Sites Grátis no Comunidades.net


Total de visitas: 11127
Batterie toshiba satellite l635-s3012rd

Décidant de développer ses 2-en-1 après ses modèles Latitude et Inspiron, c'est au tour d'un autre fleuron de la gamme de PC du constructeur texan de passer de l'autre côté du miroir. En l'occurrence il s'agit de son modèle star, à savoir le XPS 13. Très apprécié à sa sortie en 2012 - et après une itération sous Linux des plus remarquées - le portable haut de gamme de Dell arrive donc en version hybride, et sera officiellement dévoilé au CES 2017 (Las Vegas du 5 au 8 janvier). Sa commercialisation interviendra d'ailleurs dans la foulée, aux environs de 1 000 euros H0T (à partir), soit près de 200 euros de plus que la précédente version. Tel est le prix de la versatilité...De l'extérieur, ce XPS 13 2-en-1 ressemble de près à son prédécesseur, bien que la charnière soit évidemment différente et renforcée. L'écran peut ainsi pivoter à 360 degrés pour transformer le terminal en tablette. Pesant 1,24 kilo, ce modèle est fin, avec une diagonale de 13,3 pouces. L'unité testée par notre collègue d'IDG News Service disposait d'une résolution de 3200 X 1800 pixels. Les couleurs sont brillantes et vives et les vidéos sont fluides. Pas d'option 4K malheureusement a priori.

En termes d'autonomie, Dell annonce entre 9 et 15 heures entre chaque charge, dépendant bien entendu de la façon dont on se sert du terminal. Côtés performances techniques, le XPS 13 2-en-1 est en retrait par rapport au modèle classique, avec une 7e génération d'Intel Core i5-7Y54 et i7-7Y75 moins rapides que les Kaby Lake i3, i5 et i7 proposés avec les XPS 13 premiers du même nom. En termes de connectique, on trouve des fonctions comparables avec le support du WiFi 802.11ac, des ports Thunderbolt 3, micro-SD, 2 USB Type-C 3.1. Ces derniers fonctionnent avec des connecteurs HDMI et DisplayPort. En revanche, certaines faiblesses n'ont pas été corrigées. On pense au problème de webcam située en partie basse de l'écran, pas vraiment un sommet d'ergonomie et de praticité. Au final, pour celui qui recherche un terminal versatile, il pourra se tourner vers le XPS 13 2-en-1, tandis que celui cherchant avant tout du multi-tâches se tournera vers la version classique. En tout état de cause, la dernière version de ce terminal est un bon hybride doté d'un super écran.Le célèbre étendard de la gamme XPS de Dell dans sa version 15 pouces arrive avec des capacités particulièrement musclées. Puce Intel Kaby Lake (7e génération), 32 Go de RAM ou encore circuit graphique GeForce GTX 1050 de Nvidia font partie de ses derniers attributs.

Comment appelle-ton un nouvel ordinateur portable 15 pouces disposant des dernières puces Intel et Nvidia avec une batterie géante et 32 Go de RAM ? D'après Dell, certainement pas un MacBook Pro 15 ! Le constructeur texan a en effet présenté un rival qui, c'est le moins que l'on puisse dire, présente plutôt très bien. Embarquant la dernière génération (7e) du processeur Intel, un Core i3, i5 ou i7 Kaby Lake - ainsi que le tout récent GPU GeForece GTX 1050 signé Nvidia, le XPS 15 semble bien né pour en imposer.Dernière itération du fer de lance de Dell en matière d'ordinateur portable haut de gamme, le XPS 15 cuvée 2017 - à partir d'1,8 Kg environ pour une épaisseur ne dépassant pas 17 mm- dispose de sacrés atouts. Tout d'abord un écran de 15,6 pouces, aux bordures très fines concourant à améliorer la grandeur et l'impact de l'image, dont la résolution s'étend suivant les configurations de 1920 X 1080 pixels à 3840 X 2160. A noter que ce dernier, Ultra HD, est également tactile avec le support de 10 points de contact. En termes de connecteurs, le XPS 15 s'arme, outre le traditionnel HDMI, de deux ports USB 3.0 PowerShare mais également d'un Thunderbolt 3.0. Ce dernier permet à la fois d'alimenter et de recharger l'ordinateur, mais également les mobiles, lecteurs (fonction PowerShare) et aussi de télécharger des données jusqu'à 40 Gbit/s. On retrouve aussi un lecteur de cartes SD. Le WiFi 802.11ac et Bluetooth 4.1 sont aussi sans surprise de la partie.

En termes de capacités techniques, Dell a donc mis la barre très haut pour son PC qui a - c'est peu de le dire - le MacBook Pro 15 d'Apple (toujours avec des puces Intel Skylake) dans son collimateur. Son dernier XPS 15, outre ses puces récentes signées Intel et Nvidia, est également doté de 32 Go de RAM - dont la bande passante atteint 2133 MhZ -, soit deux fois plus que l'ordinateur star de la firme à la pomme. Au niveau du stockage, de nombreuses options existent, allant du disque hybride 500 Go à 1 To, ou encore une unité SSD de 256, 512 ou 1 To. La batterie ne consomme pas plus de 56 watts par heure mais aucune donnée d'autonomie en utilisation n'a pour l'instant été communiquée.Grâce aux bons résultats des ventes de PC portables, les livraisons globales d'ordinateurs n'ont baissé que de 0,2% en EMEA au quatrième trimestre 2016. Sur l'ensemble de l'année, le repli du marché a atteint 6,1% par rapport à 2015.

