de conclure un accord lui permettant de renforcer son bilan.
A la différence d'autres groupes japonais financièrement affaiblis par la perte de parts de marchés ces dernières années, comme Sony ou Panasonic, Sharp dispose de peu d'alternatives en terme de financement car il a déjà hypothéqué la quasi-totalité de ses usines et de ses locaux au Japon pour garantir le renflouement obtenu l'an dernier.

Ses actifs susceptibles d'être cédés sont rares, ce qui rend plus probables des partenariats industriels et financiers.
En décembre, le fabricant américain de semi-conducteurs Qualcomm a annoncé son intention d'investir près de 120 millions de dollars dans Sharp dans le cadre d'un accord de coopération sur le développement de nouveaux écrans.
Il n'a toutefois pour l'instant déboursé que moins de la moitié de cette somme, prenant 2,64% du capital, le reste étant conditionné au retour aux bénéfices de Sharp sur le semestre à fin mars.
Sharp a aussi engagé il y a plusieurs mois des discussions avec le groupe taïwanais Hon Hai Precision Industry dans l'espoir de faire entrer celui-ci à son capital. Mais les discussions n'ont pas abouti pour l'instant, Hon Hai exigeant d'avoir un droit de regard sur la gestion.
Hon Hai possède déjà un tiers de l'usine d'écrans LCD de Sharp à Sakai, dans l'ouest du Japon, qui passe pour l'usine d'écrans la plus moderne du monde.
Le groupe prévoit un résultat opérationnel positif sur les six mois allant d'octobre à mars - qui correspondent au second semestre de l'exercice 2012-2013. Le fabricant des téléviseurs Aquos obtiendrait alors des fonds supplémentaires de ses créanciers, qui lui ont déjà octroyé 360 milliards de yens (3,2 milliards d'euros) au début de l'automne.

Début novembre, Sharp a abaissé à 155 milliards de yens sa prévision de perte nette pour l'ensemble de l'exercice.
S'exprimant devant quelques journalistes à Osaka, le président de Sharp Takashi Okuda a mis l'augmentation plus marquée que prévu du bénéfice opérationnel trimestriel sur le compte d'une hausse des ventes dans le gros électroménager et d'une légère reprise des ventes de téléviseurs LCD.
Comme ses concurrents japonais Sony et Panasonic, Sharp souffre de la concurrence des sud-coréens Samsung et LG dans le domaine des téléviseurs.
Le groupe, confronté à d'importantes échéances de remboursement, est également en difficulté dans le domaine des panneaux solaires, en raison notamment d'une base de coûts élevée.
Sur l'année calendaire 2012, Sharp a vu sa capitalisation boursière divisée par deux alors que l'indice Nikkei a bondi de 23% sur la période.

Takashi Okuda a également dit que Sharp discutait toujours avec le taiwanais Hon Hai Precision en vue d'une entrée dans le capital du groupe japonais.
Cela fait des mois que ces pourparlers durent mais ils semblent dans une impasse depuis que Hon Hai a dit qu'il voulait avoir son mot à dire dans la direction de Sharp en échange de son investissement.
En attendant, c'est Qualcomm qui deviendra le principal actionnaire de Sharp, le groupe américain ayant annoncé il y a un mois son intention d'investir jusqu'à 120 millions de dollars dans le groupe.
L'opérateur français, dont le partenaire Mid Europa Partners (MEP) détenait les 65% restants dans Orange Austria, a vendu sa filiale à Hutchison Whampoa sur la base d'une valeur d'entreprise de 1,3 milliard d'euros, comme précédemment annoncé.
L'opération, qui doit permettre à Hutchison Whampoa de former le troisième opérateur de téléphonie mobile autrichien, met un terme à d'intenses négociations qui ont abouti en décembre au feu vert des autorités européennes de la concurrence.
Nous sommes heureux qu'après avoir fait face à un long processus réglementaire nous ayons été finalement capables de finaliser cette acquisition, a commenté Jan Trionow, directeur d'Hutchison 3G Austria.
Hutchison et Orange Austria sont les deux plus petits opérateurs télécoms en Autriche avec une part de marché combinée de 24%. L'opération va faire passer le nombre d'opérateurs mobiles dans le pays de quatre à trois.
Dans le cadre d'une opération distincte mais liée, Telekom Austria a également finalisé le rachat de la marque à bas prix Yesss auprès d'Orange Austria.

Celui-ci avait donné son accord en février dernier pour reprendre à Orange Austria, en plus de Yesss, des fréquences, des sites de station de base ainsi que d'autres droits à la propriété intellectuelle pour 390 millions d'euros au total.
A la Bourse de Paris, le titre France Télécom reculait de 0,8% à 8,44 euros vers 16h50 tandis que l'action Telekom Austria cédait 0,6% à 5,9 euros à Vienne.
De son côté, le titre Hutchison Whampoa, coté à Hong Kong, a clôturé jeudi en hausse de 1,71% à 83,25 dollars de Hong Kong.
Ebranlés par l'arrivée au début 2012 de Free sur le marché français de la téléphonie mobile et par le ralentissement de la consommation de produits télécoms en Europe, les opérateurs cherchent à réduire leurs coûts et réfléchissent aux moyens de mutualiser leurs réseaux. Du coup, les spéculations sur des rapprochements entre opérateurs vont bon train.http://www.fr-batterie-portable.com/samsung.html