A défaut d'être sorti de l'ornière en 2016, le marché des PC en EMEA est au moins parvenu à diviser sa décroissance par près de trois. Au cours des douze derniers mois écoulés, les ventes d'ordinateurs ont en effet atteint 71,6 millions d'unités dans la région, selon IDC. Ce sont 6,1% de moins qu'en 2015, année durant laquelle les livraisons avaient plongées de 18,2%. Sans surprise, le segment des notebooks s'est montré beaucoup plus performant que celui des desktops, grâce à une forte demande des entreprises. Cette dernière n'a pas été particulièrement suscitée par leur volonté de migrer vers Windows 10. Elle a été stimulée bien davantage par les achats de portables ultrafins et de Chromebooks qui ont permis aux ventes de notebooks progresser au quatrième trimestre.

Entre octobre et décembre derniers, le nombre de notebooks écoulés en EMEA a effet crû de 2,9% comparé à la même période en 2015. En Europe de l'Ouest, la hausse a atteint 2,7% contre +3,3% en CEMEA (Europe Centrale, Moyen-Orient et Afrique). Sur le segment professionnel, les ventes de portables ont progressé de 10,1% en Europe de l'Ouest et d'1,2% en CEMEA. Sur celui du grand public, en revanche, l'Europe de l'Ouest est la seule partie de la région EMEA où les volumes de portables commercialisés ont baissé au quatrième trimestre. Au final, les ventes de globales de desktops et de notebooks s'y sont appréciées de 0,4%, à comparer à une légère de baisse de 0,2% dans l'ensemble de la zone EMEA.Tous les marchés de l'Ouest du vieux continent n'ont pas été logés à la même enseigne au quatrième trimestre 2016. Alors que les ventes se sont stabilisées dans des pays comme la France et l'Italie, des pays comme l'Espagne ont connu des difficultés tandis que le marché britannique reculait de 6,2% à cause de l'impact négatif du Brexit sur la valeur de la livre sterling.

Malgré tout, l'ensemble des fabricants, hormis ASUS, ont vu leurs ventes progresser au quatrième trimestre 2016 en EMEA. En revanche, le constructeur taiwanais est le seul, avec HP, à avoir tiré son épingle du jeu sur l'ensemble de l'année. Il a en effet signé la plus forte performance avec des livraisons en hausse de 4,6% qui lui confèrent 10,5% de parts de marche et la quatrième place des constructeurs de PC en EMEA. De leur côté, les ventes de HP se sont appréciées d'1,9% et ont ainsi fait grimper la part de marché du leader de 2 points à 25,5%. En seconde position, on retrouve Lenovo dont les ventes ont baissé de 3,9%. Dell précède le chinois de loin avec 11,2% de parts de marché et des ventes en baisse de 4,6%.Lors du CES de Las Vegas (5 au 8 janvier), Panasonic a présenté un prototype de batterie flexible pour les objets portables. Les batteries sont suffisamment petites et rigides pour être intégrées dans une carte de crédit.

La batterie flexible au lithium ion, dont les propriétés électriques sont préservées même après des pliages répétés, offre plus de marge de manœuvre aux concepteurs de dispositifs portables, actuellement obligés de prévoir des espaces inflexibles pour accueillir la batterie et certains composants électroniques.La semaine dernière, lors du CES, Panasonic a présenté trois prototypes de batterie, un grand mesurant 40 par 65 mm, un moyen de 35 par 55 mm, et un plus petit de 28.5 par 39 mm. Les trois font à peine 0,45 mm d'épaisseur, soit beaucoup moins que les 0,76 mm d’une carte de crédit. Les plaques supportent un pliage de 25 mm de rayon et une torsion de 25 degrés. Les batteries qui ne pèsent qu'un gramme ou deux délivrent 3.8 volts en sortie.Les batteries sont donc suffisamment petites pour être intégrées dans des cartes de crédit ou d’autres cartes électroniques de taille similaire. Actuellement, les batteries de ces cartes se dégradent plus vite que la normale parce qu’elles supportent mal la flexion et la torsion. Les nouvelles batteries, encore en développement, n’auront pas les mêmes problèmes. Un pliage de 25 mm de rayon, le maximum supporté, entraînera une perte de capacité de 1 % seulement.

Panasonic est l'un des plus grands fabricants mondiaux de batteries au lithium-ion. Ses cellules sont utilisées dans de nombreux domaines, depuis les batteries AA courantes jusqu’aux batteries des voitures électriques. Le groupe japonais est engagé dans un important partenariat avec Tesla pour fournir des batteries à ses véhicules. Les batteries seront développées et fabriquées sur mesure dans la Gigafactory installée dans le Nevada.D'après IDC, les ventes de tablettes et de PC professionnels généreront 5,472 M€ de chiffre d'affaires dans l'Hexagone en 2020, soit une hausse de 5% par rapport à 2016. Dans les années à venir, les entreprises françaises vont davantage se tourner vers les tablettes, notamment détachables, au détriment des PC. D'après le cabinet d'études IDC, les ordinateurs portables seront les plus touchés par cette évolution des investissements. Entre 2016 et 2020, leur part de marché dans le monde des terminaux professionnels reculera de 6 point pour s'établir à 34%. Celle des PC de bureau sera un peu moins impactée. Elle déclinera de seulement 2 points pour représenter 33% des ventes. A contrario, la part de marché des tablettes détachables progressera de 6 points à 17% en 2020. Celle des tablettes classiques restera en revanche quasi stable, passant simplement de 15% aujourd'hui à 16%. Globalement, le marché français des tablettes et des PC d'entreprises connaîtra une croissance de 5% tout au long des quatre années à venir. Il représentera 5,472 M€ de revenus en 2020 contre 5,168 M€ en 2016. A noter que le prix moyen des terminaux devrait passer de 562,1 € à 616,6 € durant la même période.http://www.fr-batterie-portable.com/acer.html